Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/11/2015

Penser tout haut l’économie avec Keynes, de Paul Jorion, éd. Odile Jacob, 2015, Une synthèse, par Roberto Boulant

Prit du blog de Paul Jorion

 

Billet invité.

Le livre de Paul Jorion au travers la vie et l’œuvre de John Maynard Keynes, nous parle de la genèse de la pseudo ‘science économique’, et comment bien que reposant sur des postulats erronés, elle réussit à métastaser dans tous les secteurs de nos sociétés. Jusqu’à nous amener aujourd’hui au bord du gouffre.

Mais Penser tout haut l’économie avec Keynes, nous incite au contraire à ne pas désespérer. En nous montrant ce qu’une éducation pétrie d’une longue tradition d’humanisme, peut apporter aux hommes en les obligeant à s’élever au-dessus de leur égoïsme de classe. Comment elle tend alors à dissiper l’épaisse et aveuglante fumée de nos croyances, celles qui nous cachent l’accaparement des richesses par quelques-uns.

 

A contrario, en faisant revivre d’une manière originale la pensée de Keynes, Paul Jorion nous réapprend une leçon essentielle : il ne saurait y avoir d’économie viable, qu’au service du bien commun.

C’est pourquoi, en toute subjectivité, j’ai voulu écrire ces notes. Pour faire partager le plaisir que j’ai éprouvé en tant que lecteur, à me réapproprier le présent au travers du passé. Afin de pouvoir penser un avenir commun. Ensemble !

Rien que pour cela, ce livre mériterait d’être remboursé par la sécurité sociale. 

De l’économie politique, à la pseudo-science économique

Ce livre nous parle du plus gigantesque tour de passe-passe de tous les temps. Celui qui a vu une économie politique, véritable science au service du bien commun, être remplacée par la pseudo-science économique, véritable escroquerie au service d’une infime, mais désormais toute puissante, kleptocratie.

Et comment mieux décrire notre époque de nouvelles ténèbres, qui voit les inégalités et les injustices grandir et qui amène l’humanité au bord du gouffre, qu’en parlant de la lumière ? Non pas de la froide lumière idéelle et calculatrice distillée par nos écrans, mais de la fragile et vacillante lumière de l’esprit humain. Celle de l’intelligence d’un homme pétri d’humanisme et formé aux meilleures écoles de son temps, celle du plus célèbre des inconnus : John Maynard Keynes. 

Et il fallait bien l’érudition d’un Paul Jorion, qui a pris la peine de lire et d’étudier dans le texte la pensée de Keynes, pour réaliser ce tour de force : remettre au jour la vieille science oubliée pour nous libérer de nos modernes chaînes de la prétendue « science » économique, et de sa gargouille-croquemitaine, TINA.

C’est en cela que ce livre est passionnant, parce que sans jargon et dans un langage clair, il nous parle d’histoire, d’économie, des hommes et de leurs sociétés. Il nous oblige à nous rendre compte combien les idées que nous prenons pour évidentes sont le fruit d’une construction idéologique maintenant au service d’une caste.

Au travers de plus d’un demi-siècle d’histoire faite de bruit et de fureur, traversé par deux guerres mondiales, Paul Jorion nous fait suivre le chemin de l’homme Keynes, à la personnalité si attachante et si so british pour un lecteur francophone. Il nous donne à voir le cheminement de sa pensée, de ses fulgurances, de ses doutes, mais également de ses erreurs. Il nous donne à voir un monde disparu, un autre qui aurait pu advenir à la chute du nazisme, mais qui ne fut jamais de par la volonté américaine. Il nous donne à comprendre pour pouvoir mieux agir. Un cadeau inestimable à l’heure où le statu quo ante n’est plus possible.

Penser tout haut l’économie avec Keynes, mais aussi avec Paul Jorion et tous les humains de bonne volonté, qui veulent un avenir et un monde vivable pour leurs enfants.

Lire la suite

27/11/2015

_____________________________

 


Hommage aux victimes des attentats : Natalie... par publicsenat

 


Hommage aux victimes des attentats : Camélia... par publicsenat

26/11/2015

Ils nous pourrissent la vie en voulant nous la sauver (nadau)

Il n'y a pas que la traçabilité..................... :P ;-) :-)

 

un merci à Alain Montiginoux

21/11/2015

Free Money for all...... a provocative idea ....... and more ........ by Rutger Bregman

Désolé c'est en anglais par un Néerlandais....................      ;-)  :-)

20/11/2015

Masters (idiots!!!!??) of war ................................

Cette semaine dans la voiture j'entends Laurent Fabius sur France Inter, réveillé après trois ans et demi de hibernation politique ...... et il comprend il doit être ferme et claire .................. il n'a pas raté sa sortie d'hibernation politique .......


Laurent Fabius : "Si le monde n'est pas capable... par franceinter

 

J'espérai que Dominique Villepin était un des invités chez Ce Soir OU Jamais. Il n'est pas mais l'émission est commencé avec un résumé de son participation il y a un an chez CSOJ:


CSOJ - D. De Villepin - la guerre au terrorisme... par lakerwilliam

 

Emission intéressant ce soir CSOJ un merci aux tous les participants, la production et Frédéric Tadéï!!!

 

La situation est extrêmement difficile et complexe mais si nous ne regardons vers les causes et notre façon d'organiser (ou non organiser) l'injustice profonde dans notre société en France et en Europe on continue d'amener l'eau à l'océan pour un moment encore ......

Lire la suite

"Les illusions renouvlables" ce soir 18.00 au "Lieu dit" St Affrique organisé par l'Amassada

Pour s'informer, mieux comprendre, poser des questions, pour se rencontrer etc.

Afficher l'image d'origine

- VENDREDI 20 novembre soirée "énergie et cuisine" au Lieu-dit (5 rue de l'industrie à Saint-Affrique)
18h00 Rencontre avec José Ardillo autour de son livre "les illusions renouvelables" publié à l'Échappé.

« L’histoire de l’énergie s’inscrit dans celle de l’économie mondiale et, par conséquent, appartient à la sphère idéologique des mythes et des croyances soutenant les structures de domination qui tenaillent le monde. » Ardillo nous livre une analyse très riche et documentée de l’histoire récente de l’exploitation énergétique, abordée dans son rapport au pouvoir. Ce livre développe une critique implacable du modèle énergétique et social actuel, y compris de certaines illusions écologistes sur les énergies renouvelables.


20h30 Venez tous déguster un repas de soutien à l'Amassada préparé par le groupe culinaire de la Plaine.

- JEUDI 19 novembre à Réquista (maison pour tous) à 20h30
Conférence "l'énergie électrique renouvelable" animé par plateau survolté.

Tous les détails sur le site http//:douze.noblogs.org

19/11/2015

"Ils ne savent pas" chronique d'André Manoukian sur France Inter


"Ils ne savent pas" : la chronique d'André... par franceinter

 

A lire peut-être aussi: Vos guerres, nos morts par Julien Salingue

et

Ce fanatisme qui détruit l'Islam par Halib Saleh (Courrier International) All4Syria

18/11/2015

La bouilleur de cru à Roquetaillade jusqu'a vendredi

Roquetaillade, Aveyron bouilleur de cru

IMGP6644.JPG

Lire la suite

15/11/2015

..................

le-dessin-de-jean-jullien-representant-la-tour-eiffel-dans-un-symbole-de-paix_177500_w620.jpg

Lire la suite

07/11/2015

Montjaux: Ploutocratie ou démocratie? ....... ou l'effet Gulliver en Aveyron!

 

Ce billet était mis en ligne avant en novembre 2014 suite à la décision du conseil Municipal de laisser faire un étude de faisabilité d'un projet de 5 éoliens industrielles au Puech Guilhem en haut de Montjaux.

Je remets aujourd'hui parce-que le Maire de Montjaux a écrit un édito en avril 2015 dans laquelle il parle de « Gulliver ». Il décrit ce qu'il arrive aux petites communes c'est comme un naufrage. Bien écrit, mais peut être aussi une approche/observation fragmenté  et isolé qui montre, c'est difficile de voir de liens entre les différents événements sociaux et politico-économique.
Le
public
 est devenue, inconsciemment pour le plus part, collabo du Privé  et en conséquence a perdu sa crédibilité de parler pour le bien commun , son vrai bouleau initiale.

A lire avec un clin d’œil!!!! On peut parler d'un effet Gulliver quand on regarde façon parler pas plus loin que la longueur notre propre nez et tout nos petites décisions et observations (court-termiste chronique) ensemble créent une matrice qui nous emprisonne et après on se demande mais comment c'est possible (ou même pas!!!)?? Et en suite on devient des Don Quichotte's pour battre les moulins à vent sans regarder l'origine de ces moulins à vent que nous avons créé nous même. Ici se trouve la cercle vicieux dans laquelle le système politico-économique (le matrice bureaucratique dans laquelle Gulliver se trouve) que nous avons mis en place. A lire avec un clin d’œil, autrement l'essentiel ne peut pas se voir. Les éoliens industrielles à Montjaux sont juste une exemple, d'un logique court-termisme (comptable) institutionnalisé en occident qui nous fait courir chroniquement derrière les faits. Je ne suis pas contre les éoliens, mais je suis pour les éoliens citoyen et pas industrielles ou on laisse le facture chroniquement au futur. Autrement dites: nous ne sommes pas capable de voir un lien entre ce qui nous apporte et ce qui nous coûte et on croît c'est une naufrage quand le système étatique nous étrangle avec ces règles, lois et mesures sans fin et souvent sans l'esprit commun à causse d'une approche politico-économique fragmenté. 

Comme j'écrit sur le pamphlet le LEURRE politico-économique :  

.. ou comment un simple levier comptable a emprisonné l’économie, la démocratie, l’état de droit et peut-être le pire de tout: notre conscience.
La chasse au profit a une revers: la production des lois, règles et mesures sans fin, parce qu'on joue cache cache derrière ces « vérités » bureaucratique, sans prendre de responsabilité, ni individuellement ni collectivement. C'est ici se trouve le drame politico-économique sans fin pour le moment.

 

Les billets concernant les éoliens industrielles à Montjaux

 

Le conseil municipal de MONTJAUX, de gauche à droite :

Christophe CARTAYRADE, Arnaud MARIGNAC, Christian GAUBERT (3ème adjoint), Arlette BOUDES, Philippe CAVALIER, Jean FROMENT (Maire), David ROQUES, Delphine COMAYRAS, Jean-Claude FOURNIER (1er Adjoint), Lydie VALETTE, Christian BOUDES (2ème Adjoint).

 

IMGP5602.JPG

Ici ma réaction du premier coup

La démocratie en général est limité à jouer un rôle dans la marge aujourd'hui, c'est le fonctionnement ploutocrate* en nous qui décide pour le plus grand part et oui aussi malheureusement à Montjaux. Nous avons les mêmes reflex politico-pavloviène comme à Paris ou Bruxelles en conséquence la démocratie vient pour le moment pas d'en bas. La seule endroit ou le démocratie peu commencer c'est en nous-même. Il peut jamais venir de Paris ou Bruxelles. Et oui ça demande de courage d'observer et réfléchir soi même, échanger nos points de vues! Pas pour gagner le débat mais pour approfondir le débat et nos actions dans un esprit de l'intérêt général. Ça ne marche pas avec un baguette magique, mais par les hommes et femmes qui ont ni peur d'eux mêmes et ni peur de l'autre. Aujourd'hui on voit ici à Montjaux on n'ose pas de parler des sujets qui sont difficile et complexe et alors ça s'arrête quand s'apporte, fin d'analyse. Un signe de tristesse et pauvreté intérieur ......... comment dépasser nos peurs pour enrichir notre vie en commun???? Tout le monde le souhaite, mais on fait le contraire.... ????!!!!!

Il y a du boulot pour nous tous!!! C'est ça aussi la démocratie! Mais pour le moment ça existe que dans un dictionnaire!!



Il n’y a pas pour le moment le courage de réfléchir vraiment sur les conditions dans laquelle nous sommes contraint de prendre les décisions politico-économique! 

(on peut parler d'un effet Gulliver, libre après le bulletin municipal de Montjaux avril 2015)

montjaux,aveyron,ploutocratie,démocratie,christophe cartayrade,arnaud marignac,christian gaubert (3ème adjoint),arlette boudes,philippe cavalier,jean froment (maire),david roques,delphine comayras,jean-claude fournier (1er adjoint),lydie valette,christian boudes (2ème adjoint).effet gulliver,bulletin municipal montjaux avril 2015

Lire la suite