Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/01/2012

Terre et Agricole la base de notre vie.......


Claude Bourguignon - Colloque : "Où va le monde ?" par EuropeEcologie

 

Billit sur le blog de Paul Jorion:

LES DÉFIS DE L’AGRICULTURE DU 21ème SIÈCLE, par Gilles Domenech

A few questions to deepen the political-juridical economic debate.


 

Is the (economic) survival of the fittest constitutional?

It may be difficult to answer this just like that.

The negative side effects of ‘competition’ are not as tangible in a world where relatively few people live. Imagine a world with half a billion people and you can imagine that there is a place under the sun for everyone. In a world becoming ever more crowded, the side effects of ‘mutual competition’ will be ever more apparent.
It might be important to ask several questions:

For whom is ‘mutual competition’ efficient?

For those who already have a head start, the government, the losers, the winners, or the economy in general?

What happens to communication between the government and the people when ‘mutual competition’, which leads to ‘profit and growth’, is the most important social principle?

What does this do to the self-regulating ability of individuals in their interrelations within a society?

Do not people (and companies) become ever more dependent on the government as a result?

What does ‘mutual competition’ do to participation within a society, the independence of each individual and tolerance towards others?

How (economically) efficient is ‘mutual competition’, when you take profit and growth as a starting point instead of people and democratisation?

How democratic is our society if ‘winners’ have more rights than ‘losers’?

How much credibility does the government and the constitutional state have if winning is a more important social (economic) principle than coexistence?

What promotes an individual’s independence in society?

Do we compete against each other or do we create the conditions necessary for individuals to face society’s challenges and share them by participating and learning to co-operate?

Where does competition end and do crime, terrorism and war start, and what roles do politics, the legal system and the individual play in this?

I hope these questions and points of view are interesting for you, as a reader and, more importantly, as a fellow human being.

Best regards,
Peter Hoopman
Roquetaillade – Aveyron         

08/01/2012

La mascarade technocrate continu.......

La France veut mettre en place la taxe Tobin/financière, même si l'idée peut être sympatique au début, ça va rien changer au fond.

En bref cette solution technique dans une monde virtuelle/technocrate, c'est pour se donner l'idée aux gens qu'il fond des choses. Mais en bref c'est une grande mascarade bullocrate. Pour mettre le brouillard à eux même et pire à nous! Mais ils ne sont pas conscient de tout celà.........

Alors ne soyé pas trop sévère vers eux/nous. :-) ;-)




 A lire aussi:

Chers terroristes informatiques

 

Une question qui "tue"

 

Quelques questions pour.......... 

 

Pourquoi cette scene?

 

Si j'ai bien compris François Hollande, le PS, veut aussi cette taxe financière. Il n'a rien compris non plus, ni de Marx ni d'Adam Smith et surtout l'intégralité des deux. Mais au moins le PS et Sarko sont d'accord sur quelque chose. ;-)

Malheureusement François Bayrou reste aussi aux côtés des tehnocrates, même si il est façon parler mille fois plus nuancé que Sarko et Hollande.

photo pris de nouvel obs, mais je ne suis pas certain

04/12/2011

Goldmann Sachs, les nouveaux maitres du Monde (Canal+)

 

A voir aussi: Cleveland contre Wallstreet, qui montre selon moi bien la complexité du système. Façon parler c'est facile de dire c'est la faute de Goldmann Sachs, c'est vrai et en plus le plus haut que nous sommes dans l'actuelle hiérarchie, le plus responsable nous sommes. Mais si nous ne voyons pas notre propre fonctionement on va jamais voir l'intégralité de la problématique.

Quand Sartre a dit, l'enfer c'est l'autre, ça veut aussi dire l'enfer est aussi dans nous-même. Seulement par rendre conscience de notre propre fonctionnement dans le système, nous pouvons changer le système. Si on continue de dire c'est la faute de "Goldmann", "le PS", "la droite", "la media" etc. nous ne voyons pas l'intégralité des choses.

A lire aussi:

Pouvoir et intégration

Tous au Larzac, la lutte contre Sarkollande 

19/11/2011

Another brick in the wall

15/11/2011

Quelle marché.................!!!!!!!!!!!!!!!!!!????????

 

source: Reuters

La BCE achète de la dette italienne après l'adjudication

lundi 14 novembre 2011 13h05
 

 

LONDRES, 14 novembre (Reuters) - La Banque centrale européenne a commencé à acheter de la dette italienne sur le marché secondaire, en raison d'une montée des taux de rendement à la suite d'une adjudication d'obligations à cinq ans lundi matin.

Cette adjudication de trois milliards d'euros a produit un rendement de 6,29%, le plus haut depuis l'introduction de l'euro, coupant court à l'effet apaisant qu'avait produit la nomination de Mario Monti à la présidence du Conseil italien.

Les marchés se recentrent maintenant sur l'ampleur de la tâche que Mario Monti doit accomplir, ce qui ne les rassure pas.

Un trader a dit que la BCE achetait du papier à échéance 2018 et un autre a signalé qu'elle portait son effort sur le papier de quatre à cinq ans.

Le rendement du papier italien à cinq ans gagnait deux points de base à 6,55%, après un pic de séance autour de 6,63%. (Kristen Donovan, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Dominique Rodriguez)

Lire la suite

04/11/2011

Slavoj Zizek talks on Al Jazeera

30/10/2011

Quelqu'un qui a quelque chose à dire (ce soir ou jamais)

selon moi.

28/10/2011

Appel pour un audit citoyen de la dette publique

 

http://www.audit-citoyen.org/

 

Signez l’appel pour un audit citoyen de la dette publique !

Écoles, hôpitaux, hébergement d’urgence, retraites, chômage, culture, environnement… nous vivons tous au quotidien l’austérité budgétaire et le pire est à venir. « Nous vivons au-dessus de nos moyens », telle est la rengaine que l’on nous ressasse dans les grands médias. « On n’a pas le choix, il faut rassurer les marchés financiers ».

Nous refusons ces discours culpabilisateurs. Nous ne voulons pas assister en spectateurs à la remise en cause de tout ce qui rendait encore vivables nos sociétés, en France et en Europe.


NB1 : Un email de confirmation vous sera envoyé une fois que vous aurez cliqué sur le bouton de signature. Prenez garde à ce qu’il ne soit pas bloqué par votre filtre à spam.
NB2 : La «politique de confidentialité» est celle d’une pétition classique : seuls vos nom, ville, pays et commentaires sont considérés comme des informations publiques.

26/10/2011

Sauver l'illusion par l'illusion

Non, je ne suis pas contre l'euro, ni l'europe, je suis "contre" l'illusion de l'euro, francs français ou florin etc. etc. (C'est un peut ridicule d'être contre une illusion ;-) )

 

Je ne suis pas non plus contre l'état, dans les années à venir on a besoin l'état intégré, plus que jamais pour faire la transition d'un economie dominant et illusoir nourit par nous même vers l'économie d'un réalité quotindienne.

Je sais c'est pas gagné! Pour le moment nous restons des esclaves et prisonnniers entre culpabilité (dette) et recompense (profit.)

Dans l'abstrait ces sont des illusions! Pas pour juger mais pour se rendre compte (voir!)

 

La caverne bureaucratique de platon

 

Comment sortir?

Bonne question! Se rendre conscience, ce q'on en train de faire.

Aujourd'hui c'est l'économie indirect qui a gagné et qui nous règnons, mais c'est nous qui aliment cette illusion bureaucratique. Et dans cette illusion nous jouons un jeux de pouvoir avec au bout de compte que des perdants. Nous les croyants! ;-) Nous avons besoins de renouveler les vrais priorités de la société, locale et internationale. Sans partage et justice nous resterons sur le champs de bataille en detruissons nous même et l'autre. Le libre marché devient possible si nous retrouverons les prioritées quotidiennes.

Mais c'est vrais c'est une idée difficile à vendre. ;-)

 

Est-ce que la réunion aujourd'hui en Bruxelles sert à quelque chose?

Oui et non, à mieux "ils gagnent du temps", pour sauver la système quelques mois ou un année. Par la logique de l'economie indirect, les intstitutions nationale et Européen sont déconnecté de la réalité économique du quotidienne.

Aujourd'hui la politique, l'état ne fait plus parti de l'économie direct. Elle vie façon parlé dans l'exclusivité, sans racines dans la société. Si l'état faissiez parti de la société ils se rend compte on doit vivre avec ce qui est disponible. Aujourd'hui nous avons créé une carotte pour courir sans fin derriére (l'illusion bureaucratique.)

Si nous avons besoin de vivre avec ce qui est réellement là, la réunion en Bruxelles façon parlé s'explose par la panique et la peur. Parce que ça veut dire qu'ils ont perdu leur positions exclusif, hors la société.

Psychologiquement on doit trouver une passage partiellement basé sur l'ancien (actuelle) système et la nouveau système dans laquelle nous apprendrons de vivre avec ce qui est disponble en participant et pas comme aujourd'hui par prendre mais par se rendre compte que sans partage et justice on ne va pas sortir l'auberge (bruxelles ;-).

http://www.pauljorion.com/blog/?p=29947#comment-244823