Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/02/2013

L'argent et l'éthique, assemblée organisé par Marianne à Nice

Éthique et argent : les leçons de notre Assemblée à Nice

Lundi 18 Février 2013 à 05:00 | Lu 1847 fois I 4 commentaire(s)

 

Maurice Szafran - Marianne

 


Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, invité de l'Assemblée Marianne, le 14 février 2013 - BEBERT BRUNO/SIPA
Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, invité de l'Assemblée Marianne, le 14 février 2013 - BEBERT BRUNO/SIPA
 


1. 6 000 participants
Plus de 30 débats ; plus d'une centaine d'intervenants, historiens, économistes, chefs d’entreprises, philosophes, responsables politiques, militaires de haut rang, banquiers, etc. Un plateau impressionnant. Des échanges de grande qualité. Mais là n’est peut être pas l’essentiel.

L’essentiel ? La présence, non la participation enthousiaste de 6000 Niçois, attentifs, exigeants, avides d’entendre, de débattre, de questionner, refusant toute langue de bois et le faisant savoir haut et fort.

Cette formidable participation citoyenne doit être prise au pied de la lettre (et au sérieux, très au sérieux, on ne peut plus au sérieux !), notamment par les... journalistes : elle montre à quel point la notion, jadis pertinente, de « consommateur d’information » n’a plus aucun sens, à quel point le débat et l’échange sont aujourd’hui une part essentielle du fameux contrat de lecture.

Un journal papier et un site internet, voilà les deux supports de Marianne. Il ne faut plus négliger un troisième outil tout aussi important, essentiel : l’Assemblée ou nous regrouperons nos lecteurs — et bien d’autres — pour les entendre, les comprendre, prendre leur expression a notre compte.

2. L’inquiétude
Au cours de ces deux journées et demie, les noms de Francois Hollande, Nicolas Sarkozy, Jean-Marc Ayrault, Jean-François Copé ou Jean-Luc Mélenchon n’ont quasiment jamais été évoqués. C’est dire la défiance des citoyens envers leurs responsables politiques – de gauche comme de droite.

À l’inverse pas un débat – quel qu’en soit le thème – , pas un échange, pas un désaccord, pas un affrontement théorique ou pratique ne s’est engagés sans qu’aussitôt la crise, ses origines et ses conséquences ne soient évoquées. Inquiétude généralisée. Attente, désormais impatiente, de propositions alternatives à la politique économique de la rigueur, celle que les tenants de la pensée unique, toujours aussi puissants et sûrs d’eux-mêmes, ont réussi à imposer aux gouvernants.

Marianne aura l’occasion d’y revenir. Dans le journal. Sur le site. Et lors de la prochaine Assemblée. Bientôt...

 


>> Retrouvez l'ensemble des articles et vidéos produits par les étudiants de l'École de journalisme de Nice (EDJ) sur notre page spéciale consacrée à l'Assemblée.

Lire la suite

02/11/2012

Law, ethics and the business world

 

I didn't look yet but the first speaker is rather naïve on how "business" (also) functions. Maybe Tocqueville maybe of interest for him ;)

But the subject in itself is from utmost importance!!! For business it will be very difficult to see and admit that they are in fact the roots who nourishes the so much by entrepreneurs detested bureaucracy.

I hope one day the businessworld will start to see this and smiles to themselves in solving one of the most destructive paradoxes of our present time. 

 

Course given by Paul Jorion "Stewardship of Finance"

09/10/2012

"Externalities" by David Suzuki

 

 

David Suzuki explains the fallacy of conventional economics, in an interview done for the BBC. The song is "Outro" by M83.

Clip sources:

the films "Sacred Economics" and "The Revolution Is Love" by Ian MacKenzie.

HOME

EARTH

BARAKA

FAIR USE NOTICE: This video may contain copyrighted material. Such material is made available for educational purposes only. This constitutes a 'fair use' of any such copyrighted material as provided for in Title 17 U.S.C. section 106A-117 of the US Copyright Law.

 

Site de David de Suzuki Les solutions sont dans notre nature.

 

Profit is equal to loss

 

Profit égale perte

29/06/2012

Ego, « égaux » et eco.

ego-egaux-et-eco.jpg

 

 

04/05/2012

A jungle of profit

The documentary "A jungle of profit" is an innitiative of the dutch association the club of Rome by Tineke Lambooij en Bas Jurres.

Good intentions but unfortunately very little sense of reality.

Let me try to say why otherwise my own "good" or "bad" intentions show little sense of reality.

Some of the people interviewed in this pre-edit are (former dutch) politicians from wich I appreciate for exemple Ruud Lubbers, former prime-minister of the Netherlands. This doesn't mean that a fully agree with him! "The laws of profit" have there own dynamics and  if you leave your inner-judgments out of that, then you only will create a sort of sustainable-fascism. If profit as leading technocratic mechanism is left out of the discussion as a sort of untouchable dogme, politicians and ordinary businessmen well stay trapped in its bureaucratic (sustainble ;-) ) prison.

Profit seen from within the actual context is about how to dominate others, you can label it as "economic", "just", "sustainble" or whatever other good intention it will be one dominating the orther. So in the end it will not work, wich means we stay trapped in the jungle of bureacratic profit.

But is very nice to see that former enviromental minister Hans Alders is pin-pointing the problem/challenge very well when he expresses his experiences when he talks with "the business world" when the ask or even cry out:

What can we do, tell us what can we do   !!!!!   ???? 

 

Profit is today is a bureacratic translation, change "profit" in "living-priorities" and we may find new ways of economic-communication, much less paronoid and confusing as it is today.

20/04/2012

Le monde selon Stiglitz


DOCUMENTAIRE LE MONDE SELON JOSEPH STIGLITZ 1 par DOCUMENTAIREROOTS

 

Pour voir le documentaire entier cliquez ici.

Lire la suite

19/04/2012

Ploutocratie et/ou démocratie c'est ça la question!?

 Le video dans son contexte original des mutins de pangée

Comme tout les autres présidents avant, le nouveau président va avoir une difficile marge de manœuvre entre « le monde financier » et « l'état de droit, » la soi-disant « République ».



Comment faire? Vu les mécanismes politico-économique en place c'est impossible, c'est un jeu de pouvoir et si la droite, gauche, centre, François Hollande, Nicolas Doisy, moi et vous continuer à croire que c'est l'argent qui fait bouger le Monde, c'est le monde financier qui va gagner la bataille et on va rester une ploutocratie. La démocratie, la république et l'état de droit va rester des intentions désirée, mais très peut concrétisé.



 

Lire la suite

09/04/2012

La machine contre l'être humain

.... ou notre* religion populaire que nous pouvons vivre de ce qu'il n'y a pas encore produit.

 

 

 

* Une religion partagée par entrepreneurs, chômeurs, politiciens, journalistes, scientifiques-économiques moi-même et tous les autres bureaucrates.

 

 informations complémentaires,requête no. 1797111,cour européenne des droits de l'homme,revenues de l'économie réelle,revenu non encore produit,transposition de l'économié réelle en un univers de chiffres et,comptabilité,rouages insignifiants,gigantesque machine,chaine de ponzi,lettre en chaine,die gazette,presseurop,80% du fonds d'aide à la grèce,banques,contribution réelle,système illusoire,terreur de classement,religion économique

 

English version (tempory) Machine against mankind can be found here.

 

Par machine, on entend la transposition de l’économie réelle en un univers de chiffres et de nombres. Parce que nous avons attribué une valeur en soi à cette transformation, cette dernière est devenue, au fil du temps, plus importante que l’économie réelle elle-même.

 

L’économie est divisée en une économie réelle et une variante arithmétique, une comptabilité fonctionnelle en reflet de l’économie réelle. Cette comptabilité permet de comprendre et d’avoir prise sur ce qui survient dans l’économie réelle. Vue sous cet angle, la comptabilité me semble être un instrument très utile et indispensable. Mais que se passe-t-il si nous accordons à cette comptabilité une valeur en soi ? C’est alors exactement le moment où se produit une séparation d’avec l’économie réelle. Il est possible d’y pallier très simplement, en associant et faisant participer le comptable à l’économie réelle, grâce à quoi la comptabilité demeure une partie de l’économie réelle et ne s’en détache pas.

 

 

Lire la suite

 

A lire aussi: L'intégration oubliée.

 

 

01/04/2012

Petite leçon de fiscalité au bistrot du coin

 ......... ou une autre manière pour voir que la système est en faillite.

 

Poisson  d'avril ou vrai? C'est à vous de divinez!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! :-)

 

Est ce que ça sert encore de voter...................................... dans une illusion?

 

Petit cours de fiscalité et de solidarité : à méditer tranquillement et en

 

riant…Tous les jours, 10 amis se retrouvent pour boire une bière.

 

 L’addition totale se monte à 100 € (10 € par personne)…

 

Nos dix amis décident de payer cette facture selon une répartition qui s’inspire du

 calcul de l’impôt sur le revenu, ce qui donne ceci :

· Les 4 premiers (les plus pauvres !), ne paient rien.

· Le 5ème paye 1 euro

· Le 6ème paye 3 euros

· Le 7ème paye 7 euros

· Le 8ème paye 12 euros

· Le 9ème paye 18 euros

· Le dernier (le plus riche !) paye 59 euros.

Ils se retrouvent chaque jour en fin de journée pour boire leur bière et semblaient assez

 contents de leur arrangement jusqu’au jour où le tenancier décide de leur faire une

 remise de fidélité : « Comme vous êtes bons clients, dit-il, j’ai décidé de vous faire

 une remise de 20 € sur la facture totale de 100€. Vous ne payerez donc désormais

 vos 10 bières que 80 €. »

Le groupe décide de continuer à payer la nouvelle somme de la même façon qu’ils

auraient payé leurs taxes. Si les quatre premiers continuent à boire gratuitement,

comment les six autres (les clients payants) allaient-ils diviser de façon équitable les

20 € de remise ? Ils réalisent que 20 € divisé par 6 font 3.33 €. Mais s’ils soustraient cette somme de leur partage, alors le 5ème et le 6ème homme doivent être payés

 pour boire leur bière. Pas correct !

Lire la suite

18/03/2012

Questions à resoudre et autres par Paul Jorion

 

Lire la suite