Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/11/2013

L'essence de la démocratie (I) par Peter Pappenheim

pour le moment une no man's land (photo prit de marianne.net)

L'essence de la démocratie

That is democracy
Democratie in een notendop

 

 

 

par Peter Pappeheim*

 

Une résumé en français de son livre :

The conceptual foundations of decision-making in a democracy

 

  1. Annexe : Sujets divers                

 


* L'écrivain est d'origine Néerlandais, si vous avez des améliorations/corrections/commentaires constructives à faire, n'hésitez pas à laisser vos observations!!!

Een Nederlandse versie kunt u hier vinden! (Democratie in een notendop)

An english version is to be found here! (That is democracy)

Lire la suite

27/09/2013

L'argent le « nouveau » commerce/religion/espoir d'un vie éternelle???

Ou comment nier la mort pour pas vraiment vivre !?

(c'est pas du tout la conclusion du colloque mais un peut la mienne)

argent-maris-8d5bb7714d.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Colloque très réussi le 21 & 22 septembre 2013 dans le centre Rabelais à Montpellier et organiser par le Collège des Humanités.

 

L'approche psychanalytique de l'argent je connaissais pas ou très peut et pour moi c'était une découverte rafraîchissante.

Marc Levi

Aborder la question de l’argent à l’aune du malaise de la civilisation impose de délimiter un champ. Pour des psychanalystes, l’approche ne peut être ni financière malgré la main invisible des marchés, ni économique malgré les lois complexes et les aléas du commerce.

Il ne s’agit pas davantage de considérer l’histoire de la monnaie et moins encore les avatars des spéculations boursières…
Dès lors, que reste t-il ? Il reste l’essentiel. Nous devrons méditer sur la valeur d’usage et son usure, sur la valeur d’échange et sa subjectivité ainsi que sur l’impérieuse et vaine tentative de combler notre manque à être.
De main en main, de compte à compte, d’employeur à salarié, d’état à état, les coupures se donnent, s’échangent, enflent ou dépérissent, empruntent des trajets insoupçonnés, répartissent les places, les fonctions, les rôles, définissent des circuits clairs ou obscurs, réjouissent les uns, affligent les autres selon qu’ils sont bénéficiaires ou victimes de la plus-value.
Signe d’un travail, l’argent est  signifiant d’un manque radical. S’affranchir de ce manque serait prétendre solder une dette impayable, une dette qui s’accroit à mesure qu’on s’échine à  vouloir la combler. Refoulée, forclose ou déniée, cette dette a pourtant creusé le trou depuis lequel nous désirons.
Dans les voyages divers et variés que l’argent effectue dans nos échanges désormais mondialisés, c’est cette dette qui circule, toujours la même, celle qui nous fonde…

 

Quelques observations:

Rome riche période de commerce mais Il depense plus qu'il travaille et en conséquence il n'arrivérait pas à redresser la situation. Pendant 6/7 siècle très peut de commerce.

Deux moments dans l'histoire importants:

La prise de Constantinople (1453), qui a fermé la route (de commerce) à l'oriënt.

La découverte de l'amérique (1492) nouveau monde, nouvelle espace commerciale.

Le mot hébreu  « Keshel » signifié: l'argent, désir et la honte.

L'argent est le signifiant de la manque ou la manque de jouir.

  

Jean-Daniel Boyer« Desir de l'argent et desir d'améliorer son sort dans l'ouvre d'Adam Smith »

Dans l’œuvre d'Adam Smith selon Jean-Daniel Boyer de l'argent n'est pas très présent, c'est plutôt le désir d'améliorer son sort. Il y deux observations qui m’ont marqué dans la présentation de Jean-Daniel Boyer : L'argent initiale est un marchandise comme une autre et l'argent doit circuler. Personnellement je ne crois pas que l'argent est une marchandise comme les autres. C'est le sang de la société, si tu donne « cette marchandise » une valeur en soi ça donnerai très vite une thrombose avec tout les conséquences qui vont avec.

Nous avons peur de garder le sang fluide, on stock l'argent et en conséquence nous avons besoin toujours plus de l'argent pour se sentir existentiellement en sécurité. En plus cette argent stocké et un moyenne de dominer les autres qui n'ont pas. Et petit à petit l'argent devient le monstre que nous avons créé nous même, chargé d'une peur existentielle. Pour guérir cette sang de l'économie on doit développer une théorie de la relativité de l'argent* dans laquelle on ne donne pas l'argent une valeur en soi. Pour cela nous avons besoin de créer les conditions qui rend l'économico-politique chroniquement dans « l'ici et maintenant », contraire à aujourd'hui il se situe dans le « demain ça va être mieux** » qui nous oblige de vivre perpétuelle à crédit aujourd'hui.

 

 

 

 

* En bref ça veut dire nous avons besoin de relativiser le valeur de l'argent, de le faire beaucoup moins absolut comme il est aujourd'hui. Le Capital est aujourd'hui notre dieu, qui nous régnons (ploutocratie). Nous avons donné la responsabilité de la fonctionnement de notre société au fonctionnement de l'argent et en conséquence nous sommes en colère et frustré ou nous cherchons la compensation par une réussite ploutocratique qui représente une aliénation de nous même. Qui ne veut pas dire entreprendre est « mauvais », sans entrepreneuriat il n'y a pas de société, c'est un des fondement le plus important de la société. Mais nous avons besoin d'intégrer l'entrepreneuriat avec altruisme. Ça ce n'est fait pas dans un journée mais nous avons de créer aujourd'hui le s conditions pour évoluer dans ce direction.

 

** Qui réduit la politique et les acteurs économique chroniquement à être mensongère.

 

Lire la suite

17/09/2013

Économie ou Économies dans le Royaume des non dits

Vendredi dernier il y a eu un débat dans le cadre d'un anniversaire de trente ans de l'association Les Femmes chefs d'entreprise (Hérault) avec les invités: Henri Guaino, Paul Jorion (Anthropologue et un spécialiste autre pour comment voir l'économie), Marie-Thérèse Mercier (directeur Ernst & Young Montpellier et présidente Medef -mtp-)et Olivier Torres (professeur stratégie et management et spécialiste/chercheur PME et TPE)

paul jorion Ici une introduction des intervenants sur le site Femmes chef d'entreprisehenri guaino

marie thérèse mercierOlivier torrès

 

 

 

 

 

 

Le titre du débat était:

 

Économie ou Économies, l'heure des choix.

Imaginons notre Futur

 

En résumé de quelque observations des différents participants*:

Marie-Thérèse Mercier: Elle essaie d'être un peut optimiste "nous sommes au fond de la crise", alors ça peut que monter. Même si c'est trop tôt de dire quelque chose sur 2013, l'activité premier dans la région de Montpellier est le bâtiment et pour le moment nous sommes - 10%/-15% par rapport à 2012.

Quelques remarques générale de Marie-Thérèse: selon elle il y a un crise de confiance et l'esprit d'entreprendre mérite d'être beaucoup plus mis en avant et positivé en France!!! Entreprendre n'est pas une crime (ces sont mes mots pour renforcer celle de Marie-Thérèse)

Les problèmes structurelles ne sont pas reglé et il y un absence de valorisation d'entreprendre.

Marie-Thérèse veut mettre à l'avant que les banques joue aussi une rôle important dans la sphère de l'économie réelle. Aujourd'hui il sont diabolisé, mais c'est que le parti spéculation et n'est pas leur parti de la valeur ajouté dans la vraie économie. Les banques font parti de l'économie réelle!!!!!

Olivier Torres: Comment répondre/expliquer, quand il y a trois entreprises: un va décliner, un va stagner et un autre va prospérer. Plus tard dans le débat il donne un exemple Suédoise ou un chercheur fait un étude parmi des entrepreneurs si il sont confiants dans la prospérité/croissance de leur entreprise. Des années plus tard il reprend l'idée d'interviewer à nouveau ces même entreprises pour demander entre autre comment leurs entreprises ont dévellopées? Et maintenant la grande question y a-t-il un corrélation entre les reponses des deux études? Pas de surprise il y a un assez grand corrélation entre ces deux études, qui veullent en bref dire ce qu’on projet dans notre tête a aussi une influence sur la réalité qu'on créé.

Selon Olivier, nous avons fait une génocide de proximité. Il est devenue abstrait!!! On gère à distance, on contrôle à distance (Mintzberg), mais au contraire on doit mettre l'humain au centre de l'économie!!! Les élites respect que la théorie, vous connaissez un chercheur de l'histoire du PME, c'est quasi absent même si la grand majorité des français il gagnent leur vie. Les plus part des français travaillent dans un TPE ou PME, mais dans la politique ou les universités c'est une sphère ou concept qui n'existe pas et c'est très,très grave!!!!

Paul Jorion: le petit peut que je retenue: On fait des études de probabilité de tremblement de terre en construisant un central nucléaire. Et on fait un étude de probabilité de montée de l'eau. Mais on ne fait pas des études si il se produise ensemble (aussi encore avec "vingt" autre facteurs). Conclusion ces études servent strictement à rien et sont souvent utilisé dans un "mauvais" sens par les "pour" et "contre" un cause.

La perte fait dans la spéculation est transmis au sphère publique!

Les règles par exemples de comptabilité mondiale se trouvent entièrement en dehors la politique, Bruxelles n'a rien, mais rien à dire sur le sujet!!!

Je ne sait plus si c'est Paul Jorion qui à dit mais concernant les statistiques: Il ne donne aucun réponse sur la probabilité!!!

Henri Guaino: Nous vivons un crise des valeurs et de représentation collective. Si il n'y a pas de croissance minimum de 1%, les conséquences seront ravageux. Priorité des priorités n'est pas la valorisation des entrepreneurs mais la valorisation du travail. C'est le nœud de la crise: la valorisation du travail.

Cause de la crise: dans les années 60/70 nous avons commencé construire une mondialisation sans aucun précaution, sans aucun règle. Un peut avec le dicton: de se construire au détriment de l'autre. Un sorte de compensation de la ravage par l'endettement, la fuit à l'avant permanent. Un machine à favoriser l'endettement. On conséquence on vit une crise d'endettement.

Une petit anecdote dur le métier du banquier, exprimer apparemment par un banquier lui même: On n'a pas besoin d'être très intelligent pour faire la métier du banquier c'est juste prêter l'argent à ceux qui peuvent rembourser. Aujourd'hui par des hommes très, très intelligents qu'ils ont développé des produits financiers pour vendre aux gens qui ne peuvent pas rembourser.

Henri Guaino accentué encore une fois que nous vivons une moment très cruciale dans de l'histoire. Si nous n'arriverons pas de changer la société et la fonctionnement économique, les conséquences seront catastrophique. Et la complexité pour resoudre le challenges sont très difficile, tout est lié à tout, il n'y a pas de solution miracle, ne soyons pas naïf à ce point. 

* Ces sont mes observations et interpretations que je donne en plus dans un contexte qui m'appartient façon parler.

Lire la suite

13/09/2013

Revenue de base, une impulsion culturelle

 

ausi visible sur: http://www.kultkino.ch/kultkino/besonderes/le_revenu_de_b...

09/09/2013

L'intégration de l'économie dans la démocratie et la démocratie dans l’État de droit.

L'intégration schématique

 

 

(ou comment un petit schéma pouvait changer le monde ;-) :P :-)  )

Lire la suite

24/08/2013

Colloque: De l'argent 21-22 septembre à Montpellier au College d'humanités (Rabelais)

 

Samedi matin  21 septembre

8h30 - Accueil des participants

Séquence I : L'approche Économique

9h30
INTrODUCTION : MARC LEVY
Psychiatre et psychanalyste à Montpellier , membre de l'École de la Cause Freudienne
« ENTRE AVOIR ET ÊTRE... »
 
 
9h30
JEAN-DANIEL BOYER
Maître de Conférences, Agrégé de Sciences Économiques et Sociales
« ARGENT, DESIR D'ARGENT ET DESIR D'AMELIORER SON SORT DANS L'OEUVRE D'ADAM SMITH »

 
10h15
PAUL JORION
Professeur d'éthique financière à Bruxelles (VUB), chroniqueur Le Monde - Économie.
« L'ARGENT : AU CONFLUENT DE NOTRE POUVOIR SUR LES CHOSES ET DES CHOSES SUR NOUS »

Pause - 15 mn

11h45
BERNARD MARIS
Economiste et chroniqueur, professeur à l’université Paris-VIII
« DETTE DE SANG, DETTE D’ARGENT »

 

Samedi après-midi

Séquence III : Champs de la philosophie et de la littérature

 

 

14h30

 
FLORENCE FIX
Professeur en littérature et arts de la scène. Université de Lorraine
« DEVOIR, DETTE, DOT : TRANSMETTRE L'ARGENT A SES ENFANTS DANS LE THEATRE FIN-DE-SIECLE »

15h30

 

PIERRE ZAOUI

Philosophe, maître de conférences en philosophie à Paris VII-Diderot
«
L'ECONOMIE FANTASMATIQUE DE L'ARGENT»
&
LAURENCE DUCHÊNE
Enseignante en Sciences Économiques et Sociales, Classes Prépa, Lycée Carnot Paris
TITRE NON COMMUNIQUÉ
 
 

Discussion avec le public

Lire la suite

21/08/2013

Cette après midi: Utopie, création d’un Institut d’études politiques alternatif du Larzac

Utopie sociale

IEP alternatif du Larzac 2013

Mercredi 21 et jeudi 22 août 2013 à 14h00

Utopie, création d’un Institut d’études politiques alternatif du Larzac

Deux jours d’exploration curieuse des utopies de chacun, de débats publics avec des personnes de statuts et d’opinions différents, de plaisir et de réflexion politique sérieuse, croisant nos choix avec les données sociales, historiques, écologiques ; deux jours qui préfigureront l’Institut d’Etudes Politiques Alternatif(ves?), notre utopie. Animé par Yves Repussard

Festival Clair des Luttes Programme 2013 (ce que vous avez raté)

Contact : 0626703965 / contact@clairdeluttes.org / www.clairdeluttes.org
Où : à la ferme de Brunas du Larzac, 15 minutes de Millau par la N9 vers Montpellier, direction Fermes du Nord-Ouest / Creissels/aire d’envol de Brunas
Quand : du 25 juillet au 22 août
Quoi : 3 expositions , 12 soirées cinéma et débat, 2 concerts, 1 ciné-concert et 2 journées d’université alternative.

Lire la suite

05/08/2013

Conférence de Paul Jorion sur John Maynard Keynes

Lire la suite

14/05/2013

Un mur de lamentation en Europe!? (1)

- en cours de l'amélioration perpétuelle de l'imparfait -

 

Le sens de l'absurde

La Cour Le Mur des Droits de l'Homme de l'Europe à Strassbourg

 La conscience  de l'europe
Ou comment faire pour (re)vivre l'esprit de loi?

 

Prisonnier de sa propre marketing comme nous tous?

 

J'ai reçu hier un lettre de la Cour Européenne des droits de l'homme concernant la requête 17971/11 et ici un parti d'une deuxième lettre enoyé mars 2012. Début avril cette année j'ai envoyée une troissième lettre et apparemment celle là a aidé la cour de m'envoyer sa premier réponse dans deux ans. Pour me dire que la requête n'était pas conforme les articles 34 et 35 du convention. Pas d'autres explications et une porte qui jamais était ouvert se ferme. Mais j'ai eu la possibilité de mettre en bout de papier dans ce mur de lamentation européenne à Strasbourg. ;-)

Je ne suis pas le premier à qui ça s'arrive......
Mais plus important, comment retrouver une cohésion et réciprocité partagé par chaque individu dans notre société?  Une mission impossible par la concurrence mutuelle! 
Mais qui va le dire à François Hollande, M. Rutte, M. van Rompuy, M. Barosso, . M Bayrou, M. Fillon, M. Gallois, la presse, les économistes, les entrepreneurs, les employées, les Syndicats, les parents, étudiants, enfants et à nous même?

Le mieux est d'essayer de comprendre. Personnellement je ne crois pas au renversement du système. Je vis dans un pays dans laquelle la révolution était plutôt catastrophique. Dans laquelle les institutions ont prit la rôle du Roi, intouchables dans une façon « plus moderne ». Mais je ne suis pas contre les institutions Française, ni celle de Pays-Bas ou d'Europe!!!* Si nous ne voulons croire ou pas ces institutions sont aussi responsable d'un certain stabilité que je suis heureux de percevoir. Et sa mérite cent pour-cent d'être reconnue!!! De ce point de vue je suis conservatrice.

 

Mais pas une conservatisme enfermé en lui même.

Sans une dose sain d'anarchie (l'indignation contre l'abus de pouvoir) et la solidarité et liberté l'esprit conservatrice est mort.

La changement profonde de la société est que possible qu'on accepte que nous ne sommes pas parfait et que nous avons peut être peur de changer nos habitudes. C'est important que nous acceptons que nous sommes ici et maintenant avec tout nos défauts et tout est là. Nous n'avons pas besoins plus ou moins, juste la volonté de voir que l'humanité est sur la même bateau (la terre) et que tout est là. Si on voit que nous pouvons co-opérer et partager, nous gagnerons la dignité d'être humain parmi d'autres, c'est la plus grand récompense que je pouvais imaginer. 

 

*******

 

 

* Oui il y a un côté de syndromisation de stockholm, je dois faire attention!!!! ;-) :P

Lire la suite

29/04/2013

La banalité du mal plus proche que nous voyons

 

Douloureuse exercise de voir soi-même dans ce monde en perte de sens, perte de la raison et l'empathie profonde de la réciprocité. Est ce que nous pouvons tout simplement nous observer sans nécessairement le juger? Créer l'espace et temps d'accepter que nous somme pas parfait!!!??? Voir "la dette" intérieur vis à vis la vie elle même. Non, pas la dette au monde financier ou à une religion, ni monde politique. La dette qui se situe en profondeur de notre âme, que nous devrons protéger qu'il ne soi pas exploité par le monde extérieur. Est-ce que nous pouvons libérer cette dette intérieur sans qu'il soi exploité dans une monde prédatrice?

 

Pour Adolf Eichmann le non-existant, ça n'a pas posé une question, il a juste fait ce qu'il croit est lui demandé, sans donner une signe de vie en lui-même, quand il était dans la viitrine de Jerusalem. En allemagne, Autriche et Hongrie c'était pas tout à fait ça!!!! ;-)

 

Est ce que nous voulons que nous se réveillons ou est ce que c'est plus confortable de ne pas avoir une dialogue avec soi-même? L'autruche est plus profitable!!!! ?? Le monde est telle qu'il est, si je ne fait pas ce que ce monde me demande c'est vite fini. Peut être vous connaissez l'exemple des jeunes étudiants de droit qui enthousiaste commence son étude et pendant et après son étude se rends compte qu'il a perdu ses soi disant illusions? Le monde peut être cruel à ce point, comme il ét certainement aussi pour Monsieur Eichmann, qui sans être conscience a choisit de devenir une sorte de zombie à Jerusalem!

Mais dans sa vie active il n'était pas une zombie il a fait carrière!

 

Sans nous juger ou juger l'autre, mais sommes nous si différents, bien-sur sûr une dégrée différent, est ce que nous avons pas perdu aussi pour un parti le lien avec l'essence vitale caché en chaque être humain? Est ce que nous voulons que chacun est capable de réfléchir lui même, de se sentir vivant en relation avec la vie même?

 

Sa ressemble plutôt comme une sorte d'anarchie incontrôlable en premier vue, non?

 

 

Est-ce que la banalité du mal, n'est pas partout dans notre société en perte de raison sain et de la sens. Chacun se bat pour soi sans cohérence et lien hors notre petit monde, dans notre petit cinéma de Platon isolé des autres? Est ce que la politique, la commerce, la religion veut que nous évoluons vers une sorte de liberté intégré ou nous préférons que l'autre reste dépendant un façon ou l'autre de nous?

 

Un petit blabla après que j'ai vue l'excellente film de Margarethe von Trotta, Hannah Arendt hier.

Quand Claude Lanzmann repond à Hannah Arendt Marianne (ajouté 13-5-13)

 Claude Lanzmann, les procureurs se calmeront (ajouté 23 mai 2013)

deux articles par Aude Lancelin pour le sorti de documentaire de Claude Lanzmann: Le dernier des injustes: 

 

 

 

Claude Lanzmann, le dernier des géants?

 

Lire la suite