Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/12/2010

L'Auberge de la confusion

Une reponse à Jean-Yves Bou (prof. histoire/geo dans un lycée en Millau) et Alain Marc (Député pour l'Aveyron-sud) après deux articles paru dans le Journal de Millau. Un peu de blabla locale de ma part, qui resemble beaucoup au blabla nationale et mondiale. ;-)

 

 

L’auberge de la confusion !

Une réponse à Jean-Yves Bou et Alain Marc.

 

Avec un titre qui oblige à réagir, Alain Marc, le pompier pyromane  Jean-Yves Bou  a créé une petite polémique locale. Sans porter de jugement, je comprends le sens de l’article. De son point de vue Jean-Yves Bou a pour une grande part raison. Mais cela nous aide-t-il  à rejoindre l’intérêt général ? C’est tout à fait une autre question.  Nous, les lecteurs de Journal de Millau, nous ne sommes pas déçu : Alain Marc a réagi la semaine dernière. Maître de la situation il réagit de façon plus neutre : Alain Marc répond à Jean-Yves Bou. Il explique son bilan politique  comme député et élu du Sud  d’Aveyron. Il essaie de faire le mieux possible et bien sûr il rassure les habitants de notre belle région et/ou ces électeurs potentiels. Cette façon de s’exprimer illustre l’état très malade de notre démocratie. Pour être claire ce n’est pas entièrement la faute d’Alain Marc, parce qu’on fait parti d’un système intégralement injuste. Alain Marc s’indigne à juste titre « que la confusion et l’amalgame n’ont jamais valu argumentation », sans savoir si Jean-Yves Bou a commis cette erreur capitale ? Pour cela du moins, nous avons besoin de comprendre l’esprit de l’article. Parfois, l’insinuation seule  suffit à convaincre quelques lecteurs du bon sens d’un article. Mais qu’importe si vous préférez l’article d’Alain Marc ou celui de Jean-Yves Bou.  Au total, ce qui est certain, c’est la confusion et probablement le faux amalgame qui règne. Mais qui a plus raison dans cette polémique? On a quand même besoin d’un vainqueur, de quelqu’un qui a plus raison que l’autre. Une citation de Martin Luther King (1929 –1968) comporte un début de réponse :

 

     Haïssez donc le système, au lieu de l’individu qui est piégé dedans.

 

Hypothèse : si nous sommes tous piégés  dans un système hiérarchique avec pour maxime: diviser pour régner, la communication ne va pas être facile et la confusion en sera la conséquence logique. Ainsi, comment vivre dans une République où s’applique le principe diviser pour régner, sans devenir complice/collabo ? Si nous sommes tous complices comment sortir de cette auberge où règne la division et le contrôle ? Ou, si nous sommes un peu philosophe, comment sortir de la caverne de Platon ? Est-ce que nous ne sommes pas tous obligés de créer une offre et une demande quelque part? Etre par exemple pompier/pyromane, est une question d’offre et de demande qui fait réfléchir. Si nous sommes pompier, sans être pyromane il y a moins de boulot, c’est compréhensible non ?

De même on peut se demander:

Est-ce que  l’industrie pharmaceutique a plus d’intérêt dans une société malade ou en bonne santé ?

Est-ce que les médias ont plus intérêt  dans des polémiques stériles  ou dans une analyse des faits ?

Est-ce que la politique aujourd’hui a vraiment intérêt à ce que les citoyens s’occupent  d’eux même et de la société en se respectant l’un  l’autre?

Est-ce que le monde juridique……… etc.

Bien sûr, même en faisant l’analyse nous -même, le système actuel nous oblige  d’être un pompier/pyromane ! De plus nous vivons des situations locales tant qu’internationales dans une confusion quasi complète.

Comment sortir de cette auberge de la confusion ? Ce peut être une bonne question à Jean-Yves Bou et à Alain Marc. Et bien sûr à nous tous !

 

Peter Hoopman

Vallée de la Muse

 

PS Toutes les liens avec les crises passées, actuelles et futures sont fruit d’un pur hasard. ;-)

Commentaires

JE découvre , il est temps ton blog..Cet article correspond exactement à mon lieu de travail...Peut être en pire car après avoir essayé de "gouverner" autrement ces bons démons de l'autocratie font tout pour me ranger au placard ...et un placard en plein Paris cela manque d'air ... A+

Écrit par : Véronqiue Poutoux | 22/12/2010

Oui, Véronique on le trouve partout, le marge de manœuvre n'est pas très grande. Nous sommes conditionnés par façon parler 'le petit pouvoir/sécurité en essayent de 'dominer' l'autre.

C'est la peur de nous/l'autre qui règnent et qui tue la communication réciproque qui pouvait renforcer la confiance mutuelle.

Avec tes mots, on essaie de mettre l'autre/nous mêmes dans les placards, par manque de confiance. 'Gagner' pour tenir/amméliorer notre position, veut dire on a peur de perdre et de communiquer comme des êtres égaux.

Peut être 2011 fait apparaître la nécessité de restaurer la base commune. Mais c'est seulement possible si, c'est nous qui faisions ce choix!

C'est l'année avant une élection et normalement c'est plutôt la division et la confusion pour vendre nos apparences politique.
Mais la vrai challenge pour nous, l'éducation, le média et la classe politique de retrouver la base commune et le renforcer.

Écrit par : Peter Hoopman | 02/01/2011

Les commentaires sont fermés.