Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/05/2011

Comment nous tuons le débat politique!

Dans un éditorial dans Le Monde hier: Faut-il punir les pauvres ou les aider? le débat qui fait polémique sur le RSA mis en route par Laurent Wauquiez ministre de je ne sais pas et maire de Le Puy-en-Velay.

Puy en Velay c'est la campagne et en général la campagne a un espirit conservatrice. Personellement en général j'aime bien cette espirit un peut conservatrice ou il y a encore contact avec la terre si cette tendance conservatrice reste ouvert au monde.

François Fillon s'est démarqué de Laurent Wauquiez après ses propose sur le RSA / Photo archives AFP

Le début de l'article dans le Monde:

Gribouille a-t-il pris les commandes de la maison France ? Avant de subir deux défaites électorales, en 2010 et en 2011, Nicolas Sarkozy avait envisagé, un temps, de consacrer la dernière année de son quinquennat à "délégiférer". De fait, le président de la rupture est en train de déconstruire son œuvre : après avoir supprimé le bouclier fiscal, qui était pourtant sa réforme emblématique, voilà qu'il laisse un des bons élèves de la classe gouvernementale, Laurent Wauquiez, s'en prendre au revenu de solidarité active (RSA).

Malheureusement Laurent Wauquiez a prit la position politicienne à court terme sans trop réflichir sur le fond du problème. Parler à en parti de l'electorat qui aime les mots ferme (fermé!!!!)

Le gens qui se lèvent tôt et un peut de rhétorique facile pour nourir la grogne de cette éléctorat tendance droit de droit.

C'est dommage parce que la proposition en soi n'est pas si faux qu'on pouvais penser!

En bref cette logique méchaniste politicienne facile, montre que la politique (oui aussi la gauche) s'en fou de la société. Ils s'en foutent des chomeurs utilisé comme de Roms dans le discours de Grenoble.


 

On retourne vers l'essentiel du propos de Laurent Wauquiez:

 

A la tête du club de la "Droite sociale" et ministre des affaires européennes, M. Wauquiez a jeté un pavé dans la mare en demandant qu'une "contrepartie" du RSA soit expérimentée : elle consisterait à imposer "une mission de service social de cinq heures par semaine". A ses yeux, il s'agit de s'inspirer du principe de réciprocité, fondement du Contrat social de Rousseau : les droits supposent des devoirs. En 2007, Ségolène Royal avait eu recours à cette thématique. Et, dans son projet pour 2012, le Parti socialiste veut "faire respecter les devoirs et les droits", jugeant que la société exige "du lien, de la réciprocité, de l'altruisme, de l'attention, du soin mutuel".

Là où le bât blesse, c'est que M. Wauquiez, en faisant de l'assistanat "le cancer de la société française", se trompe de cible. Le cancer, c'est le chômage et ce qui en dérive : la précarité et la pauvreté. La logique de M. Wauquiez est punitive : les bénéficiaires du RSA sont soupçonnés de se complaire dans l'assistanat. Il faut donc rétablir la corvée pour les manants, sous forme de travail d'intérêt général.

Si nous imposons d'en haut cette "contrepartie" la grand question va être: ou il y a la réciprocité dans la proposition de M. Wauquiez?

Ce soir ou jamais sur la même sujet.

 

Et on va rester dans la polémique medio-politique sans profondir le vrai débat!!!!

Le monde pavlovienne socialo-libéral!

Le fait qu'on demande est ce que tout salaire mérite du travail, veut dire nous avons rien compris de nous même ni la vie!

 Dosier (Marianne): Quand Wauquiez veut enterré le RSA

Les commentaires sont fermés.