Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/10/2011

La stratégie du choc

Lire la suite

06/10/2011

Think different

02/10/2011

Kafka

01/10/2011

Application before the European Court of Human Rights (6)

Sorry to those who waited a long time.

Part One

Part two

Part three 

Part four

Part five

The economic market is not merely a meeting of supply and demand, of goods and services. No, the economic market is also the supply and demand of safety and justice. By isolating ‘safety’ and ‘justice’ in institutes, the awareness that their essence can only be brought to life by individuals will easily fade. The market is also a meeting of politics and the judiciary and if these do not integrate within the market of goods and services, protectionism and economic apartheid will be the logical consequence.

 

Displayed in a diagram, this is as follows:

 

 

Financial world/dogmas and conditioning

legislative

executive

judicial

parliament

government

the courts

 

This is, roughly, the description Montesquieu gave. Then, as now, the financial world was spared. It exists, in fact, as a law unto itself, which emerges clearly in a saying by M.A. Rothschild (1744 – 1812): “Give me control of the financial system and I don’t care who makes the laws.” Or, more recently, as said by head of investment bank Goldman Sachs, Mr Lloyd Blankfein, on 8 November 2009 in The Times newspaper: I am doing “God’s work”.

 

The diagram below shows how to redress balance and reciprocity in the contract between governments and the people. Here, the financial world has again been subordinated to governments, serving (economic means of communication) society instead of being in an unassailable position above all the parties (above the law) as is the case today:

 

 


 

 

 

Rights and duties of man
A curtailing of freedom and hence the burden on the individual and society.

No individual, country or institution can lay claim to exclusivity – here everyone is “equal”.

 

legislative

 

executive

 

judicial

parliament

government administration

the courts

financial world/religions/science

day-to-day executive: individuals in society

the integration of the economy into democracy and the latter into the constitutional state

 

It forces governments and individuals to keep the foundations and the structures as simple as possible and to remain in contact with the ‘essence’ of co-existence, respecting the individual’s essential and responsible role in the whole and trying to reinforce it by giving it meaning.

 

Because money plays an almost all-defining and simultaneously uncontrollable role, the question is whether we are still able to gain a purchase on a common frame of reference. The cult of the winner that dominates politics, economy and sports represents the gap between people rather than bridging it. This winner’s mentality in our middle-class belief in profit and growth has something unbridled in it, and has no single framework within itself. Profit wants more profit, growth more growth, money wants more money. The winner will always find a way to win.

 

Hitler, the leader of the Nazi conspirators who are now on trial before you, is reported as having said, in reference to their war-like plans: "I shall give a propagandist cause for starting the war, never mind whether it be true or not. The victor shall not be asked later on whether he told the truth or not. In starting and making a war, not the right is what matters, but victory. The strongest has the right." 

                                           
  One of the prosecutors at the Nuremburg Tribunal

According to the undersigned, this is the dominant logic within the contemporary politico-economic system. War is to be replaced by competition and the extent of injustice is, of course, incomparable.

This brings me to the question whether within the Dutch constitutional state it is presumed that something automatically becomes a social truth if you secure a parliamentary majority for it.

If the answer is affirmative, then this system of justice can neither be independent nor can it function in relation to the whole. A fair trial is then open to all kinds of provisos, restrictions and fears, and there is little room for the spirit of the law, conscience and individuality in relation to the whole.

It is conditioning that rules in that case, often out of fear, and we are not permitted to call it into question. It goes without saying that the issue in this application that is brought before the court goes further than the Dutch government, the undersigned and the European Court. However, the spirit of the law can only be resuscitated if individuals and bodies have the courage to act not only for their own good, but also for the general good.

 Part 7 end.

29/09/2011

Question ridicule ou à réflichir?

 

Est-ce que « la vérité » économique, politique et juridique est elle très profitable au vie quotidienne?

27/09/2011

Vers l'unité

 

par le Maître —, par l'entremise de Benjamin Creme, le 14 août 2011

Quand les hommes finiront par faire le point de leur situation, ils devront sûrement reconnaître qu'aujourd'hui tout ne va pas pour le mieux sur la planète. Dans les domaines politique, économique, social et écologique, tous les pays sont confrontés à une pléthore de problèmes qui mettent à rude épreuve leurs ressources et leurs capacités. Même ceux qui semblent actuellement en position de force sur le plan économique connaissent des difficultés qui les privent de l'aisance dont leur prospérité devrait s'accompagner . Qu'est-ce donc qui empêche les nations de parvenir à un certain équilibre qui leur garantisse le bien-être ? Comment se fait-il que même des nations riches et bénéficiant d'une longue expérience se trouvent soudain plongées dans les dissensions et le chaos ? Pourquoi tant de souffrances et de luttes, pour tant de gens ? Qu'est-ce qui entrave une plus grande expression et manifestation de l'unité ?

Ces questions appellent des réponses aussi nombreuses que variées, mais qui ont pour dénominateur commun le moment particulier, dans l'histoire de cette Terre, où elles viennent à se poser.

Une époque sans équivalent

Notre époque est sans équivalent dans l'histoire du monde. Elle est le théâtre de changements considérables, qui dépassent l'entendement humain et transformeront la vie telle que nous la connaissons, en profondeur et pour toujours. Ces changements ont lieu sur tous les plans ; certains se produisent lentement, jusque dans la texture même de la croûte terrestre, tandis que d'autres se déroulent à une vitesse croissante qui rend d'autant plus difficile pour les hommes de relever les défis qu'ils leur présentent.

La voix du peuple

De quelle utilité pourraient bien être, dans ce contexte, les idées éculées de politiciens tournés vers le passé et empêtrés dans des mirages de prestige et de puissance ? Aujourd'hui c'est les peuples qui sont en avance sur leurs dirigeants, et qui énoncent à voix haute leur compréhension des événements et leurs besoins. Avec le temps, de pays en pays, la voix du peuple se fait sans cesse plus assurée et plus claire. Les multitudes savent désormais identifier et formuler leurs besoins : paix, travail et espoir en l'avenir. Un sentiment grandissant d'unité commence également à sous-tendre leurs revendications et leurs attentes. Les hommes savent qu'ils ne sont pas seuls au monde, qu'ils ont partout des millions de frères et sœurs avec qui ils partagent les mêmes problèmes et les mêmes besoins.

De cette manière, même s'ils ne sont pas conscients de la présence et des enseignements de Maitreya, ils répondent à son énergie et à l'influence qu'il exerce, et posent ainsi les fondations de l'avenir.

 

Source: Partage International septembre 2011

 

pour qui s'intéresse: Qui, est donc Maitreya?

12/09/2011

Steve Biko

15/07/2011

Avenir Solidaire 14 juillet 2011

14 juillet

14 juillet 2011

Par Gérard PRIVAT
Président d’Avenir Solidaire
Candidat pour l’élection présidentielle de 2012
Publié le 14 juillet 2011.


L’effondrement économique actuel de certains pays d’Europe, et probablement tout de suite après de l’Euro, est bien le résultat d’une absence de direction politique dans les affaires européenne, c’est-à-dire de l’absence d’une volonté d’unité et d’action dans l’intérêt des peuples d’Europe.

« […] L’Europe va générer un très grand problème. Ce sera celui de la monnaie unique. Il est évident que l’économie mondiale court à sa perte. Aussi, avec son effondrement, le système économique mettra les nations européennes, alors dépourvues de monnaies nationales, à la merci de l’incompétence politique européenne. Et donc, à la merci de son incompétence économique par son incapacité politique à répondre instantanément aux besoins urgents. » Gérard Privat, Le Partage…, autoédition (décembre 2002).

Ensuite suivra probablement l’effondrement de l’économie mondiale actuelle, égoïste et prédatrice.

Pour en finir avec ce désordre dirigé d’en haut pour asservir les peuples…
J’invite les peuples d’Europe à retrouver leur dignité.
J’invite les peuples d’Europe à rejeter la puissance autoritaire, hypocrite et nuisible qui dirige le monde en masquant ses actions malfaisantes sous des prétextes économiques.
J’invite les peuples d’Europe à comprendre que ce sont les peuples qui créent la vraie richesse (celle qui permet de vivre en harmonie).
J’invite les peuples d’Europe à comprendre que ce sont les banques qui détruisent l’économie réelle, en soutenant et en développant le jeu malsain de la spéculation financière fondée sur l’égoïsme.
J’invite les peuples d’Europe à se ressaisir.
J’invite les peuples d’Europe à assumer la responsabilité du pouvoir.

J’invite particulièrement le peuple français, fort de sa longue histoire de luttes sociales et de son expérience de la planification française (l’exception française), à construire une réelle démocratie citoyenne pour aller dans le sens de la solidarité et de la fraternité.
La France pourra alors facilement démontrer que la vraie richesse, celle qui permet aux peuples de s’épanouir, est une affaire de volonté politique et non pas de soumission économique.

Alors, les peuples d’Europe et les autres peuples comprendront qu’un pays en faillite est le résultat d’une volonté des plus hauts dirigeants (à l’échelle de la planète) de laisser se détériorer les situations afin d’affaiblir les peuples pour mieux les dominer.

14 Juillet…
Ce jour est symbole de liberté pour le peuple français.

Euro…
Cette monnaie est symbole d’oppression des peuples d’Europe.

Lequel de ces deux symboles sortira-t-il vainqueur ?

Peuple de France ; peuples d’Europe ; peuples de la planète…
Soyez confiants.
Vous êtes l’avenir.
Vous êtes la richesse de la planète.
Faites du 14 Juillet le symbole de la liberté de tous les peuples.


Gérard Privat
Président d’Avenir Solidaire
Candidat pour l’élection présidentielle de 2012



 

Pour lire les textes fondamentaux, visitez le site d’Avenir Solidaire.
Pour partager et échanger, visitez le blog « La Pensée Citoyenne ».

07/06/2011

A Sol: «La croissance n'est pas la prospérité»

A Sol: «La croissance n'est pas la prospérité»

 

Source: http://www.mediapart.fr/journal/international/060611/madr...

 


Barcelone, la Plaza Catalunya par labasfranceinter

29/05/2011

Application before the European Court of Human Rights (2)

 Part one

Machine versus man


o
r

man versus machine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Economic communication:

a choice between competition

(profit and loss) and peace (participating in democracy and the rule of law).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Can I help it?”

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite