Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/05/2012

Austérité, croissance, pavlof-media-politique et croyance ............

et la mascarade marketing politico-économique déstructive continue............. ............. .................

Je ne pouvais pas mieux exprimé que Plantu.

19/04/2012

Ploutocratie et/ou démocratie c'est ça la question!?

 Le video dans son contexte original des mutins de pangée

Comme tout les autres présidents avant, le nouveau président va avoir une difficile marge de manœuvre entre « le monde financier » et « l'état de droit, » la soi-disant « République ».



Comment faire? Vu les mécanismes politico-économique en place c'est impossible, c'est un jeu de pouvoir et si la droite, gauche, centre, François Hollande, Nicolas Doisy, moi et vous continuer à croire que c'est l'argent qui fait bouger le Monde, c'est le monde financier qui va gagner la bataille et on va rester une ploutocratie. La démocratie, la république et l'état de droit va rester des intentions désirée, mais très peut concrétisé.



 

Lire la suite

09/04/2012

La machine contre l'être humain

.... ou notre* religion populaire que nous pouvons vivre de ce qu'il n'y a pas encore produit.

 

 

 

* Une religion partagée par entrepreneurs, chômeurs, politiciens, journalistes, scientifiques-économiques moi-même et tous les autres bureaucrates.

 

 informations complémentaires,requête no. 1797111,cour européenne des droits de l'homme,revenues de l'économie réelle,revenu non encore produit,transposition de l'économié réelle en un univers de chiffres et,comptabilité,rouages insignifiants,gigantesque machine,chaine de ponzi,lettre en chaine,die gazette,presseurop,80% du fonds d'aide à la grèce,banques,contribution réelle,système illusoire,terreur de classement,religion économique

 

English version (tempory) Machine against mankind can be found here.

 

Par machine, on entend la transposition de l’économie réelle en un univers de chiffres et de nombres. Parce que nous avons attribué une valeur en soi à cette transformation, cette dernière est devenue, au fil du temps, plus importante que l’économie réelle elle-même.

 

L’économie est divisée en une économie réelle et une variante arithmétique, une comptabilité fonctionnelle en reflet de l’économie réelle. Cette comptabilité permet de comprendre et d’avoir prise sur ce qui survient dans l’économie réelle. Vue sous cet angle, la comptabilité me semble être un instrument très utile et indispensable. Mais que se passe-t-il si nous accordons à cette comptabilité une valeur en soi ? C’est alors exactement le moment où se produit une séparation d’avec l’économie réelle. Il est possible d’y pallier très simplement, en associant et faisant participer le comptable à l’économie réelle, grâce à quoi la comptabilité demeure une partie de l’économie réelle et ne s’en détache pas.

 

 

Lire la suite

 

A lire aussi: L'intégration oubliée.

 

 

02/04/2012

Requête devant le court des droits de l'homme (2)

 

 

  

adam smith,montesquieu,karl marx,synthèse,désintégrations,intégration,communication économique,machine contre l'homme,participation,démocratie,état de droit,george greenstein,jérémie,conscience,györgy konrad,andrew cohen,liberté,tribunal d'arhem,chambre fiscal,cour d'appel,cour de droitde l'homme,peter hoopman pour les pays bas,requête,1797111,apartheid,science économique,ségrégation,foi,réligion,s.a. dangeville c. france,requête 3667797,constitution,le monde financier,l'origine de la bureaucratie déraillé,bureaucratie incontrôlable,mur d'apartheid,jugement,institutionalisation,dogme économique,the future of money,bernard lietaer,casino à l'échelle mondiale,justice,plus valeu,valeur ajouté,levier comptable,le leurre politico-économique,profit de papier,t.s. eliot,séparation des pouvoirs

 « Tu m’as encore mis dans de beaux draps. »

The English version can be found here. 

 

II. EXPOSÉ DES FAITS

STATEMENT OF THE FACTS

WEERGAVE VAN DE FEITEN

 

14.

 

Le soussigné a tenté de dénoncer juridiquement la différence de pouvoir entre l’univers financier et le reste de la société. Cette différence de pouvoir se manifeste sous la forme d’intérêts qui sont réclamés sur l’argent prêté, en plus du remboursement. Ceci rend impossible tout échange économique équilibré entre les parties et diffuse un signal hiérarchique selon lequel on doit gagner plus que la contribution que l’on a apportée. En cas d’application de manière chronique, ceci conduit à des concentrations de pouvoir verticales, au lieu de communications économiques horizontales fondées sur l’ « égalité » entre les personnes selon le droit constitutionnel. La hiérarchie sociale, qu’elle soit publique ou privée, se formera et se stabilisera verticalement à partir de ces différences de pouvoir. En Inde, on appelle ceci le système de castes, en Afrique du Sud l’apartheid, aux États-Unis la ségrégation, en Allemagne le fascisme, au sein de la religion ceci s’appelle la foi et au sein de l’économie nous nommons cela la science.

 

Le soussigné a tenté d’aborder cette question de manière informelle, dans une tentative de dialogue avec les pouvoirs publics néerlandais en 2006. Cette correspondance n’ayant abouti à rien, le soussigné a présenté une réclamation contre un avis d'imposition provisoire relatif à l’impôt sur les sociétés.

 

L’observation la plus intéressante de toute la procédure a été formulée par l’inspecteur du service des contributions, le 26 mars 2007 :

 

Le problème que vous abordez dépasse le cadre de cette réclamation.

 

Ceci a continué de planer au-dessus de toute la procédure et aucune des instances juridiques néerlandaises n’a eu le courage d’aborder le contenu de la problématique soulevée, éludant la question de manière juridico-technique afin de ne pas être contraintes de l’aborder sur son contenu.

 

 

On vie aujourd'hui dans une société qui ce désintègre, nous avons besoin une intégration (synthèse) des grand penseurs comme Adam Smith, Karl Marx et Montesquieu.

Pour lire le document tout entier;

Requete_Cour_Européenne_des_Droits_de_l_Homme__15_maart_2...

 

 

01/04/2012

Petite leçon de fiscalité au bistrot du coin

 ......... ou une autre manière pour voir que la système est en faillite.

 

Poisson  d'avril ou vrai? C'est à vous de divinez!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! :-)

 

Est ce que ça sert encore de voter...................................... dans une illusion?

 

Petit cours de fiscalité et de solidarité : à méditer tranquillement et en

 

riant…Tous les jours, 10 amis se retrouvent pour boire une bière.

 

 L’addition totale se monte à 100 € (10 € par personne)…

 

Nos dix amis décident de payer cette facture selon une répartition qui s’inspire du

 calcul de l’impôt sur le revenu, ce qui donne ceci :

· Les 4 premiers (les plus pauvres !), ne paient rien.

· Le 5ème paye 1 euro

· Le 6ème paye 3 euros

· Le 7ème paye 7 euros

· Le 8ème paye 12 euros

· Le 9ème paye 18 euros

· Le dernier (le plus riche !) paye 59 euros.

Ils se retrouvent chaque jour en fin de journée pour boire leur bière et semblaient assez

 contents de leur arrangement jusqu’au jour où le tenancier décide de leur faire une

 remise de fidélité : « Comme vous êtes bons clients, dit-il, j’ai décidé de vous faire

 une remise de 20 € sur la facture totale de 100€. Vous ne payerez donc désormais

 vos 10 bières que 80 €. »

Le groupe décide de continuer à payer la nouvelle somme de la même façon qu’ils

auraient payé leurs taxes. Si les quatre premiers continuent à boire gratuitement,

comment les six autres (les clients payants) allaient-ils diviser de façon équitable les

20 € de remise ? Ils réalisent que 20 € divisé par 6 font 3.33 €. Mais s’ils soustraient cette somme de leur partage, alors le 5ème et le 6ème homme doivent être payés

 pour boire leur bière. Pas correct !

Lire la suite

24/03/2012

Vous êtes tous uniques (La vie de Brian)

18/03/2012

Questions à resoudre et autres par Paul Jorion

 

Lire la suite

15/03/2012

Requête devant le court des droits de l'homme (1)

The English version one can find here.

 

 

« Sommes-nous les rouages insignifiants d’une gigantesque machine dont l’objectif principal est de produire de l’argent, de croître et d’accumuler des bénéfices ? »

 

Prit de: « Entre fidèles angoissés »

 

 tu m’as encore mis dans de beaux draps,la machine contre l’homme,communication économique,georg greenstein,que puis-je y faire,jérémie 31: 31-34,györgy konrád,andrew cohen,laurel & hardy,la sense de la vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 « Tu m’as encore mis dans de beaux draps. »

Lire la suite

14/01/2012

A few questions to deepen the political-juridical economic debate.


 

Is the (economic) survival of the fittest constitutional?

It may be difficult to answer this just like that.

The negative side effects of ‘competition’ are not as tangible in a world where relatively few people live. Imagine a world with half a billion people and you can imagine that there is a place under the sun for everyone. In a world becoming ever more crowded, the side effects of ‘mutual competition’ will be ever more apparent.
It might be important to ask several questions:

For whom is ‘mutual competition’ efficient?

For those who already have a head start, the government, the losers, the winners, or the economy in general?

What happens to communication between the government and the people when ‘mutual competition’, which leads to ‘profit and growth’, is the most important social principle?

What does this do to the self-regulating ability of individuals in their interrelations within a society?

Do not people (and companies) become ever more dependent on the government as a result?

What does ‘mutual competition’ do to participation within a society, the independence of each individual and tolerance towards others?

How (economically) efficient is ‘mutual competition’, when you take profit and growth as a starting point instead of people and democratisation?

How democratic is our society if ‘winners’ have more rights than ‘losers’?

How much credibility does the government and the constitutional state have if winning is a more important social (economic) principle than coexistence?

What promotes an individual’s independence in society?

Do we compete against each other or do we create the conditions necessary for individuals to face society’s challenges and share them by participating and learning to co-operate?

Where does competition end and do crime, terrorism and war start, and what roles do politics, the legal system and the individual play in this?

I hope these questions and points of view are interesting for you, as a reader and, more importantly, as a fellow human being.

Best regards,
Peter Hoopman
Roquetaillade – Aveyron         

08/01/2012

La mascarade technocrate continu.......

La France veut mettre en place la taxe Tobin/financière, même si l'idée peut être sympatique au début, ça va rien changer au fond.

En bref cette solution technique dans une monde virtuelle/technocrate, c'est pour se donner l'idée aux gens qu'il fond des choses. Mais en bref c'est une grande mascarade bullocrate. Pour mettre le brouillard à eux même et pire à nous! Mais ils ne sont pas conscient de tout celà.........

Alors ne soyé pas trop sévère vers eux/nous. :-) ;-)




 A lire aussi:

Chers terroristes informatiques

 

Une question qui "tue"

 

Quelques questions pour.......... 

 

Pourquoi cette scene?

 

Si j'ai bien compris François Hollande, le PS, veut aussi cette taxe financière. Il n'a rien compris non plus, ni de Marx ni d'Adam Smith et surtout l'intégralité des deux. Mais au moins le PS et Sarko sont d'accord sur quelque chose. ;-)

Malheureusement François Bayrou reste aussi aux côtés des tehnocrates, même si il est façon parler mille fois plus nuancé que Sarko et Hollande.

photo pris de nouvel obs, mais je ne suis pas certain