Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/05/2014

David van Reybroeck: Contre les elections et pour la démocratie


Van Reybrouck : «Le vrai pouvoir migre ailleurs, il faut réactiver la vie publique»

| Par Joseph Confavreux (Mediapart)

David Van Reybrouck, belge de langue flamande, vient de publier Contre les élections, charge décapante contre l’épuisement et les dysfonctionnements des démocraties européennes. « Chez vous, on peut voter ou manifester, mais il n’y a pas grand-chose entre les deux », dit-il à propos de la France. Troisième entretien de notre série sur la façon dont les intellectuels étrangers voient la France.

Pourquoi avez-vous dit que la France avait le système politique le plus sclérosé de toute l'Europe occidentale ?

David Van ReybrouckDavid Van Reybrouck © Stephan Vanfleteren

J’ai longtemps pensé que la Belgique était la « partitocratie » par excellence, au sens d’une démocratie que se partagent les principaux partis politiques. Cela se marque notamment par la politisation de l’administration et la quasi-nécessité, pour avoir poste au sein de la haute administration, d’avoir la carte d’un parti. Mais je constate qu’en France, au niveau national en tout cas, cela fonctionne de la même façon, peut-être même pire. L’ensemble du pouvoir public est entre les mains de partis politiques qui ne représentent qu’une petite fraction du pays.

L’autre spécificité française, qui continue à me surprendre, est l’aristocratie des hautes écoles et le système de reproduction d’inégalités très important d’un pays qui a pourtant mis l’égalité au cœur de sa devise républicaine. J’ai lu Bourdieu, mais je ne pensais pas que le système qu’il décrivait était aussi puissant et durable dans le temps.

Quand je regarde la France, j’ai l’impression d’une grandeur qui est devenu une hystérie. La fierté nationale s’est transformée en haine de soi et des autres. La France incarne cette détestation pour les élus couplée à une vénération des élections que j’analyse dans mon ouvrage, et qui crée des frustrations de toutes parts. Ceux qui votent FN sont frustrés par la politique traditionnelle, mais ceux qui votent encore pour les partis dits de gouvernement ont l’air tout aussi insatisfaits de la classe politique, et incapables d’envisager un remède à la crise démocratique que la France et l’Europe traversent.

Comment regardez-vous les institutions de la Ve République depuis la Belgique, qui a récemment connu un épisode de plusieurs mois sans gouvernement ?

Charles de Gaulle en 1961Charles de Gaulle en 1961

La France, comme tous les autres pays occidentaux, est en train de s’horizontaliser, alors que la Ve République est un régime très vertical, et cet écart crée à la fois malaises et blocages. Les nouvelles technologies accélèrent un processus d’horizontalisation des sociétés et le développement de modes d’organisation moins pyramidaux et hiérarchiques qui entrent en conflit avec votre République paternaliste, inventée par le pater familias Charles de Gaulle comme s’il présidait un déjeuner dominical.

lire la suite en tapant le lien en haut (si vous abboné sur mediapart, aujourd'hui gratuitement accèssible)

=================================================================

Petit commentaire: Très intéressant comme approche, mais quand il n'y a pas de volonté dans les instituts et les individus dans un société, le tirage au sort ne peut pas non plus changer beaucoup non plus. Mais la pensée derrière le tirage au sort met justement en causse la fonctionnement des parti politiques et la foctionnement de notre soi-disant démocratie aujourd'hui. Mais sans profondement changer la fonctionnement de nous même, les instituts et les entreprises qui essayent de donner la contenue au état de droit, le tirage à sort peut être une nouveau leurre démocratique.

Les commentaires sont fermés.