Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/04/2011

L'immigration le faux débat continu (2)

Ce qui est dommage que les débats sont fragmenté aujourd'hui et il y a très peut de débats sur l'intégralité des problèmes et challenges de la société. On a fait quelque sorte un diviser et contrôle débatère.

Cette fragmentation du débat sans voir le total laisse le débat dans une vide, sans contexte, un débat qui continue d'être dans une virtualité politico-médiatique.

Ni la media ni la politique n'ont pas vraiment l'intérêt que ce débat se profondit pour dévoiler sa intégralité façon parler.

Qu-est qui se passe dans le débat sur l'immigration?

  •  La peur de l'autre?
  •  La contexte et l'éffet de la mondilisation?
  •  La peur de soi-même peut-être?
  •  Les élections politique technique qui ont peut avoir avec la démocratie?
  •  Le pouvoir hiérarchisé?
  •  Les méchanismes et pouvoirs économiques?
  •  Il y a encore un éspace dans notre âme et société ou l'homme égale l'homme?

 etc.

Demandez vous pourquoi il n'y a pas vraiment un débat sur cette sujèt sensible?

 

Vous êtes depuis septembre dernier entre 600 et 1000 visteurs unique par mois sur cette blog, prend le risque de laissé une commentaire ou analyse de votre part, si vous avez envie de le faire!

 

 

 

 



 

 

 

 

22/04/2011

L'immigration le faux débat continu (1)

Un débat pour la mille-et-unième fois re-enclenché cette fois par Marianne le 6-2-2011, Ce soir et jamais etc. etc. etc. etc. etc. etc. 

 

Pourquoi ce débat étérnelle politque correct ou incorrect mais au fond on touche rien du tout?

L'article de Paul Thibaud est plutôt une inventaire pour créé un (nouveau) point de départ. Jean Raspail ne va pas ou ça fait mal, même quand parfois des choses à réflichir! Mais son approche à aussi une côté dangéreux comme il dit lui même!

Peût être un tentation prochaine fois d'y repondre! Entre temps j'espère vous y réflichi vous même pourquoi c'est un débat sans fin!?  

Un grand compliment pour l'observation de Philippe Dessertine économiste en plus ;-) Comme aussi parfois Michel Godet et les autres.

 

Blog fait le 6 février 2011, on va voir si le débat va changer de fond entre temps.

 

Je doute!

Lire la suite

16/04/2011

A system designed to crash by David Korten

 

David Korten on why a money system dependent on constant growth can’t last.
 
by

This is the twelfth of a series of blogs based on excerpts adapted from the 2nd edition of Agenda for a New Economy: From Phantom Wealth to Real Wealth. I wrote Agenda to spur a national conversation on economic policy issues and options that are otherwise largely ignored. This blog series is intended to contribute to that conversation. —DK


Money Pile, photo by Nick Ares
 

Photo by Nick Ares.

The unrealistic expectation that money should grow effortlessly in perpetuity [see my last blog] is more than an issue of unrealizable expectations. It combines with a Wall Street controlled debt-based money system to create an imperative for the economy to grow the profits of bankers, and thereby the richest among us, to keep the financial system, and thereby the economy, from collapsing.

It is odd that we experienced a financial collapse in 2008 because of a credit crunch, a shutdown on lending, at a time when the world was already awash in money. BusinessWeek’s July 11, 2005, cover story shouted “Too Much Money” and spoke of a savings glut. Its June 11, 2008, European issue reiterated the theme: “Too Much Money, Inflation Goes Global.”

Most discussion of the financial crisis focuses on the details and misses the big picture. First, much of the money was tied up in the Wall Street casino rather than facilitating productive activity in the real economy and was simply pumping up a phantom wealth bubble. Second, virtually every dollar in the system was borrowed, because in our money system, banks create money by lending it into existence. When this debt is used to inflate financial bubbles and support Ponzi schemes, eventual default is inevitable. 

The problem appears to be a lack of money, even though the total money in circulation is far more than enough to cover real-wealth exchanges in a rational real-wealth economy.

Third, Wall Street and the Federal Reserve are joined in an alliance to keep “wage inflation” below the level of growth in the real cost of living. This assures that the benefits of productivity gains all go to owners rather than being shared with workers. It also keeps inflation confined to financial bubbles that inflate the phantom wealth financial assets of the rich.

Furthermore, it forces the bottom 90 percent of the population—the people who make their living by producing real goods and services—into debt at usurious interest rates to the top 10 percent to cover daily basic daily expenses. Inevitably, the amounts owed exceed the borrower’s ability to repay. The lenders then stop lending and foreclose on the assets of the desperate borrowers.

When a loan is repaid or goes into default, the debt is canceled and the money supply shrinks by that amount. Most loans continue to be repaid, but if new loans are not being issued, the demand for real goods and services falls because people don’t have the money to pay for them. As demand falls, businesses lay off workers, who then join those pushed into default.

The problem appears to be a lack of money, even though the total money in circulation is far more than enough to cover real-wealth exchanges in a rational real-wealth economy. The money, however, is locked up in the Wall Street casino economy rather than circulating in the real Main Street economy. Pouring public bailout money into Wall Street serves only to reflate the bubble. It does nothing to revive the real economy.

When the credit funds current consumption and phantom wealth speculation, the result is ever-increasing debt, inequality, destruction of the natural environment, erosion of the social fabric, and ultimate default.

The demand by Wall Street for the eventual repayment with interest of nearly every dollar in circulation means that to avoid collapse, the economy has to grow to generate demand for new borrowing to put new money into circulation to pay the interest due to bankers on already outstanding loans. This demand for perpetual growth simply to keep the bankers solvent results in a serious distortion of society’s economic priorities.

Rather than maximizing real well-being, policy makers are compelled to focus on avoiding economic collapse by growing the money economy. A debt-based money system can make sense when the credit funds real investment. When the credit funds current consumption and phantom wealth speculation, the result is ever-increasing debt, inequality, destruction of the natural environment, erosion of the social fabric, and ultimate default.

Ladakh Children, photo by Daniela Hartmann
7 Steps for Action Toward a New Economy

For too long, we have put up with a money system designed to grow the financial assets of rich people at the expense of assuring continuing cycles of economic boom and bust, confining billions to lives of desperation, and reducing Earth to a toxic waste dump. We can do better.

Growth in GDP creates the illusion that we are getting richer, even as we accelerate our material, social, and spiritual self-impoverishment as a species. Fortunately for our common future, people everywhere are waking up to the reality and challenging conventional economic wisdom. They are focusing their attention on rebuilding their communities and local economies to improve human security, health, and happiness without regard to how this impacts GDP, corporate share prices or other bogus indicators of economic well-being. It is an important beginning.

An obvious next step is to replace GDP and other financial indicators with indicators of the health of our children, families, communities, and natural systems as the basis for assessing the economy’s performance. We may then notice that destroying living wealth to create financial wealth is an act of collective suicidal insanity and begin treating money as a useful tool for managing our economic choices rather than as the end to be maximized.


David Korten (livingeconomiesforum.org) is the author of Agenda for a New Economy, The Great Turning: From Empire to Earth Community, and the international best seller When Corporations Rule the World. He is board chair of YES! Magazine and co-chair of the New Economy Working Group. This Agenda for a New Economy blog series is co-sponsored by CSRwire.com and YesMagazine.org based on excerpts from Agenda for a New Economy, 2nd edition.

The ideas presented here are developed in greater detail in Agenda for a New Economy available from the YES! Magazine web store — where there are 3 WAYS TO GET THE BOOK and a 22% discount!

Interested?

3 WAYS TO GET THE BOOK with a 22% discount


 

More by David Korten:

YES! Magazine encourages you to make free use of this article by taking these easy steps.Korten, D. (2011, March 21). A System Designed to Crash. Retrieved March 28, 2011, from YES! Magazine Web site: http://www.yesmagazine.org/blogs/david-korten/a-system-designed-to-crash. This work is licensed under a Creative Commons License Creative Commons License

15/04/2011

Le marketing politique

Comment les Polutiques se mettent en scène ;-)

 

 

 

Affaire de priorité

28 novembre 2005 sur france inter j'ai entendu dans un émission quelque chose inquétant/intéressant. Je pense ou j'espère j'ai mal compris, entendu ou raté complètement le context de l'émission.

Les dépenses mondiale les plus importants:

1. Guerre

2. Publicité

 

Dans l'économie c'est important de prendre ta place, la question nécessaire est. Est ce qu'on doit prendre la place ou frais des autres?

Tout les liens avec les politique, les multinationales, la soi disant marché libre, la fonctionnement de la justice ou la fonctionnement de l'homme en général est fruit d'un pure hasard. A lire avec clin d'oeil, autrement l'essentiel ne peut pas paraître.

Autrement dit, essaie de lire comme une observation et pas comme une accusation.

 

Propagande, manipulation des masses et l'abus de pouvoir

12/04/2011

Pétition contre la directive européenne sur les plantes médicinales

 

La politique européen malade et dépendant sur les genoux des industriels pharmaceutiques?

Clique sur le photo!!!

 

Ou comment les gouvernements créent l'espace de croissance (pour faire de profit bureaucratique) pour les multinationals!!!

 

A lire aussi: Monsanto et Bruxelles main à la main

10/04/2011

Instinct, control, illusion of freedom & Giving up dominion

 

 

 

 

Lire la suite

09/04/2011

l'agonie de capitalisme par paul jorion



 

 L'agonisme du capitalisme par Paul Jorion

 

Pour être clair, dans l'analyse je vais plus loin que Paul Jorion. Dans la vie de chaque jour j'imagine je me trouve plus prêt de Paul Jorion, parce que nous avons besoin de trouver un moyenne de vivre ensemble sur cette planète. Et éternellement faire du blabla sur l'analyse sert au bout de compte ne pas à grand chose.

Mais tôt ou tard l'analyse abstrait redevient important pour trouver un base a partir laquelle que nous pouvons trouver un base scientifique pour l'économie. Paul Jorion veut encore garder la base bureaucratique du capitalisme intact. Il va très probablement dire ce n'est pas vrai, mais il veut garder en route l'illusion bureaucratique de récompense. La "réalité" est encore trop confrontant.

Cette vision aujourd'hui "trop confrontant" devient visible si l'espirit commun reveille en nous. C'est individualisme venu adult. ;-) :-)

 

07/04/2011

Gasland

 

http://www.dailymotion.com/video/xhfvhy_gasland_news

 

 

 

 

 

06/04/2011

Taux d'intérêt égale inflation

 

C'est pour moi une certitude mathématique, c'est comme le profit égale perte la philosophie de base. Mais bien sur c'est une tabou aujourd'hui dans la monde économique bureaucratisé. Dans cette monde pour survivre nous avons besoin de croire si c'est possible, qu'il y a un différence entre le taux d'intérêt et l'inflation en faveur le taux d'intérêt.

Si aujourd'hui il n'y a pas de différence entre taux intérêt et l'inflation, ça veut dire que nous sommes en train de travailler pour  « rien », technomacro-économiquement parlent. Le taux d'intérêt doit être un peut plus que le taux d'inflation, dans l'économie virtuel ça veut dire ça bouge, si ils sont égale, pourquoi se lever le matin? ;-)

La subtile question on doit se poser, pourquoi se lever: pour gagner sa vie ou pour vivre?

Mais dans la pensé économique abstrait le taux intérêt égale l'inflation.

Parce que si nous vivons réellement dans une monde transparent et conscience et on commence avec un taux d'intérêt de x-pourcent, ce taux va être traduit dans tout les calculatoires économique et bien sur ça veut dire au fin de compte il n'y a pas de différence entre taux d'intérêt et l'inflation.

Pourquoi on complique alors la vie pour créer une labyrinthe politico-économico-bureaucratique incompréhensible?

Nous avons besoin de faire du profit, et profit doit venir quelque part "hors de nous". Façon parlé le profit se produit dans la obscurité, dans l'ombre : prendre plus qu'on a investi. Pour relativiser un peut, prendre plus qu'on contribue est très important quand nous sommes jeunes. Nous avons besoin de croître quand nous sommes enfant, autrement nous grandissons pas!!!! La philosophie économique de décroissance comme dogme alors tient pas la route. Décroissance comme moyenne de retrouver l'équilibre économiquement saine mérite tout notre attention!

Malheureusement le profit et le taux d'intérêt sont que des techniques comptables/bureaucratique et comme la croissance et le profit sont venu des dogmes économiques incontournable nous continuons de tourner en rond et de créer une labyrinthe bureaucratique qui nous éloigne de la réalité.

Le traduction de profit (taux d'intérêt) sur papier est un leurre bureaucratique, un levier comptable qui nous fait perdre dans une illusion bureaucratique.

 

 

Lire la suite

25/03/2011

Je suis un populist !!!!

 

 

 

Le débat entre Jean-François Kahn et Jean-luc Méchandlon le frère de Jean-Michel Aligot-Marie

 

 

 

Je ne suis ni un Mechelonist ni un Kahnist mais dans le contexte actuelle ça fait du bien!!!

 

Merci aux popilists dequelle je fait parti!

 

Mais il y a beaucoup trop aujourd'hui!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!  

 

 

Alors commence de réflichir vous (moi) même!!!