Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/05/2017

Cinq ans pour refonder l'économie, démocratie et l'état de droit (l'esprit des lois dans son cadre relatif et avec sa constitution)

...... en France et l'Europe et le Monde
Initialement publié le 6 mai 2017 à 20.00 (liens intéressants ajouté pour essayer de mieux comprendre Emmanuel Macron et sa démarche)

Emmanuel Macron

En Marche et Macron félicitations .....................
(sauf erreur de notre part!?)

... et c'est maintenant que ça commence vraiment! Et ça va être loin d'être facile.

Pour ou contre Macron, même si ce n'est pas si simple que ça, mais au moins nous avons peut être cinq ans pour vraiment libérer la démocratie, la République, la fonctionnement de l'Etat de droit et nos contributions ............ pour vivre sur ce planète en paix, harmonie et une curiosité sur qui nous sommes au plus profond de nous-même dans cette vaste univers.

(Je parle comme un Macron, mais autrement ;) )


Et maintenant!?

Les élections ont aussi quelque chose comme "la mort de démocratie" en elle, nous (plutôt vous, je ne peux pas voter pour la choix du Roi "démocratique" ;-) ) on a choisit un(e) président(e) et on a souvent le sentiment que nous sommes à nouveau mis hors jeu. Les mécanismes politiques se mettent en place et on "subi" se qui se passe, même pour ceux qui sont élus.

On parle d'ouverture, mais est elle vraiment possible, vue le contexte dans laquelle nous devons trouver des solutions sociétale?!

L'opposition se met en place et avant qu'on sait on a l'impression tout est à nouveau verrouillé.
Est-ce-que c'est la faute du président, les nouveau député de l'assemblée?

Il se passe plutôt des chose qui rend un pays difficile à gérer sans qu'on peut mettre le doit sur l'endroit qui fait mal. Ca l'air invisible, intouchable en bref quelque chose qui nous échappe.
Comment le rendre visible c'est le très grand enjeu pour les prochains cinq années. 

Ma propre intention concernant En Marche, Macron, l'assemblée en nous, c'est d'essayer d'être constructive pour dévoiler pourquoi ça va être difficile de sortir du système/machine bureaucratique qui est devenue plus fort que notre économie, démocratie et l'état de droit!

C'est possible, mais nous ne sommes pas encore là. Fur à mesure, les obstacles font s'éclaircir pourquoi aussi Macron s'en sort pas, sauf si Macron à mieux compris ce qu'il a dit jusqu'à maintenant. Ce n'est pas de la faute de Macron en soi, c'est plutôt le contexte que nous avons mis en place conscient ou inconscient. Râler contre Macron a peu d'intérêt, savoir et sentir que nous sommes tous dans la même bateau avec lui et Mélenchon, Le Pen, Baroin, Hamon etc. c'est essentiel avant d'espérer que nous pouvons sortir la crise chronique que nous avons institutionnalisé nous même, oui Mélenchon, vous et moi inclus.

Sans cette prise de conscience, nous sommes contraintes de continuer sur notre chemin d'autodestruction sur laquelle nous sommes aujourd'hui. Mais rien est perdu si nous sommes capable de rire un peu de notre "savoir faire" collective destructive. Si on reconnaît notre force de destruction nous pouvons aussi ouvrir la porte vers une construction sociale, environnementale durable et libre*.


* ça demande la coresponsabilité de chaque individu. ;-) en au moins créant les conditions pour ... aujourd'hui les conditions prioritaire sont plutôt programmé pour l'autodestruction. Est-ce-que Emmanuel Macron les vois? Je n'ai pas l'impression, vu son programme et discours rhérotiquement embaument, mais toujours dans le grand-écart sociétale, environnementale et en conséquence économiquement.

Dernier interviews vendredi dernier de Macron chez Médiapart avant les élections d'aujourd'hui pour vous mettre dans le jus des intentions de Emmanuel Macron.



Au moins on sent un envie que ça change chez Macron et il a quelque part un sens de "réalité", plus que Hollande ou Sarkozy. Sauf erreur de ma part, cette renouvellement c'est qu'il ne va les "même erreurs" que Hollande et Sarkozy en se ne pas faire trainer par l'actuelle culture politique. Macron veut faire plus efficace ce que Hollande et Sarkozy ne sont pas arrivé à faire. Bien sur une approche réductrice de ma part, mais sa révolution consiste en mieux voir comment la machine politique fonctionne
et le rendre dans sa fonctionnement plus efficace que ces prédécesseurs.

De mon point de vue aujourd'hui (21 mai 2017) la révolution risque de s'enfermer dans sa technicité et d'être en manque d'esprit humain intégrale. Mail il faut reconnaître l'approche de Macron est un début d'un révolution, il déstabilise l'appareil politique, c'est énorme! Et bien sur ou j'espère et crois ça se n'arrêtera pas là. Pour moi c'est mieux de passer par l'étape Macron que de passer par le chaos que je prévois si c'était Mélenchon ou Le Pen. Il sont trop anti et ça créé que des révolutions de chaos en surface sans les approfondir parce qu'il nous enferme dans un lutte existentielles de survie dans laquelle nous n'avons plus du temps d'approfondir la révolution. Avec celle de Macron qui est aussi est une révolution très superficielles, mais il a plus de la potentielle (même en dehors la contrôle de Macron) de s'approfondir dans la durée........... si il y a la volonté en nous les Français (aussi sans passeports Français).

ps Edwy Plenel dit un moment que les institutions sont plus forts que l'homme (au moins j'espère j'ai bien entendue). Cette observation est cardinale, parce-qu'il montre notre enfermement et qui a sa origine en nous même. Nous sommes dans un cercle vicieux. Nous organisons la société par une géologie en lois, règles et procédures sans fin. Sa signifié que l'homme (politique) n'a pas confiance dans l'homme (citoyen) en conséquence l'homme enferme de plus en plus l'homme en posant la question comment c'est possible qu'il n'est pas heureux!? Au moins c'est bien pour l'économie on achète des anti dépresseurs !!!! ;)
Notre intelligence est infini comme notre stupidité individuel et collectif.

Sujet pas facile comme montre cette vidéo, sans vouloir être une castratrice totale, mais le système politico-économique elle même est fondé sur l'injustice. Sans cette injustice de base notre système politico-économique va effondrer comme une château à cartes. Alors si nous dans l'analyse des conflits d'intérêts sommes que capable de regarder un petit peu celle du privé-publico-politiques, on va pas regarder que la fonctionnement de notre société (République pour dire un grand mot) est basé sur la culture de conflits d'intérêts. La concurrence fonctionne grâce aux conflits d'intérêts. L'état (la république) n'est pas neutre dans cette histoire. En disant que la concurrence mutuelle est la meilleur manière de faire fonctionner la politique et l'économie, l'état a perdu sa indépendance parce qu'il a choisi les vainqueurs............................. l'intérêt générale est fabriquer des gagnants??? ....... les perdants sont en conséquence pas égale dans notre société. Dans un telle contexte politique et économique on réforme éternellement sans qu'on reforme quoi ce soi en profondeur. C'est la reforme de la vitrine ou rhétorique mais ces sont des reformes sans racines dans la société. (un peu dur quand même, mais c'est la réalité et si nous n'avons pas envie de voir cette réalité de nous même on continue notre masquerade en commun!

Très intéressant! En particulier vers la fin quand Edwy Plenel reformule l'enjeu politique et économique d'aujourd'hui. C'est à 20 minutes dans le vidéo. Mes observations plus tard! C'est ici ou nous sommes sur le croissement de l'(im)possible pari d'Emmanuel Macron, En Marche, la République, la France et l'Europe!!!!! En bref de vous et moi.

Au point de vue politique et de la société au moins c'est intéressant que Macron a l'envie de faire, je crois il y n'a pas mal du bon sens. C'est une bonne technocrate (pas dans un sens cynique cette fois) en bref il veut réutiliser mieux les ressources mal utilisé aujourd'hui et les utiliser dans la sens que l'individu délaissé peut se remettre en marche et son idée de chômage universelle me semble nécessaire et un bonne idée.

Ce qui manque peut être c'est un histoire plus intégrale humaine! Est-c'est que pour que la machine recommence à faire du fric et tout va bien ou y-a-t 'il une histoire un peu plus large? Est-ce-que l'histoire de la République s'arrête quand la machine d'argent tourne? Même si Macron réussit son pari on va à nouveau tomber sur les anciens pièges du système dites capitaliste.

Il fonctionne macro-économiquement parlent assez simple. Ce que Macron fait il créer de nouveau espace, comme une bouffe d'oxygène, àààààhhh ça fait du bien. Mais ça marche jusqu'au moment que la nouvelle équilibre est atteint. C'est là ou la système financo-économique dit. Ah ça ne marche plus, mais il me faut de nouveau rendement financier autrement  c'est la crise. Il y à nouveau trois possibilité, la refoulement comme Macron aujourd'hui propose, l'austérité ou la stimulation financier (keynésienne même si je trouve un peu injuste de lui coller ça sur son dos). La refoulement peut être devient difficile parce-que nous avons fait et probablement il reste trop peu à refouler pour avoir un effet. Alors on recommence avec l'ancien éternelle débat austérité ou stimulation qu'on joue déjà depuis des décennies. Un mascarade parce que on a une dette gigantesque qu'on va jamais rembourser ou on va faire mal au gens qui ont déjà difficulté de vivre humainement aujourd'hui. Si on ne ressouda pas cette injustice chronique durablement nous n'avons pris aucun leçon de l'époque des lumières, né dans l'esprit il y a trois cents ans mais très peu concrétiser intégralement au quotidien. 

Tôt ou tard on doit essayer de voir la relation directe entre le capitalisme et la bureaucratisation déraillé sur sa tutelle que l'homme se refuge à tort.

Macron veut moins de bureaucratie et plus de politique. Sans voir l'origine de la bureaucratisation comment tu veux le faire?
Macron si il réussi de donner nous bouffe d'oxygène (c'est pas mal!!!!) il sera pas durable quand il ne voit pas l'origine de la bureaucratisation dans notre système politico-économique.

...

 

 




Macron, produit de Média? ;) Bien sur oui et non!

 

ajouté 8-5-2017

Macron élu avec un taux de record de votes blancs et nuls

Lire la suite

27/03/2017

Quand on oublie la République .................

 

Lire la suite

24/03/2016

Un de plus grands joueurs de foot et certainement le plus grand visionair de foot!

johan cruyff

 

Lire la suite

07/11/2015

Montjaux: Ploutocratie ou démocratie? ....... ou l'effet Gulliver en Aveyron!

 

Ce billet était mis en ligne avant en novembre 2014 suite à la décision du conseil Municipal de laisser faire un étude de faisabilité d'un projet de 5 éoliens industrielles au Puech Guilhem en haut de Montjaux.

Je remets aujourd'hui parce-que le Maire de Montjaux a écrit un édito en avril 2015 dans laquelle il parle de « Gulliver ». Il décrit ce qu'il arrive aux petites communes c'est comme un naufrage. Bien écrit, mais peut être aussi une approche/observation fragmenté  et isolé qui montre, c'est difficile de voir de liens entre les différents événements sociaux et politico-économique.
Le
public
 est devenue, inconsciemment pour le plus part, collabo du Privé  et en conséquence a perdu sa crédibilité de parler pour le bien commun , son vrai bouleau initiale.

A lire avec un clin d’œil!!!! On peut parler d'un effet Gulliver quand on regarde façon parler pas plus loin que la longueur notre propre nez et tout nos petites décisions et observations (court-termiste chronique) ensemble créent une matrice qui nous emprisonne et après on se demande mais comment c'est possible (ou même pas!!!)?? Et en suite on devient des Don Quichotte's pour battre les moulins à vent sans regarder l'origine de ces moulins à vent que nous avons créé nous même. Ici se trouve la cercle vicieux dans laquelle le système politico-économique (le matrice bureaucratique dans laquelle Gulliver se trouve) que nous avons mis en place. A lire avec un clin d’œil, autrement l'essentiel ne peut pas se voir. Les éoliens industrielles à Montjaux sont juste une exemple, d'un logique court-termisme (comptable) institutionnalisé en occident qui nous fait courir chroniquement derrière les faits. Je ne suis pas contre les éoliens, mais je suis pour les éoliens citoyen et pas industrielles ou on laisse le facture chroniquement au futur. Autrement dites: nous ne sommes pas capable de voir un lien entre ce qui nous apporte et ce qui nous coûte et on croît c'est une naufrage quand le système étatique nous étrangle avec ces règles, lois et mesures sans fin et souvent sans l'esprit commun à causse d'une approche politico-économique fragmenté. 

Comme j'écrit sur le pamphlet le LEURRE politico-économique :  

.. ou comment un simple levier comptable a emprisonné l’économie, la démocratie, l’état de droit et peut-être le pire de tout: notre conscience.
La chasse au profit a une revers: la production des lois, règles et mesures sans fin, parce qu'on joue cache cache derrière ces « vérités » bureaucratique, sans prendre de responsabilité, ni individuellement ni collectivement. C'est ici se trouve le drame politico-économique sans fin pour le moment.

 

Les billets concernant les éoliens industrielles à Montjaux

 

Le conseil municipal de MONTJAUX, de gauche à droite :

Christophe CARTAYRADE, Arnaud MARIGNAC, Christian GAUBERT (3ème adjoint), Arlette BOUDES, Philippe CAVALIER, Jean FROMENT (Maire), David ROQUES, Delphine COMAYRAS, Jean-Claude FOURNIER (1er Adjoint), Lydie VALETTE, Christian BOUDES (2ème Adjoint).

 

IMGP5602.JPG

Ici ma réaction du premier coup

La démocratie en général est limité à jouer un rôle dans la marge aujourd'hui, c'est le fonctionnement ploutocrate* en nous qui décide pour le plus grand part et oui aussi malheureusement à Montjaux. Nous avons les mêmes reflex politico-pavloviène comme à Paris ou Bruxelles en conséquence la démocratie vient pour le moment pas d'en bas. La seule endroit ou le démocratie peu commencer c'est en nous-même. Il peut jamais venir de Paris ou Bruxelles. Et oui ça demande de courage d'observer et réfléchir soi même, échanger nos points de vues! Pas pour gagner le débat mais pour approfondir le débat et nos actions dans un esprit de l'intérêt général. Ça ne marche pas avec un baguette magique, mais par les hommes et femmes qui ont ni peur d'eux mêmes et ni peur de l'autre. Aujourd'hui on voit ici à Montjaux on n'ose pas de parler des sujets qui sont difficile et complexe et alors ça s'arrête quand s'apporte, fin d'analyse. Un signe de tristesse et pauvreté intérieur ......... comment dépasser nos peurs pour enrichir notre vie en commun???? Tout le monde le souhaite, mais on fait le contraire.... ????!!!!!

Il y a du boulot pour nous tous!!! C'est ça aussi la démocratie! Mais pour le moment ça existe que dans un dictionnaire!!



Il n’y a pas pour le moment le courage de réfléchir vraiment sur les conditions dans laquelle nous sommes contraint de prendre les décisions politico-économique! 

(on peut parler d'un effet Gulliver, libre après le bulletin municipal de Montjaux avril 2015)

montjaux,aveyron,ploutocratie,démocratie,christophe cartayrade,arnaud marignac,christian gaubert (3ème adjoint),arlette boudes,philippe cavalier,jean froment (maire),david roques,delphine comayras,jean-claude fournier (1er adjoint),lydie valette,christian boudes (2ème adjoint).effet gulliver,bulletin municipal montjaux avril 2015

Lire la suite

24/07/2015

Quand la « science » économie se réduit à une « simple » rapport de force ...

......... les gouvernements européennes, nationale et locale sont non existants .....       et en conséquence elles grossissent sans limites.... parce-que il n'y a plus de contrat et responsabilité commun avec la société ... et les citoyens.... nous avons créé une ogre sans esprit......

............ l'abus de pouvoir s'institutionnalise .....

.... on s'enferme dans « des contrats » dominer par « les comptables » et « juristes » sans foi, ni loi qui fragmente la société de plus en plus dans une technocratie sans esprit

 

............ la solidarité et la liberté deviennent une rhétorique vidé du sens et éloigné de notre boussole intérieur

....... la démocratie, un mot non existant

............ l'état devient une mécanisme/conditionnement sans esprit vivant qui cour derrière les événements sans aucun prise sur la réalité.

.......... créé une société et justice qui a peur de l'homme et l'esprit des lois en nous même (la boussole intérieur)

......... une hiérarchie qui a peur de perdre la contrôle (qu'il n'a jamais eu!!! ;-) )

..... une société fragmenté, perdu du sens qui fait les choses en dehors de lui désintégré et sans racines dans la vie

..... quand la politique doit subventionné l'agriculture montre nous avons pas grand chose comprit de l'économie par et pour hommes et la vie.

....... l'état a choisit inconsciemment pour « les vainqueurs » et en conséquence perdu tout crédibilité pour réagir pour « le bien commun »

....... que nous pouvons vivre au crédit, si on y croit! ;-)

....... c'est la divise « diviser pour mieux régner » qui s’institutionnalise sans aucun référence/repaire sur ce qui se passe dans la société

..... etc. etc.

 

 

Lire la suite

07/02/2015

Les idées (politiques), les médias et ..... les mises en œuvre éternellement pour plus tard ....


Michel Crozier

Le dernier billet j'ai arrêté en me demandent: Comment dépasser la rhétorique politique?

Le jour après un ami me parle de Michel Crozier, un sociologue d'organisations qui a entre autre travaillé sur la bureaucratisation, les systèmes et l'individu la dedans.

Si on observe un peu de l'extérieur la fonctionnement de la France comme état et société c'est assez particulier. Moi je suis né au Pays-Bas dans une sorte Aveyron Néerlandais l'Achterhoek et quand on voit la France pour la première fois, il y a des généralités  qui sautent aux yeux:

  1. La hiérarchisation (politique et société) sans fin  et sans cadre et très peu de conscience*
  2. Les idées semblent être plus importantes que la mise en œuvre (Laïcité, Droit de l'homme, la Constitution etc. etc. une liste sans fin.)
  3. La pire mariage institutionnel entre le capitalisme et le communisme
  4. Un carriérisme institutionnel (privé et public) individuelle, sans âme comme une fuite à l'avant chronique par une sorte de peur de soi-même. (Biensur très fort en lien avec le premier point!)
  5. Un drôle de paradoxe de l'amour vivant de la campagne et patrimoine et l'abandon de cette même ruralité (peut être en relation direct avec les quatre premiers points mentionné?).

 

* Si vous comprenez cette observation vous comprendriez pourquoi nous ne sommes pas encore commencer de mettre en place: la démocratie et l'état de droit. Nous sommes encore dans la cave de platon ou en visualise les images de la démocratie et l'état de droit sur le grand écran sans les vraiement mettre en oeuvre dans notre quotidien! Pour le moment nous sommes dans le spectacle avec notre pape François dans notre cave platonniène avec une cinéma politique pour le moment sans fin. ;-)

pape françois premier,sociologie des organisation,michel crozier,deviser et contrôle sans fin,coopérer ou se concurrencer?,comment depasser la rhétorique politique?,la vraie économie,conscience de l'individu

photos prise du site de marianne et/ou gigistudio.over-blog.com

Ce n'est pas que en France que cela existe, c'est dans tous les pays occidentaux bureaucratisé, mais la France porte un drôle de paradoxe en elle plus extrême que d'autres pays: les grandes idées humanistes (les lumières) et une hiérarchisation de société (envie d’être roi dans un domaine ou l’autre) comme une fuite à l’avant chronique contre l’esprit des lumières. Qui explique peut-être le paradoxe français : faire la révolution, sans faire la révolution en permanence. On essaie de faire de réformes fragmenté, mais il n’y a pas d’intégralité dans ces réformes, alors on proteste et on proteste, mais au fond rien ne bouge ! Seulement en retrouvant un sens commun partagé la réforme (la révolution intérieur) peux avoir lieu.

 

=====================================================================

Prise du site de Michel Crozier:

Mais oui, la mise en œuvre compte !

Il y a un an, le 23 Mai 2013, Michel Crozier se taisait. Il va sans dire que sa voix claire et directe nous manque. En 1998, il déclarait à propos des responsables politiques "la philosophie [des politiques français], c’est que l’idée est primordiale. Et moi, je suis en opposition très forte, c’est pas l’idée qui compte, c’est la mise en œuvre." En 2014, la France apparaît comme une société toujours "bloquée" et ses politiques n'ont pas changé. Finalement, ce débat ne repose pragmatiquement la question de la formation des hommes et des femmes politiques, et de tous ceux et celles qui participent à la construction des politiques publiques en France ?

 

Lire la suite

26/01/2015

Sacred economics (sous titré français)

 

Lire la suite

25/01/2015

La théorie d'Adam Smith était incomplète !?

Lire la suite

17/01/2015

Quand l'argent décide pour l'homme chroniquement......

…. on se parle plus, on ne réfléchit plus, on devient bêtes, des morts vivants................ simple sujets (idiots utiles) dans une ploutocratie!

La titre du reportage « La bataille du Lévézou » n'est peut-être pas la titre le plus adéquat. « Deviser pour régner » sera peut-être mieux et ce n'est pas l'homme qui règne, même si le soi-disant vainqueur croit qu'il règne, mais il est tout simplement plus haut dans la hiérarchie du royaume des esclaves ou la prison platonier (à lire avec un clin d'œil, mais à comprendre en plus profond de nous.) Nous sommes dans une fuite à l'avant chronique dans laquelle nous n'avons plus le courage de se parler  et intéroger vraiment. A Lire aussi: La machine contre l'homme. Ou le progrès des aveugles, nous les mort vivants ..........  à la récherche d'un grain de vie, l'esprit vivant au plus profond de nous-même! ;-) :-)

Les politiciens jouant sur une façade « leur importance mascara-dieux  » en choisissant pour les vainqueurs et en perdant tout leur impartialité en décidant et en réfléchi-chants sur rien, comme parfaits miroirs de nous-mêmes!

 

 

14/01/2015

A la place du loi Macron: Les dix mésures proposé par Paul Jorion

 

macron,plantu,le monde

  Plantu le monde

Dans son livre Misère de la pensée économique, Paul Jorion propose des réformes à mettre à l'œuvre immédiatement.

Extrêmement important si on veut vraiment réformer notre société et pas l'éternel récupération des évènements par « la politique » et « média » qui risque d'arriver aussi aujourd'hui*. J'espère bien-sûr pas mais si la politique et nous simples citoyens nous se ne rends pas compte de prison politico-pavlovienne que nous avons créé on va continuer de surfer sur les vagues en surface.

Macron, intelligent comme il peut être est aujourd’hui simple gardien de cette prison bureaucratique et pas l’homme courageux pour créer des conditions et le cadre forte dans laquelle nous pouvons nous libérer petit à petit en transformant la haine, la colère la frustration qui est stocké en nous et la société en quelque chose qui nous construit en pierres bâtisseurs d’un société fondé sur des valeurs humaine (aussi) intrinsèques à l’homme pour remplacer petit à petit « la peur », « la violence », « l’arrogance intellectuel » et peut-être notre pire ennemi intérieur: l'indifférence, pour détruire la système de caste politico-économique que nous avons créé dans laquelle « la borgne » règne nous « les aveugles ». (A voir aussi: la caverne bureaucratique de platon)

 

* C'est déjà en route et quelque part inévitable surtout dans la context politico-économique que nous avons créé.  

 

Dix mesures urgentes... de Paul Jorion par Yeti

Une fois n’est pas coutume, je vais vous raconter la fin de l’histoire. Je veux dire, la fin de l’histoire du capitalisme, telle que Jorion lui règle proprement son compte en dix mesures urgentes et concrètes à administrer sans tarder.

1. Augmenter les salaires plutôt que de favoriser l’accès au crédit ;

2. Interdire la spéculation sur les variations de prix, comme c’était le cas dans la plupart des pays jusqu’à la fin du XIXe siècle ;

3. Couper le robinet alimentant les paradis fiscaux à la source, en interdisant aux chambres de compensation de communiquer avec eux ;

4. « Abolir les privilèges des personnes morales [les entreprises, ndlr] par rapport aux personnes physiques [vous, moi...]. »

5. Remettre l’actionnaire à sa place, celle de simple créancier d’une société et non goinfre à dividendes ;

6. Mettre un terme aux manipulations boursières en interdisant les opérations « haute fréquence » à la micro-seconde ;

7. Imposer les multinationales (Total, par exemple) sur l’ensemble de leurs activités, y compris celles que ces malines ont transférées à l’étranger ;

8. Supprimer les stock-options et instaurer « une authentique participation universelle » ;

9. Interdire les « dispositifs spéculatifs » (immobilier, assurance-vie...) et les remplacer par des systèmes de solidarité collectifs ;

10. « Enfin, dans un monde où le travail disparaît, la question des revenus doit être mise à plat et faire l’objet d’un véritable débat. »

 

 

ps dans un billet futur je vais essayer de dévoiler mes deux pour-cent de "différences" avec Paul Jorion

Lire la suite