Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/05/2013

Un mur de lamentation en Europe!? (1)

- en cours de l'amélioration perpétuelle de l'imparfait -

 

Le sens de l'absurde

La Cour Le Mur des Droits de l'Homme de l'Europe à Strassbourg

 La conscience  de l'europe
Ou comment faire pour (re)vivre l'esprit de loi?

 

Prisonnier de sa propre marketing comme nous tous?

 

J'ai reçu hier un lettre de la Cour Européenne des droits de l'homme concernant la requête 17971/11 et ici un parti d'une deuxième lettre enoyé mars 2012. Début avril cette année j'ai envoyée une troissième lettre et apparemment celle là a aidé la cour de m'envoyer sa premier réponse dans deux ans. Pour me dire que la requête n'était pas conforme les articles 34 et 35 du convention. Pas d'autres explications et une porte qui jamais était ouvert se ferme. Mais j'ai eu la possibilité de mettre en bout de papier dans ce mur de lamentation européenne à Strasbourg. ;-)

Je ne suis pas le premier à qui ça s'arrive......
Mais plus important, comment retrouver une cohésion et réciprocité partagé par chaque individu dans notre société?  Une mission impossible par la concurrence mutuelle! 
Mais qui va le dire à François Hollande, M. Rutte, M. van Rompuy, M. Barosso, . M Bayrou, M. Fillon, M. Gallois, la presse, les économistes, les entrepreneurs, les employées, les Syndicats, les parents, étudiants, enfants et à nous même?

Le mieux est d'essayer de comprendre. Personnellement je ne crois pas au renversement du système. Je vis dans un pays dans laquelle la révolution était plutôt catastrophique. Dans laquelle les institutions ont prit la rôle du Roi, intouchables dans une façon « plus moderne ». Mais je ne suis pas contre les institutions Française, ni celle de Pays-Bas ou d'Europe!!!* Si nous ne voulons croire ou pas ces institutions sont aussi responsable d'un certain stabilité que je suis heureux de percevoir. Et sa mérite cent pour-cent d'être reconnue!!! De ce point de vue je suis conservatrice.

 

Mais pas une conservatisme enfermé en lui même.

Sans une dose sain d'anarchie (l'indignation contre l'abus de pouvoir) et la solidarité et liberté l'esprit conservatrice est mort.

La changement profonde de la société est que possible qu'on accepte que nous ne sommes pas parfait et que nous avons peut être peur de changer nos habitudes. C'est important que nous acceptons que nous sommes ici et maintenant avec tout nos défauts et tout est là. Nous n'avons pas besoins plus ou moins, juste la volonté de voir que l'humanité est sur la même bateau (la terre) et que tout est là. Si on voit que nous pouvons co-opérer et partager, nous gagnerons la dignité d'être humain parmi d'autres, c'est la plus grand récompense que je pouvais imaginer. 

 

*******

 

 

* Oui il y a un côté de syndromisation de stockholm, je dois faire attention!!!! ;-) :P

Lire la suite

29/04/2013

La banalité du mal plus proche que nous voyons

 

Douloureuse exercise de voir soi-même dans ce monde en perte de sens, perte de la raison et l'empathie profonde de la réciprocité. Est ce que nous pouvons tout simplement nous observer sans nécessairement le juger? Créer l'espace et temps d'accepter que nous somme pas parfait!!!??? Voir "la dette" intérieur vis à vis la vie elle même. Non, pas la dette au monde financier ou à une religion, ni monde politique. La dette qui se situe en profondeur de notre âme, que nous devrons protéger qu'il ne soi pas exploité par le monde extérieur. Est-ce que nous pouvons libérer cette dette intérieur sans qu'il soi exploité dans une monde prédatrice?

 

Pour Adolf Eichmann le non-existant, ça n'a pas posé une question, il a juste fait ce qu'il croit est lui demandé, sans donner une signe de vie en lui-même, quand il était dans la viitrine de Jerusalem. En allemagne, Autriche et Hongrie c'était pas tout à fait ça!!!! ;-)

 

Est ce que nous voulons que nous se réveillons ou est ce que c'est plus confortable de ne pas avoir une dialogue avec soi-même? L'autruche est plus profitable!!!! ?? Le monde est telle qu'il est, si je ne fait pas ce que ce monde me demande c'est vite fini. Peut être vous connaissez l'exemple des jeunes étudiants de droit qui enthousiaste commence son étude et pendant et après son étude se rends compte qu'il a perdu ses soi disant illusions? Le monde peut être cruel à ce point, comme il ét certainement aussi pour Monsieur Eichmann, qui sans être conscience a choisit de devenir une sorte de zombie à Jerusalem!

Mais dans sa vie active il n'était pas une zombie il a fait carrière!

 

Sans nous juger ou juger l'autre, mais sommes nous si différents, bien-sur sûr une dégrée différent, est ce que nous avons pas perdu aussi pour un parti le lien avec l'essence vitale caché en chaque être humain? Est ce que nous voulons que chacun est capable de réfléchir lui même, de se sentir vivant en relation avec la vie même?

 

Sa ressemble plutôt comme une sorte d'anarchie incontrôlable en premier vue, non?

 

 

Est-ce que la banalité du mal, n'est pas partout dans notre société en perte de raison sain et de la sens. Chacun se bat pour soi sans cohérence et lien hors notre petit monde, dans notre petit cinéma de Platon isolé des autres? Est ce que la politique, la commerce, la religion veut que nous évoluons vers une sorte de liberté intégré ou nous préférons que l'autre reste dépendant un façon ou l'autre de nous?

 

Un petit blabla après que j'ai vue l'excellente film de Margarethe von Trotta, Hannah Arendt hier.

Quand Claude Lanzmann repond à Hannah Arendt Marianne (ajouté 13-5-13)

 Claude Lanzmann, les procureurs se calmeront (ajouté 23 mai 2013)

deux articles par Aude Lancelin pour le sorti de documentaire de Claude Lanzmann: Le dernier des injustes: 

 

 

 

Claude Lanzmann, le dernier des géants?

 

Lire la suite

21/05/2012

Austérité, croissance, pavlof-media-politique et croyance ............

et la mascarade marketing politico-économique déstructive continue............. ............. .................

Je ne pouvais pas mieux exprimé que Plantu.

09/04/2012

La machine contre l'être humain

.... ou notre* religion populaire que nous pouvons vivre de ce qu'il n'y a pas encore produit.

 

 

 

* Une religion partagée par entrepreneurs, chômeurs, politiciens, journalistes, scientifiques-économiques moi-même et tous les autres bureaucrates.

 

 informations complémentaires,requête no. 1797111,cour européenne des droits de l'homme,revenues de l'économie réelle,revenu non encore produit,transposition de l'économié réelle en un univers de chiffres et,comptabilité,rouages insignifiants,gigantesque machine,chaine de ponzi,lettre en chaine,die gazette,presseurop,80% du fonds d'aide à la grèce,banques,contribution réelle,système illusoire,terreur de classement,religion économique

 

English version (tempory) Machine against mankind can be found here.

 

Par machine, on entend la transposition de l’économie réelle en un univers de chiffres et de nombres. Parce que nous avons attribué une valeur en soi à cette transformation, cette dernière est devenue, au fil du temps, plus importante que l’économie réelle elle-même.

 

L’économie est divisée en une économie réelle et une variante arithmétique, une comptabilité fonctionnelle en reflet de l’économie réelle. Cette comptabilité permet de comprendre et d’avoir prise sur ce qui survient dans l’économie réelle. Vue sous cet angle, la comptabilité me semble être un instrument très utile et indispensable. Mais que se passe-t-il si nous accordons à cette comptabilité une valeur en soi ? C’est alors exactement le moment où se produit une séparation d’avec l’économie réelle. Il est possible d’y pallier très simplement, en associant et faisant participer le comptable à l’économie réelle, grâce à quoi la comptabilité demeure une partie de l’économie réelle et ne s’en détache pas.

 

 

Lire la suite

 

A lire aussi: L'intégration oubliée.

 

 

11/01/2012

Qui suis-je?

Une des questions philosophique - réligieux - ésotérique - scientifique - psychologique le plus importants.

Débat "Bibliothèque Médicis" avec Jean-Pierre Elkabbach, Jean-Christophe Petitfils, Simone Berthière, Jean Michel Délacomptée, Nanette Snoep, Bérénice Levet.


Bibliothèque Médicis : Qui suis-je? par publicsenat

 

 

Des approches différents plus personel et en parlent pour moi même plus "confrontant" et à la même temps il y a une rélation direct entre celle du débat dans la Bibliothèque Médicis et les approches intérieur de nous.

 

Un phrase confrontant de Krishnamurti:

La seule révolution qui tient la route, c'est la révolution intérieur.

 

 

Qui suis-je par Ramana Maharshi

 

Enquete de soi/La recherche de soi-même par Ramana Maharshi 

 

Blog consacré à la vie/pensée de Krishnamurti  ici sur blogs.midilibre.

 

  

24/12/2011

Among Believers

 La version Français se trouve ici

 

Tax and Customs Administration                                                                       
PO Box 9100                                                                        
7100 HA WINTERSWIJK                                                                        
The Netherlands


                                                                        6 November 2006


Copy to : Prime Minister J.P. Balkenende and the Supreme Court

- Under fearful believers -

Reference:            64.57.502.V.XXXXXXXRe:             Writ of Execution

Dear Sir/Madam,

Are we but insignificant cogs in a big machine? A machine whose most important objective is to produce money, to grow and to make profit? Can we use this money to resolve social problems both at a national and an international level? Or has money actually become a key part of the problem? For instance, can famine, disease, education and environmental challenges be fixed with money? Nowadays, money has become a goal in itself, resulting in it leading a life of its own. In the Middle Ages, God was the answer to ‘all evils’, but that also meant that society was imprisoned by a religious elite who’d confiscated the exclusive rights to God. There’s nothing essentially wrong with God or money, but when they appropriate the most important role for themselves, this creates a certain type of world and we are made subordinate to the laws we dreamt up ourselves, whether they represent God, money or something else.

Just suppose I’m going to fool you that the moon possesses special powers and that every time you look at the moon you have to pay me 20 cents. Or you take out a subscription and pay ten euros a year allowing you to look at the moon as often as you like. This may be a ridiculous example which you’d never fall for, but with God and money we have succeeded in fooling ourselves and others into this. So why wouldn’t this work with the moon or the sun, especially when I have an army and a judiciary on my side, completely independent of course (but still completely dependent on the system, faith or science).

 

Is money in itself worth money?
If this were actually the case, then nobody would have to work anymore, which just wouldn’t work. Therefore, it’s vital that there are enough people, and governments of course, who believe that money in itself is worth money.


Is looking at the moon worth money?
In the end, it’s a question of what we want to believe, how convincingly it will be presented and what sanctions there may be for the unbelievers. Power and fear can imprison a society for centuries, even if nobody actually wants that. I don’t blame the Tax and Customs Administration for doing what it does; after all, that’s what it was appointed to do and even that was logical initially. Nonetheless, I think it’s important that we understand that we’re all in the same boat, and as long as we keep seeing each other as competitors and/or accomplices to defend our own interests, breaking through to a more sustainable and just world will continue to be impossible. A government which subordinates itself to a system that makes the rich richer and makes society increasingly dependent loses its credibility and breeds chaos and human impotence to change things for the better. This latter point is impossible because we have to remain subservient to the law that money in itself is worth money. Other priorities are eclipsed by this and will remain as such because making money is the most important ‘economic’ priority. As a result, we’ve created a Catch 22 situation: first make money, and then we can use that money to fix the problems. I don’t know how much longer we can continue to fool ourselves and each other with this little fairytale, but it just doesn’t work in practice.

 

Lire la suite

15/11/2011

Quelle marché.................!!!!!!!!!!!!!!!!!!????????

 

source: Reuters

La BCE achète de la dette italienne après l'adjudication

lundi 14 novembre 2011 13h05
 

 

LONDRES, 14 novembre (Reuters) - La Banque centrale européenne a commencé à acheter de la dette italienne sur le marché secondaire, en raison d'une montée des taux de rendement à la suite d'une adjudication d'obligations à cinq ans lundi matin.

Cette adjudication de trois milliards d'euros a produit un rendement de 6,29%, le plus haut depuis l'introduction de l'euro, coupant court à l'effet apaisant qu'avait produit la nomination de Mario Monti à la présidence du Conseil italien.

Les marchés se recentrent maintenant sur l'ampleur de la tâche que Mario Monti doit accomplir, ce qui ne les rassure pas.

Un trader a dit que la BCE achetait du papier à échéance 2018 et un autre a signalé qu'elle portait son effort sur le papier de quatre à cinq ans.

Le rendement du papier italien à cinq ans gagnait deux points de base à 6,55%, après un pic de séance autour de 6,63%. (Kristen Donovan, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Dominique Rodriguez)

Lire la suite

03/11/2011

Europe for sale

Le pouvoir, le chantage (« contre-pouvoir ») et ...... l'illusion

 

Ces sont les ingrédients sur la drame politico-économique mondial qui se joue déjà depuis des décennies, bien sur aggravé depuis la chute de Lehmann Brothers.

Ce système libéré de ces derniers contraintes dans les années Tatcher-Reagan.

 

On vie une système Madoff/Ponzi dans laquelle c'est impossible d'indiquer ou sont les limites !

 

Quelle cadre ?! Personne pouvais donner une cadre durable et crédible , dans ce système qui vie de notre croyance propre.

 

La justice elle fait quoi ?

La politique fait quoi ?

La science économique fait quoi

L'opposition fait quoi ?

Nous les citoyens ont fait quoi ?

Obama, l’homme le plus puissant du monde (selon Forbes) fait quoi ?

 

On subi, nous obéissons !

 

Nous sommes esclaves/croyants d'un système, un idéologie, secte politico-économique ;-) qui ne croit pas en l'homme et qu'on a inventé nous même, personne d'autre !

 

Peut être ça sera mieux que le titre de ce billet soit :

 

Le Pouvoir, le chantage (le soi disant contre-pouvoir) et la croyance.

 

Ou plus clair peut être:

Le pouvoir et le chantage une marriage infernal.

 

Bonne réveille ! ;-)

Les enfants d'abraham ........ et les economistes. A voir ;-)

 

Lire la suite