Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/09/2013

Économie ou Économies dans le Royaume des non dits

Vendredi dernier il y a eu un débat dans le cadre d'un anniversaire de trente ans de l'association Les Femmes chefs d'entreprise (Hérault) avec les invités: Henri Guaino, Paul Jorion (Anthropologue et un spécialiste autre pour comment voir l'économie), Marie-Thérèse Mercier (directeur Ernst & Young Montpellier et présidente Medef -mtp-)et Olivier Torres (professeur stratégie et management et spécialiste/chercheur PME et TPE)

paul jorion Ici une introduction des intervenants sur le site Femmes chef d'entreprisehenri guaino

marie thérèse mercierOlivier torrès

 

 

 

 

 

 

Le titre du débat était:

 

Économie ou Économies, l'heure des choix.

Imaginons notre Futur

 

En résumé de quelque observations des différents participants*:

Marie-Thérèse Mercier: Elle essaie d'être un peut optimiste "nous sommes au fond de la crise", alors ça peut que monter. Même si c'est trop tôt de dire quelque chose sur 2013, l'activité premier dans la région de Montpellier est le bâtiment et pour le moment nous sommes - 10%/-15% par rapport à 2012.

Quelques remarques générale de Marie-Thérèse: selon elle il y a un crise de confiance et l'esprit d'entreprendre mérite d'être beaucoup plus mis en avant et positivé en France!!! Entreprendre n'est pas une crime (ces sont mes mots pour renforcer celle de Marie-Thérèse)

Les problèmes structurelles ne sont pas reglé et il y un absence de valorisation d'entreprendre.

Marie-Thérèse veut mettre à l'avant que les banques joue aussi une rôle important dans la sphère de l'économie réelle. Aujourd'hui il sont diabolisé, mais c'est que le parti spéculation et n'est pas leur parti de la valeur ajouté dans la vraie économie. Les banques font parti de l'économie réelle!!!!!

Olivier Torres: Comment répondre/expliquer, quand il y a trois entreprises: un va décliner, un va stagner et un autre va prospérer. Plus tard dans le débat il donne un exemple Suédoise ou un chercheur fait un étude parmi des entrepreneurs si il sont confiants dans la prospérité/croissance de leur entreprise. Des années plus tard il reprend l'idée d'interviewer à nouveau ces même entreprises pour demander entre autre comment leurs entreprises ont dévellopées? Et maintenant la grande question y a-t-il un corrélation entre les reponses des deux études? Pas de surprise il y a un assez grand corrélation entre ces deux études, qui veullent en bref dire ce qu’on projet dans notre tête a aussi une influence sur la réalité qu'on créé.

Selon Olivier, nous avons fait une génocide de proximité. Il est devenue abstrait!!! On gère à distance, on contrôle à distance (Mintzberg), mais au contraire on doit mettre l'humain au centre de l'économie!!! Les élites respect que la théorie, vous connaissez un chercheur de l'histoire du PME, c'est quasi absent même si la grand majorité des français il gagnent leur vie. Les plus part des français travaillent dans un TPE ou PME, mais dans la politique ou les universités c'est une sphère ou concept qui n'existe pas et c'est très,très grave!!!!

Paul Jorion: le petit peut que je retenue: On fait des études de probabilité de tremblement de terre en construisant un central nucléaire. Et on fait un étude de probabilité de montée de l'eau. Mais on ne fait pas des études si il se produise ensemble (aussi encore avec "vingt" autre facteurs). Conclusion ces études servent strictement à rien et sont souvent utilisé dans un "mauvais" sens par les "pour" et "contre" un cause.

La perte fait dans la spéculation est transmis au sphère publique!

Les règles par exemples de comptabilité mondiale se trouvent entièrement en dehors la politique, Bruxelles n'a rien, mais rien à dire sur le sujet!!!

Je ne sait plus si c'est Paul Jorion qui à dit mais concernant les statistiques: Il ne donne aucun réponse sur la probabilité!!!

Henri Guaino: Nous vivons un crise des valeurs et de représentation collective. Si il n'y a pas de croissance minimum de 1%, les conséquences seront ravageux. Priorité des priorités n'est pas la valorisation des entrepreneurs mais la valorisation du travail. C'est le nœud de la crise: la valorisation du travail.

Cause de la crise: dans les années 60/70 nous avons commencé construire une mondialisation sans aucun précaution, sans aucun règle. Un peut avec le dicton: de se construire au détriment de l'autre. Un sorte de compensation de la ravage par l'endettement, la fuit à l'avant permanent. Un machine à favoriser l'endettement. On conséquence on vit une crise d'endettement.

Une petit anecdote dur le métier du banquier, exprimer apparemment par un banquier lui même: On n'a pas besoin d'être très intelligent pour faire la métier du banquier c'est juste prêter l'argent à ceux qui peuvent rembourser. Aujourd'hui par des hommes très, très intelligents qu'ils ont développé des produits financiers pour vendre aux gens qui ne peuvent pas rembourser.

Henri Guaino accentué encore une fois que nous vivons une moment très cruciale dans de l'histoire. Si nous n'arriverons pas de changer la société et la fonctionnement économique, les conséquences seront catastrophique. Et la complexité pour resoudre le challenges sont très difficile, tout est lié à tout, il n'y a pas de solution miracle, ne soyons pas naïf à ce point. 

* Ces sont mes observations et interpretations que je donne en plus dans un contexte qui m'appartient façon parler.


 

Dans le Royaume des non dits

Dans la salle Molière à l'opéra de Montpellier il y a eu un public assez homogène, à la base les femmes chefs d'entreprise et/ou associations. Et quelque peut intéressées spécialement venu comme moi-même pour le débat qu'ils attendait entre Henri Guaino et Paul Jorion.

Si je retourne au titre et sous-titre donné du débat:

Économie ou économies

l'heure des choix & imaginons notre futur

En grand parti j'ai apprécié le débat, il y a des choses très vrai qui ont été dites et les points de vues qui méritent d'être mis en avant. Il y a un moment j'ai commencé en avoir mare du débat, j'ai eu l'impression on va continuer de tourner en rond ou dans mes mots à moi: On ne va pas là ou façon parler que ça fait mal!

Si par exemple Henri Guaino parle de ce que nous avons besoin pour la période vers 2025, il dit que nous avons besoin de courage intellectuelle, plus que le courage politique (et citoyenne ??!! ph). C'est bien beau tout ça, même si il a raison que sa demande beaucoup de courage de réfléchir en dehors des chemins battues. Mais je ne voit pas beaucoup de courage dans ces réflexions quand il constate justement que nous vivons une crise d'endettement et de la représentation collective en proposant "le grand emprunt" comme il dit lui même est aussi une fuite à l'avant. Même si c'est qu'un minuscule parti dans ces réflexions sur la futur. Il constate une grand problème/challenge par rapport aux fonctionnements des institutions de la République, la bureaucratisation etc. etc.

Henri Guaino veut « déluer la douleur » avant d'aller au soi disant causses ? En continuant de nous rendre chroniquement dépendant de notre « pouvoir » vivre ce qui n'est pas encore produit (la logique de notre réligion au crédit.) M. Guaino c'est pour quand une réflexion un peut plus « douloureuse » ? Et oui ça demande un peut de courage, je sais !!!

Un autre petit exemple est quand Paul Jorion parle du fait que les règles comptable se règlent tout en dehors du monde politique …........

Marie-Thérèse (l'expert-comtable dans le forum) par sa langue corporelle confirme cette réalité ….....

Mais si on va vraiment parles de ces sujets là nous sommes pas sorti de l'aubergeet une monde de non dites, des frustrations et colère des siècles (ou au moins des décennies) vont être dévoilées ….... Et en conséquence sa va toucher « nos acquis » et en conséquences à nos peurs existentielles !!!!

Pour le moment c'est la Royaume des non-dits qui règne !!!

 

L'heure des choix n'est pas encore arrivé pour éclairé un petit peut mieux le futur! Nous sommes trop isolé dans nos caves de survie, pour voir un peut l'ensemble pour faire un choix plus intégrale.

Indignez vous, mais sans un sens d'humour et de la relativité de l'argent ça devient trop acide et amère. ;-)



 

Zébu a fait une sorte de compte rendue Le duel Jorion Guaino sur le blog de Paul Jorion.

Et bientôt la présentation du Rapport sur l'Economie Positive (Présidence Jacques Attali) à laquelle Paul Jorion a contribué.

Week-end prochaine le colloque de l'argent dans le centre Rabelais à Montpellier.

 

Les commentaires sont fermés.