Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/09/2013

Missing words

Lire la suite

27/09/2013

Paul Jorion: Il faut supprimer la spéculation


Paul Jorion : "Il faut supprimer la spéculation" par Challenges

L'argent le « nouveau » commerce/religion/espoir d'un vie éternelle???

Ou comment nier la mort pour pas vraiment vivre !?

(c'est pas du tout la conclusion du colloque mais un peut la mienne)

argent-maris-8d5bb7714d.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Colloque très réussi le 21 & 22 septembre 2013 dans le centre Rabelais à Montpellier et organiser par le Collège des Humanités.

 

L'approche psychanalytique de l'argent je connaissais pas ou très peut et pour moi c'était une découverte rafraîchissante.

Marc Levi

Aborder la question de l’argent à l’aune du malaise de la civilisation impose de délimiter un champ. Pour des psychanalystes, l’approche ne peut être ni financière malgré la main invisible des marchés, ni économique malgré les lois complexes et les aléas du commerce.

Il ne s’agit pas davantage de considérer l’histoire de la monnaie et moins encore les avatars des spéculations boursières…
Dès lors, que reste t-il ? Il reste l’essentiel. Nous devrons méditer sur la valeur d’usage et son usure, sur la valeur d’échange et sa subjectivité ainsi que sur l’impérieuse et vaine tentative de combler notre manque à être.
De main en main, de compte à compte, d’employeur à salarié, d’état à état, les coupures se donnent, s’échangent, enflent ou dépérissent, empruntent des trajets insoupçonnés, répartissent les places, les fonctions, les rôles, définissent des circuits clairs ou obscurs, réjouissent les uns, affligent les autres selon qu’ils sont bénéficiaires ou victimes de la plus-value.
Signe d’un travail, l’argent est  signifiant d’un manque radical. S’affranchir de ce manque serait prétendre solder une dette impayable, une dette qui s’accroit à mesure qu’on s’échine à  vouloir la combler. Refoulée, forclose ou déniée, cette dette a pourtant creusé le trou depuis lequel nous désirons.
Dans les voyages divers et variés que l’argent effectue dans nos échanges désormais mondialisés, c’est cette dette qui circule, toujours la même, celle qui nous fonde…

 

Quelques observations:

Rome riche période de commerce mais Il depense plus qu'il travaille et en conséquence il n'arrivérait pas à redresser la situation. Pendant 6/7 siècle très peut de commerce.

Deux moments dans l'histoire importants:

La prise de Constantinople (1453), qui a fermé la route (de commerce) à l'oriënt.

La découverte de l'amérique (1492) nouveau monde, nouvelle espace commerciale.

Le mot hébreu  « Keshel » signifié: l'argent, désir et la honte.

L'argent est le signifiant de la manque ou la manque de jouir.

  

Jean-Daniel Boyer« Desir de l'argent et desir d'améliorer son sort dans l'ouvre d'Adam Smith »

Dans l’œuvre d'Adam Smith selon Jean-Daniel Boyer de l'argent n'est pas très présent, c'est plutôt le désir d'améliorer son sort. Il y deux observations qui m’ont marqué dans la présentation de Jean-Daniel Boyer : L'argent initiale est un marchandise comme une autre et l'argent doit circuler. Personnellement je ne crois pas que l'argent est une marchandise comme les autres. C'est le sang de la société, si tu donne « cette marchandise » une valeur en soi ça donnerai très vite une thrombose avec tout les conséquences qui vont avec.

Nous avons peur de garder le sang fluide, on stock l'argent et en conséquence nous avons besoin toujours plus de l'argent pour se sentir existentiellement en sécurité. En plus cette argent stocké et un moyenne de dominer les autres qui n'ont pas. Et petit à petit l'argent devient le monstre que nous avons créé nous même, chargé d'une peur existentielle. Pour guérir cette sang de l'économie on doit développer une théorie de la relativité de l'argent* dans laquelle on ne donne pas l'argent une valeur en soi. Pour cela nous avons besoin de créer les conditions qui rend l'économico-politique chroniquement dans « l'ici et maintenant », contraire à aujourd'hui il se situe dans le « demain ça va être mieux** » qui nous oblige de vivre perpétuelle à crédit aujourd'hui.

 

 

 

 

* En bref ça veut dire nous avons besoin de relativiser le valeur de l'argent, de le faire beaucoup moins absolut comme il est aujourd'hui. Le Capital est aujourd'hui notre dieu, qui nous régnons (ploutocratie). Nous avons donné la responsabilité de la fonctionnement de notre société au fonctionnement de l'argent et en conséquence nous sommes en colère et frustré ou nous cherchons la compensation par une réussite ploutocratique qui représente une aliénation de nous même. Qui ne veut pas dire entreprendre est « mauvais », sans entrepreneuriat il n'y a pas de société, c'est un des fondement le plus important de la société. Mais nous avons besoin d'intégrer l'entrepreneuriat avec altruisme. Ça ce n'est fait pas dans un journée mais nous avons de créer aujourd'hui le s conditions pour évoluer dans ce direction.

 

** Qui réduit la politique et les acteurs économique chroniquement à être mensongère.

 

Lire la suite

26/09/2013

Syrie par le Monde, pourquoi la rébellion n'est pas unie?


Pourquoi la rébellion syrienne n'est pas unie par lemondefr

18/09/2013

Consomme, travaille et paye tes impots, regarde la télé .... et surtout ...

17/09/2013

Économie ou Économies dans le Royaume des non dits

Vendredi dernier il y a eu un débat dans le cadre d'un anniversaire de trente ans de l'association Les Femmes chefs d'entreprise (Hérault) avec les invités: Henri Guaino, Paul Jorion (Anthropologue et un spécialiste autre pour comment voir l'économie), Marie-Thérèse Mercier (directeur Ernst & Young Montpellier et présidente Medef -mtp-)et Olivier Torres (professeur stratégie et management et spécialiste/chercheur PME et TPE)

paul jorion Ici une introduction des intervenants sur le site Femmes chef d'entreprisehenri guaino

marie thérèse mercierOlivier torrès

 

 

 

 

 

 

Le titre du débat était:

 

Économie ou Économies, l'heure des choix.

Imaginons notre Futur

 

En résumé de quelque observations des différents participants*:

Marie-Thérèse Mercier: Elle essaie d'être un peut optimiste "nous sommes au fond de la crise", alors ça peut que monter. Même si c'est trop tôt de dire quelque chose sur 2013, l'activité premier dans la région de Montpellier est le bâtiment et pour le moment nous sommes - 10%/-15% par rapport à 2012.

Quelques remarques générale de Marie-Thérèse: selon elle il y a un crise de confiance et l'esprit d'entreprendre mérite d'être beaucoup plus mis en avant et positivé en France!!! Entreprendre n'est pas une crime (ces sont mes mots pour renforcer celle de Marie-Thérèse)

Les problèmes structurelles ne sont pas reglé et il y un absence de valorisation d'entreprendre.

Marie-Thérèse veut mettre à l'avant que les banques joue aussi une rôle important dans la sphère de l'économie réelle. Aujourd'hui il sont diabolisé, mais c'est que le parti spéculation et n'est pas leur parti de la valeur ajouté dans la vraie économie. Les banques font parti de l'économie réelle!!!!!

Olivier Torres: Comment répondre/expliquer, quand il y a trois entreprises: un va décliner, un va stagner et un autre va prospérer. Plus tard dans le débat il donne un exemple Suédoise ou un chercheur fait un étude parmi des entrepreneurs si il sont confiants dans la prospérité/croissance de leur entreprise. Des années plus tard il reprend l'idée d'interviewer à nouveau ces même entreprises pour demander entre autre comment leurs entreprises ont dévellopées? Et maintenant la grande question y a-t-il un corrélation entre les reponses des deux études? Pas de surprise il y a un assez grand corrélation entre ces deux études, qui veullent en bref dire ce qu’on projet dans notre tête a aussi une influence sur la réalité qu'on créé.

Selon Olivier, nous avons fait une génocide de proximité. Il est devenue abstrait!!! On gère à distance, on contrôle à distance (Mintzberg), mais au contraire on doit mettre l'humain au centre de l'économie!!! Les élites respect que la théorie, vous connaissez un chercheur de l'histoire du PME, c'est quasi absent même si la grand majorité des français il gagnent leur vie. Les plus part des français travaillent dans un TPE ou PME, mais dans la politique ou les universités c'est une sphère ou concept qui n'existe pas et c'est très,très grave!!!!

Paul Jorion: le petit peut que je retenue: On fait des études de probabilité de tremblement de terre en construisant un central nucléaire. Et on fait un étude de probabilité de montée de l'eau. Mais on ne fait pas des études si il se produise ensemble (aussi encore avec "vingt" autre facteurs). Conclusion ces études servent strictement à rien et sont souvent utilisé dans un "mauvais" sens par les "pour" et "contre" un cause.

La perte fait dans la spéculation est transmis au sphère publique!

Les règles par exemples de comptabilité mondiale se trouvent entièrement en dehors la politique, Bruxelles n'a rien, mais rien à dire sur le sujet!!!

Je ne sait plus si c'est Paul Jorion qui à dit mais concernant les statistiques: Il ne donne aucun réponse sur la probabilité!!!

Henri Guaino: Nous vivons un crise des valeurs et de représentation collective. Si il n'y a pas de croissance minimum de 1%, les conséquences seront ravageux. Priorité des priorités n'est pas la valorisation des entrepreneurs mais la valorisation du travail. C'est le nœud de la crise: la valorisation du travail.

Cause de la crise: dans les années 60/70 nous avons commencé construire une mondialisation sans aucun précaution, sans aucun règle. Un peut avec le dicton: de se construire au détriment de l'autre. Un sorte de compensation de la ravage par l'endettement, la fuit à l'avant permanent. Un machine à favoriser l'endettement. On conséquence on vit une crise d'endettement.

Une petit anecdote dur le métier du banquier, exprimer apparemment par un banquier lui même: On n'a pas besoin d'être très intelligent pour faire la métier du banquier c'est juste prêter l'argent à ceux qui peuvent rembourser. Aujourd'hui par des hommes très, très intelligents qu'ils ont développé des produits financiers pour vendre aux gens qui ne peuvent pas rembourser.

Henri Guaino accentué encore une fois que nous vivons une moment très cruciale dans de l'histoire. Si nous n'arriverons pas de changer la société et la fonctionnement économique, les conséquences seront catastrophique. Et la complexité pour resoudre le challenges sont très difficile, tout est lié à tout, il n'y a pas de solution miracle, ne soyons pas naïf à ce point. 

* Ces sont mes observations et interpretations que je donne en plus dans un contexte qui m'appartient façon parler.

Lire la suite

16/09/2013

Let's sue the bees for distribution of our intellectual property

 

« Et pendant que nous y sommes, nous allons poursuivre les abeilles pour la distribution illégale de notre propriété intellectuelle »

 

 

from: http://www.newyorker.com/cartoons/daily/flake#slide=1

 

13/09/2013

Revenue de base, une impulsion culturelle

 

ausi visible sur: http://www.kultkino.ch/kultkino/besonderes/le_revenu_de_b...

09/09/2013

L'intégration de l'économie dans la démocratie et la démocratie dans l’État de droit.

L'intégration schématique

 

 

(ou comment un petit schéma pouvait changer le monde ;-) :P :-)  )

Lire la suite

04/09/2013

The rhythm divine