Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/06/2009

Alors, comment faire (II)

Alors comment faire (I)

 

Suite l'annexe II (lettre au tribunal décembre 2008) relative au pourvoi en appel de De Hutte Holding BV contre le service des contributions néerlandais procédure numéro 07 / 2920 XXX XX

Les conséquences pour le système juridique

La synthèse nécessaire entre socialisme et libéralisme

On ne saurait dire si les socialistes et les libéraux en ont conscience aujourd’hui. Ils veulent la même chose, c’est-à-dire « plus ». Les socialistes veulent que ce « plus » profite à tous. Les tenants du néo-libéralisme veulent que ce « plus » profite à l’individu. Cependant, ce « plus » est aujourd’hui une illusion bureaucratique que nous poursuivons tous, tant collectivement qu’en tant que progressistes, conservateurs, libéraux ou socialistes.

Une synthèse sur le plan du contenu entre socialisme et libéralisme est une nécessité urgente.

Besoins partagés par tous les êtres humains :

A) La solidarité pour priorités fondamentales

Sécurités fondamentales (= intérêt commun)
1. air
2. eau
3. nourriture
4. habillement et logement
5. santé
6. enseignement
7. nature et infrastructure
8. administration juste et équitable


B) La liberté, la latitude absolument nécessaire pour l’individu

Libertés individuelles
a) épanouissement
b) science
c) art (de vivre)
d) recherche et développement
e) détachement et ouverture d'esprit


Les priorités fondamentales A ne peuvent exister sans les priorités B, mais les priorités B ne doivent pas exister aux dépens des priorités fondamentales A.

Une approche que l’on peut nommer à la fois progressiste et conservatrice. ;-)

Cette synthèse sera possible lorsque la participation, la capacité de partager, la coopération et la sincérité remplaceront la concurrence et les actuels mécanismes bureaucratisants.

Sur le plan juridique, le changement suivant dans l’ordre des priorités aura alors lieu :



De la situation actuelle (en majeure partie inconsciente) les principaux critères de décision, qualifiables de « logiques », consécutifs à la concurrence réciproque :

1. propriété
2. protection du monde politique et financier
3. droits fondamentaux de la constitution néerlandaise et de la Convention européenne des droits de l’homme

Vers :

a. vie (en société)
b. liberté, prise de conscience et responsabilité (au sein de l’ensemble)
c. propriété

Les points a et b étant aujourd’hui exprimés tant bien que mal dans les droits fondamentaux de la constitution néerlandaise et de la Convention européenne des droits de l’homme. Aujourd’hui, du fait de la concurrence réciproque, ceci est souvent négligé du fait de l'instinct de propriété et de l’insistance en général sur la protection des droits acquis des vainqueurs. Sans nous en être rendu compte, les pouvoirs publics et la société sont devenus des garçons de courses pour les « vainqueurs », aux dépens des droits fondamentaux de la constitution. C’est la foi dans le profit qui nous maintient collectivement prisonniers, ce qui rend de plus en plus difficile la mise en œuvre des véritables défis sociaux. (C’est-à-dire une société dans laquelle chacun serait vraiment bienvenu, et non uniquement les soi-disant vainqueurs / profit).

Que les choses soient claires : nous sommes nous-mêmes le terreau dans lequel croît cette logique injuste. Désigner l’autre du doigt n’apporte pas de solution. La prise de conscience est le seul remède qui permette de parvenir à une guérison durable !

Cela ne sera possible que si tous les individus, quelle que soit leur position au sein du système actuel, apprennent à prendre des responsabilités au service de l’ensemble

Les commentaires sont fermés.