Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog


19/09/2014

Survol d'une tentative d'un dialogue avec l'état (de droit) II

Si vous êtes pour le premier fois sur ce blog, peut être ce billet ancien est un bon depart.

J'ai coupé le premier billet en deux en espérant ça augmente la lisibilité

 

Premier parti:

I. Cherchant une dialogue informel avec l'état (de droit)

Premier lettre envoyer au premier ministre Néerlandais à l'époque M. J.P. Balkenende 2 mai 2006 dans laquelle je m'exprime mon refus de calculer l'intérêt d'une entreprise à l'autre. Le premier-ministre a eu la courtoisie de me répondre, mais il n'a rien compris ou voulais rien comprendre de ma démarche, que je peux psychologiquement comprendre. ;-)

Alors j'ai essaie de lui expliquer dans une deuxième lettre de 9 juin 2006, que nous avons mis en place une système de corruption bureaucratique institutionnalisé.

A la même temps je cherche une dialogue informel avec le cour suprème Néerlandais. Une tentative de dialogue dans laquelle je perçois qu'un homme/femme juridique n'ose pas trop de réfléchir lui même. Si je exprime bien mes sentiments de l'époque un juriste est tenu par le loi (qui me semble logique) mais si on doit rendre vivant le loi un juriste se met derrière le loi sans donner une germe de vie, quand c'est trop confrontant ou trop complexe. Et c'est là ou la potentielle de l'esprit du loi est mis à mort par nous même par peur de cette esprit vivante et potentiellement bouleversant et dans les cas extrême même dévastatrice. Alors ça demande prudence pour évoluer constructivement.

Alors j'ai demandé la cour suprême qui s'occupe juridiquement de la constitution Néerlandais? (A ce moment là, il y a encore 1 à 2 ans avant que je comprends qu'en réalité il n'y a personne qui s'en occupe, une véritable no-man's land juridique, politique et économique. Au Pays-Bas il n'y a pas de séparation entre qui fait la loi et qui contrôle la loi concernant la constitution)

A l'époque (septembre 2006) j'ai essayé de montrer la différence entre système juridique et l'état de droit (dans laquelle l'esprit des lois est invité de s'exprimer)

Aujourd'hui avec un peut de recul, je perçois, comment c'est difficile que l'esprit de loi s'exprime plus librement. L'esprit de loi s’attaque à nos acquis et aussi la position privilège des juristes/politiciens etc. L'esprit des lois est à sa base anarchiste, il s'en fou des privilèges des uns et les autres. Si cette esprit des lois n'est pas bien encadré, il peut devenir très destructive. Sans une certaine cohésion sociale ressenti dans l'individu, c'est difficile de faire évoluer l'esprit du loi dans notre société locale, nationale et mondiale.

Aujourd'hui l'esprit des lois est quasi absent dans la société, considère par notre inconscience comme trop dangereux ou anarchique. Cette absence on compense avec une production sans fin des nouveaux règles, procédures et lois sans à la base qu'il change quelque chose.

Chers terroristes informatiques 15 février 2005

De la concurrence à la co-opération troisième lettre au premier-ministre néerlandais 11 juillet 2006

Nous les Croyants 6 novembre 2006

 

 

Parti II: La demarche juridique

 

a) avec les impôts

Est ce que nous vivons encore dans un état de droit? 11 février 2007

Deuxième lettre concernant l'opposition contre l'avis d'imposition 6 avril 2007
(La caverne bureaucratique de Platon.)

 

b) au Tribunaux Néerlandais

Appel contre le jugement de l'administration fiscale 4 juillet 2007

    1. À quel degré de démocratie la législation est-elle adoptée ?

    2. Aux Pays-Bas, le pouvoir législatif n’est pas distinct du pouvoir de contrôle

    3. Manque de clarté chronique sur l’intérêt général et l’intérêt personnel

    4. La non-conformité avec le Traité européen pour les droits de l’homme

    5. Les incohérences entre la lettre et l’esprit de la loi

 

Pourvoi en appèl 26 Mai 2008

Deuxième lettre concernant pourvoi en appel 21 décembre 2008

Pourvoi en cassation envoyé à la cour suprême Néerlandais de 5 septembre 2009

Deuxième lettre Pourvoi en cassation 30 mars 2010

annexe:

Quelques questions visant à approfondir le débat économico,- juridico-démocratique

La porte close de pouvoir

 

Jugement du cour surprème Néerlandais 17 septembre 2010

(inclus le pourvoi en cassation de 5 septembre de 2009)

Communiqué de Presse de 27 septembre 2010

 

c) Troisième parti: Le Cour des droits de l'homme à Strasbourg

 

l'origine de la bureaucratie déraillé,simplicité abstraite,revenue moins coût est profit et perte,profit égale perte,j.p. balkenende,premier ministre néerlandais,fascisme bureaucratique institutionalisé

 

La requête devant le Cour des Droits de l'Homme à Strasbourg mars 2011

Deuxième lettre vers Cour de Droit l'homme à Strasbourg mars 2012

Troisième lettre vers Cour de Droit de l'homme (pas encore traduit en français) mars/avril 2013

« Jugement » de la machine des Droits de l'homme Un mur de lamentation en Europe de 13 mai 2013

l'origine de la bureaucratie déraillé,simplicité abstraite,revenue moins coût est profit et perte,profit égale perte,j.p. balkenende,premier ministre néerlandais,fascisme bureaucratique institutionalisé,la confusion des confusions
Freedom de Zenos Frudakis

 

Si vous avez des questions et/ou des commentaires ou des améliorations n'hésitez pas de réagir sur ce billet.

 

Bien à vous tous,

 

Peter Hoopman

Chambres d'Hôtes Château de Roquetaillade en Aveyron dans la vallée de la Muse

 

ps Pour le moment nous sommes pas encore sortie de l'auberge bureaucratique ;-)

17/09/2014

La sorcellerie capitaliste (Isabelle Stengers)


sorcellerie capitaliste par clap36

 

15/09/2014

Rethinking money (Bernard Lietaer - Jacqui Dunne)

Lire la suite

14/09/2014

« Il vaut de la croissance pour payer les intérêts » Paul Jorion

Une phrase clé qui montre la fin de la politique comme on connait aujourd'hui!

Emmanuel Macron pour qui tu bosse?

 

 

Lire la suite

12/09/2014

Le commun, la révolution de 21e siècle!?


Entretien avec Pierre Dardot et Christian Laval par Mediapart

 

Une "chemin commun" pour la révolution de 21e siècle.

09/09/2014

Catch a flame (Piers Faccini)

13:31 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

07/09/2014

George Ezra (budapest)

Lire la suite

10:41 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

06/09/2014

La bombe politico-financo-juridique à retardement et à désamorcer (II)

 

timebomb in the heart of europ, the economist

 

Sujets à traiter dans

« un mirage contre l’autre mirage (I) »

 

Est-ce qu’on vit tous dans la même économie (et société) ?

Et avec cette question aussi la question : est ce que nous vivons tous dans le même état de droit ?

Autrement dit : est-ce que aujourd’hui le bien commun politique égale le bien commun des individus et la société ?

 

 

Concurrence/compétitivité, hiérarchisation et le fonctionnement de la politique et l’individu dans tout cela.

La compétitivité, un royaume (prison) de comparaison sans base et cadre commun.

La compétitivité et le marché libre une contradiction chronique ou deux piliers de l’économie inconsolable.

La communication direct et indirect dans un environnement ce compétitivité.

La concurrence efficace pour tout le monde ? Et quelle rôle (in)dépendant joue la politique (gouvernement) ?

 

« Gagner de temps » ou « « rien faire » est le moteur de la bombe à retardement au cœur du système politico-financo-juridique d’aujourd’hui alimenté par nos peurs/insécurité intérieur de faire face à la réalité.

Ou autrement dit : comment maintenir nous-même prisonnier dans notre religion politico-économique dans laquelle (surtout inconscient) nous pouvons vivre de ce qui n’est pas encore produit. *(C’est celui-là : la bombe de retardement à désamorcer en se mettant en face de cette difficile réalité)

Entre marteau et enclume même pour l’homme le plus puissant au monde. (psychologie)

L’absence quasi-totale de la liberté de l’expression aujourd’hui : De celui qui me donne à manger, ses paroles je vais exprimer.

Prisonnier entre dette bureaucratique & profit bureaucratique.

 

Autrement cyniquement dit mais pas à tort: Faire des profits et laissez (en parti les coûts) aux autres/le bien commun chronquement. ** L'état est dans une position intenable/impossible sans  changer sa propre (notre) contexte/paradigme politico-économique comme nous faissons aujourd'hui.

Je suis pour l'entrepreneuriat (c'est pri-mordial!!!!), mais si nous (l'état) sommes naïves et stupide ils font nous bouffer entièrement en devastant/détruissant la terre entier dans mons de cents ans!

Après la fragmentation et division de la vie politique, économique et juridique vers l’intégration.

Les priorités et les choses secondaires ou comment sortir de son amalgame politique, économique, médiatique et juridique ?

Quelle équilibre «pour le système général » et comment créer la dynamique « dedans » et « le cadre autour » ?

Quel rôle pour l’argent ou comment relativiser la valeur de l’argent sans perdre sa grande utilité ?

 

 

- à suivrre ailleurs ............................................. .......................... et partout -

 * autrement dit: vivre au dessus de nos moyens propre chaque instant. je fait parti!!!!!

** Si les rédactions des programmes d'actualité auront compris cela, quelle boulversement de conscience et quelle potentielle ouverture  pour voir  à nouveau le monde dans laquelle nous vivons tous! Maintenant nous sommes dans une éternelle repetitition des argument sans racines et sans changement d'esprit ni conscience. ;-)

05/09/2014

On remet tout à plat ...... et on construit quoi ... ? par Paul Jorion


Paul Jorion : on remet tout à plat..... par lyon_videos_fr

Lire la suite

03/09/2014

Bibliothèque des Médicis: Edgar Pisani interview 2009 et Pierre Rabhi


BIBLIOTHEQUE MEDICIS,Edgard Pisani par publicsenat

 

Et L'aigle et le colibri


Bibliothèque Médicis - L'aigle et le colibri par publicsenat