Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/10/2012

"Externalities" by David Suzuki

 

 

David Suzuki explains the fallacy of conventional economics, in an interview done for the BBC. The song is "Outro" by M83.

Clip sources:

the films "Sacred Economics" and "The Revolution Is Love" by Ian MacKenzie.

HOME

EARTH

BARAKA

FAIR USE NOTICE: This video may contain copyrighted material. Such material is made available for educational purposes only. This constitutes a 'fair use' of any such copyrighted material as provided for in Title 17 U.S.C. section 106A-117 of the US Copyright Law.

 

Site de David de Suzuki Les solutions sont dans notre nature.

 

Profit is equal to loss

 

Profit égale perte

29/06/2012

Ego, « égaux » et eco.

ego-egaux-et-eco.jpg

 

 

24/05/2012

Montesquieu, Smith & Marx not that different in their thoughts

Picture taken hazardous from the internet, but maybe an interessting book???

 

part of application no. 17971/11 send to European Court of Human Rights 15 March 2011

 

Hoopman for the Netherlands

 

 

Great thinkers all recognised the dangers of concentrating power in a relatively small group of people. From different angles and in different contexts, the “big three” have all given their vision of this: Montesquieu (1689 – 1755,) Adam Smith (1723 –1790) and Karl Marx (1818 – 1883.)

 

Montesquieu could perhaps be considered the founder of the political separation of powers. Adam Smith knew that an economy profits from individual initiative and maximum participation, with the result that economic communication remains in balance because of mutual competition. Adam Smith can, in a sense, be seen as wanting to keep the economic concentration of power under control by means of a kind of “economic separation of powers”. Mergers and the endless buying up of companies is at odds with this. How can you sum up Karl Marx’s ideas? Maybe he can be regarded as the scientific founder of “social equality”. The isolated role of money in society has alienated man from this social equality so that he lives in a kind of permanent and anxious isolated exile.

Lire la suite

08:49 Publié dans philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

09/04/2012

La machine contre l'être humain

.... ou notre* religion populaire que nous pouvons vivre de ce qu'il n'y a pas encore produit.

 

 

 

* Une religion partagée par entrepreneurs, chômeurs, politiciens, journalistes, scientifiques-économiques moi-même et tous les autres bureaucrates.

 

 informations complémentaires,requête no. 1797111,cour européenne des droits de l'homme,revenues de l'économie réelle,revenu non encore produit,transposition de l'économié réelle en un univers de chiffres et,comptabilité,rouages insignifiants,gigantesque machine,chaine de ponzi,lettre en chaine,die gazette,presseurop,80% du fonds d'aide à la grèce,banques,contribution réelle,système illusoire,terreur de classement,religion économique

 

English version (tempory) Machine against mankind can be found here.

 

Par machine, on entend la transposition de l’économie réelle en un univers de chiffres et de nombres. Parce que nous avons attribué une valeur en soi à cette transformation, cette dernière est devenue, au fil du temps, plus importante que l’économie réelle elle-même.

 

L’économie est divisée en une économie réelle et une variante arithmétique, une comptabilité fonctionnelle en reflet de l’économie réelle. Cette comptabilité permet de comprendre et d’avoir prise sur ce qui survient dans l’économie réelle. Vue sous cet angle, la comptabilité me semble être un instrument très utile et indispensable. Mais que se passe-t-il si nous accordons à cette comptabilité une valeur en soi ? C’est alors exactement le moment où se produit une séparation d’avec l’économie réelle. Il est possible d’y pallier très simplement, en associant et faisant participer le comptable à l’économie réelle, grâce à quoi la comptabilité demeure une partie de l’économie réelle et ne s’en détache pas.

 

 

Lire la suite

 

A lire aussi: L'intégration oubliée.

 

 

02/04/2012

Requête devant le court des droits de l'homme (2)

 

 

  

adam smith,montesquieu,karl marx,synthèse,désintégrations,intégration,communication économique,machine contre l'homme,participation,démocratie,état de droit,george greenstein,jérémie,conscience,györgy konrad,andrew cohen,liberté,tribunal d'arhem,chambre fiscal,cour d'appel,cour de droitde l'homme,peter hoopman pour les pays bas,requête,1797111,apartheid,science économique,ségrégation,foi,réligion,s.a. dangeville c. france,requête 3667797,constitution,le monde financier,l'origine de la bureaucratie déraillé,bureaucratie incontrôlable,mur d'apartheid,jugement,institutionalisation,dogme économique,the future of money,bernard lietaer,casino à l'échelle mondiale,justice,plus valeu,valeur ajouté,levier comptable,le leurre politico-économique,profit de papier,t.s. eliot,séparation des pouvoirs

 « Tu m’as encore mis dans de beaux draps. »

The English version can be found here. 

 

II. EXPOSÉ DES FAITS

STATEMENT OF THE FACTS

WEERGAVE VAN DE FEITEN

 

14.

 

Le soussigné a tenté de dénoncer juridiquement la différence de pouvoir entre l’univers financier et le reste de la société. Cette différence de pouvoir se manifeste sous la forme d’intérêts qui sont réclamés sur l’argent prêté, en plus du remboursement. Ceci rend impossible tout échange économique équilibré entre les parties et diffuse un signal hiérarchique selon lequel on doit gagner plus que la contribution que l’on a apportée. En cas d’application de manière chronique, ceci conduit à des concentrations de pouvoir verticales, au lieu de communications économiques horizontales fondées sur l’ « égalité » entre les personnes selon le droit constitutionnel. La hiérarchie sociale, qu’elle soit publique ou privée, se formera et se stabilisera verticalement à partir de ces différences de pouvoir. En Inde, on appelle ceci le système de castes, en Afrique du Sud l’apartheid, aux États-Unis la ségrégation, en Allemagne le fascisme, au sein de la religion ceci s’appelle la foi et au sein de l’économie nous nommons cela la science.

 

Le soussigné a tenté d’aborder cette question de manière informelle, dans une tentative de dialogue avec les pouvoirs publics néerlandais en 2006. Cette correspondance n’ayant abouti à rien, le soussigné a présenté une réclamation contre un avis d'imposition provisoire relatif à l’impôt sur les sociétés.

 

L’observation la plus intéressante de toute la procédure a été formulée par l’inspecteur du service des contributions, le 26 mars 2007 :

 

Le problème que vous abordez dépasse le cadre de cette réclamation.

 

Ceci a continué de planer au-dessus de toute la procédure et aucune des instances juridiques néerlandaises n’a eu le courage d’aborder le contenu de la problématique soulevée, éludant la question de manière juridico-technique afin de ne pas être contraintes de l’aborder sur son contenu.

 

 

On vie aujourd'hui dans une société qui ce désintègre, nous avons besoin une intégration (synthèse) des grand penseurs comme Adam Smith, Karl Marx et Montesquieu.

Pour lire le document tout entier;

Requete_Cour_Européenne_des_Droits_de_l_Homme__15_maart_2...

 

 

01/04/2012

Petite leçon de fiscalité au bistrot du coin

 ......... ou une autre manière pour voir que la système est en faillite.

 

Poisson  d'avril ou vrai? C'est à vous de divinez!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! :-)

 

Est ce que ça sert encore de voter...................................... dans une illusion?

 

Petit cours de fiscalité et de solidarité : à méditer tranquillement et en

 

riant…Tous les jours, 10 amis se retrouvent pour boire une bière.

 

 L’addition totale se monte à 100 € (10 € par personne)…

 

Nos dix amis décident de payer cette facture selon une répartition qui s’inspire du

 calcul de l’impôt sur le revenu, ce qui donne ceci :

· Les 4 premiers (les plus pauvres !), ne paient rien.

· Le 5ème paye 1 euro

· Le 6ème paye 3 euros

· Le 7ème paye 7 euros

· Le 8ème paye 12 euros

· Le 9ème paye 18 euros

· Le dernier (le plus riche !) paye 59 euros.

Ils se retrouvent chaque jour en fin de journée pour boire leur bière et semblaient assez

 contents de leur arrangement jusqu’au jour où le tenancier décide de leur faire une

 remise de fidélité : « Comme vous êtes bons clients, dit-il, j’ai décidé de vous faire

 une remise de 20 € sur la facture totale de 100€. Vous ne payerez donc désormais

 vos 10 bières que 80 €. »

Le groupe décide de continuer à payer la nouvelle somme de la même façon qu’ils

auraient payé leurs taxes. Si les quatre premiers continuent à boire gratuitement,

comment les six autres (les clients payants) allaient-ils diviser de façon équitable les

20 € de remise ? Ils réalisent que 20 € divisé par 6 font 3.33 €. Mais s’ils soustraient cette somme de leur partage, alors le 5ème et le 6ème homme doivent être payés

 pour boire leur bière. Pas correct !

Lire la suite

18/03/2012

Questions à resoudre et autres par Paul Jorion

 

Lire la suite

17/03/2012

What is the alternative course?

 La version français ce trouve ici.

Enlcosure in higher appeal

 

What’s the alternative course?

 

Integral (integrated) economy
Today, we are experiencing several crises at the same time, all of which are interrelated below the surface and all of which come down to one and the same synthesising question: How can we co-exist? While the theoretical answer to this question is fairly simple, it is much harder to put it into practice – it takes two to tango. ;-)

A. The foundations of society
A healthy and living foundation for society requires certain conditions that promote life and survival. The simpler these preconditions are, the clearer and thus more effective they will be. What needs do we all share? The need for drinking water, food, clothing, shelter, education and health care. The constitutional state is responsible for these conditions and maintaining the foundation of society while we, the people, are responsible for the practical concretisation of this foundation by working together. In political terms this means solidarity and the ability to share what we have and what we need.

B. The absolute necessity of integrated individualisation
Without integrated individualisation, the foundation of society is doomed. If you understand this interaction, you have the seeds of the pragmatic concretisation of a fairer society within your grasp. No political, social or commercial (market) party (whether majority or minority) can claim the exclusiveness of the foundation of society. That foundation is humanity as a whole and disallows any exclusivity on the part of any single individual. Once the preconditions for the foundation of society have been met, this will automatically create a breeding ground for integrated individualism, which is nothing other than the complete freedom to develop as an individual. This self-development should not, of course, be at the expense of the foundation of society. In political terms, this can be called integrated individualism, integrated liberalism. We can then put the synthesis of the foundation of society and integrated individualism into practice and call it integral economy.

Lire la suite

14/01/2012

A few questions to deepen the political-juridical economic debate.


 

Is the (economic) survival of the fittest constitutional?

It may be difficult to answer this just like that.

The negative side effects of ‘competition’ are not as tangible in a world where relatively few people live. Imagine a world with half a billion people and you can imagine that there is a place under the sun for everyone. In a world becoming ever more crowded, the side effects of ‘mutual competition’ will be ever more apparent.
It might be important to ask several questions:

For whom is ‘mutual competition’ efficient?

For those who already have a head start, the government, the losers, the winners, or the economy in general?

What happens to communication between the government and the people when ‘mutual competition’, which leads to ‘profit and growth’, is the most important social principle?

What does this do to the self-regulating ability of individuals in their interrelations within a society?

Do not people (and companies) become ever more dependent on the government as a result?

What does ‘mutual competition’ do to participation within a society, the independence of each individual and tolerance towards others?

How (economically) efficient is ‘mutual competition’, when you take profit and growth as a starting point instead of people and democratisation?

How democratic is our society if ‘winners’ have more rights than ‘losers’?

How much credibility does the government and the constitutional state have if winning is a more important social (economic) principle than coexistence?

What promotes an individual’s independence in society?

Do we compete against each other or do we create the conditions necessary for individuals to face society’s challenges and share them by participating and learning to co-operate?

Where does competition end and do crime, terrorism and war start, and what roles do politics, the legal system and the individual play in this?

I hope these questions and points of view are interesting for you, as a reader and, more importantly, as a fellow human being.

Best regards,
Peter Hoopman
Roquetaillade – Aveyron         

11/01/2012

Qui suis-je?

Une des questions philosophique - réligieux - ésotérique - scientifique - psychologique le plus importants.

Débat "Bibliothèque Médicis" avec Jean-Pierre Elkabbach, Jean-Christophe Petitfils, Simone Berthière, Jean Michel Délacomptée, Nanette Snoep, Bérénice Levet.


Bibliothèque Médicis : Qui suis-je? par publicsenat

 

 

Des approches différents plus personel et en parlent pour moi même plus "confrontant" et à la même temps il y a une rélation direct entre celle du débat dans la Bibliothèque Médicis et les approches intérieur de nous.

 

Un phrase confrontant de Krishnamurti:

La seule révolution qui tient la route, c'est la révolution intérieur.

 

 

Qui suis-je par Ramana Maharshi

 

Enquete de soi/La recherche de soi-même par Ramana Maharshi 

 

Blog consacré à la vie/pensée de Krishnamurti  ici sur blogs.midilibre.