Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/09/2017

Revenue universelle par Rutger Bregman sur Arte

21/05/2017

Cinq ans pour refonder l'économie, démocratie et l'état de droit (l'esprit des lois dans son cadre relatif et avec sa constitution)

...... en France et l'Europe et le Monde
Initialement publié le 6 mai 2017 à 20.00 (liens intéressants ajouté pour essayer de mieux comprendre Emmanuel Macron et sa démarche)

Emmanuel Macron

En Marche et Macron félicitations .....................
(sauf erreur de notre part!?)

... et c'est maintenant que ça commence vraiment! Et ça va être loin d'être facile.

Pour ou contre Macron, même si ce n'est pas si simple que ça, mais au moins nous avons peut être cinq ans pour vraiment libérer la démocratie, la République, la fonctionnement de l'Etat de droit et nos contributions ............ pour vivre sur ce planète en paix, harmonie et une curiosité sur qui nous sommes au plus profond de nous-même dans cette vaste univers.

(Je parle comme un Macron, mais autrement ;) )


Et maintenant!?

Les élections ont aussi quelque chose comme "la mort de démocratie" en elle, nous (plutôt vous, je ne peux pas voter pour la choix du Roi "démocratique" ;-) ) on a choisit un(e) président(e) et on a souvent le sentiment que nous sommes à nouveau mis hors jeu. Les mécanismes politiques se mettent en place et on "subi" se qui se passe, même pour ceux qui sont élus.

On parle d'ouverture, mais est elle vraiment possible, vue le contexte dans laquelle nous devons trouver des solutions sociétale?!

L'opposition se met en place et avant qu'on sait on a l'impression tout est à nouveau verrouillé.
Est-ce-que c'est la faute du président, les nouveau député de l'assemblée?

Il se passe plutôt des chose qui rend un pays difficile à gérer sans qu'on peut mettre le doit sur l'endroit qui fait mal. Ca l'air invisible, intouchable en bref quelque chose qui nous échappe.
Comment le rendre visible c'est le très grand enjeu pour les prochains cinq années. 

Ma propre intention concernant En Marche, Macron, l'assemblée en nous, c'est d'essayer d'être constructive pour dévoiler pourquoi ça va être difficile de sortir du système/machine bureaucratique qui est devenue plus fort que notre économie, démocratie et l'état de droit!

C'est possible, mais nous ne sommes pas encore là. Fur à mesure, les obstacles font s'éclaircir pourquoi aussi Macron s'en sort pas, sauf si Macron à mieux compris ce qu'il a dit jusqu'à maintenant. Ce n'est pas de la faute de Macron en soi, c'est plutôt le contexte que nous avons mis en place conscient ou inconscient. Râler contre Macron a peu d'intérêt, savoir et sentir que nous sommes tous dans la même bateau avec lui et Mélenchon, Le Pen, Baroin, Hamon etc. c'est essentiel avant d'espérer que nous pouvons sortir la crise chronique que nous avons institutionnalisé nous même, oui Mélenchon, vous et moi inclus.

Sans cette prise de conscience, nous sommes contraintes de continuer sur notre chemin d'autodestruction sur laquelle nous sommes aujourd'hui. Mais rien est perdu si nous sommes capable de rire un peu de notre "savoir faire" collective destructive. Si on reconnaît notre force de destruction nous pouvons aussi ouvrir la porte vers une construction sociale, environnementale durable et libre*.


* ça demande la coresponsabilité de chaque individu. ;-) en au moins créant les conditions pour ... aujourd'hui les conditions prioritaire sont plutôt programmé pour l'autodestruction. Est-ce-que Emmanuel Macron les vois? Je n'ai pas l'impression, vu son programme et discours rhérotiquement embaument, mais toujours dans le grand-écart sociétale, environnementale et en conséquence économiquement.

Dernier interviews vendredi dernier de Macron chez Médiapart avant les élections d'aujourd'hui pour vous mettre dans le jus des intentions de Emmanuel Macron.



Au moins on sent un envie que ça change chez Macron et il a quelque part un sens de "réalité", plus que Hollande ou Sarkozy. Sauf erreur de ma part, cette renouvellement c'est qu'il ne va les "même erreurs" que Hollande et Sarkozy en se ne pas faire trainer par l'actuelle culture politique. Macron veut faire plus efficace ce que Hollande et Sarkozy ne sont pas arrivé à faire. Bien sur une approche réductrice de ma part, mais sa révolution consiste en mieux voir comment la machine politique fonctionne
et le rendre dans sa fonctionnement plus efficace que ces prédécesseurs.

De mon point de vue aujourd'hui (21 mai 2017) la révolution risque de s'enfermer dans sa technicité et d'être en manque d'esprit humain intégrale. Mail il faut reconnaître l'approche de Macron est un début d'un révolution, il déstabilise l'appareil politique, c'est énorme! Et bien sur ou j'espère et crois ça se n'arrêtera pas là. Pour moi c'est mieux de passer par l'étape Macron que de passer par le chaos que je prévois si c'était Mélenchon ou Le Pen. Il sont trop anti et ça créé que des révolutions de chaos en surface sans les approfondir parce qu'il nous enferme dans un lutte existentielles de survie dans laquelle nous n'avons plus du temps d'approfondir la révolution. Avec celle de Macron qui est aussi est une révolution très superficielles, mais il a plus de la potentielle (même en dehors la contrôle de Macron) de s'approfondir dans la durée........... si il y a la volonté en nous les Français (aussi sans passeports Français).

ps Edwy Plenel dit un moment que les institutions sont plus forts que l'homme (au moins j'espère j'ai bien entendue). Cette observation est cardinale, parce-qu'il montre notre enfermement et qui a sa origine en nous même. Nous sommes dans un cercle vicieux. Nous organisons la société par une géologie en lois, règles et procédures sans fin. Sa signifié que l'homme (politique) n'a pas confiance dans l'homme (citoyen) en conséquence l'homme enferme de plus en plus l'homme en posant la question comment c'est possible qu'il n'est pas heureux!? Au moins c'est bien pour l'économie on achète des anti dépresseurs !!!! ;)
Notre intelligence est infini comme notre stupidité individuel et collectif.

Sujet pas facile comme montre cette vidéo, sans vouloir être une castratrice totale, mais le système politico-économique elle même est fondé sur l'injustice. Sans cette injustice de base notre système politico-économique va effondrer comme une château à cartes. Alors si nous dans l'analyse des conflits d'intérêts sommes que capable de regarder un petit peu celle du privé-publico-politiques, on va pas regarder que la fonctionnement de notre société (République pour dire un grand mot) est basé sur la culture de conflits d'intérêts. La concurrence fonctionne grâce aux conflits d'intérêts. L'état (la république) n'est pas neutre dans cette histoire. En disant que la concurrence mutuelle est la meilleur manière de faire fonctionner la politique et l'économie, l'état a perdu sa indépendance parce qu'il a choisi les vainqueurs............................. l'intérêt générale est fabriquer des gagnants??? ....... les perdants sont en conséquence pas égale dans notre société. Dans un telle contexte politique et économique on réforme éternellement sans qu'on reforme quoi ce soi en profondeur. C'est la reforme de la vitrine ou rhétorique mais ces sont des reformes sans racines dans la société. (un peu dur quand même, mais c'est la réalité et si nous n'avons pas envie de voir cette réalité de nous même on continue notre masquerade en commun!

Très intéressant! En particulier vers la fin quand Edwy Plenel reformule l'enjeu politique et économique d'aujourd'hui. C'est à 20 minutes dans le vidéo. Mes observations plus tard! C'est ici ou nous sommes sur le croissement de l'(im)possible pari d'Emmanuel Macron, En Marche, la République, la France et l'Europe!!!!! En bref de vous et moi.

Au point de vue politique et de la société au moins c'est intéressant que Macron a l'envie de faire, je crois il y n'a pas mal du bon sens. C'est une bonne technocrate (pas dans un sens cynique cette fois) en bref il veut réutiliser mieux les ressources mal utilisé aujourd'hui et les utiliser dans la sens que l'individu délaissé peut se remettre en marche et son idée de chômage universelle me semble nécessaire et un bonne idée.

Ce qui manque peut être c'est un histoire plus intégrale humaine! Est-c'est que pour que la machine recommence à faire du fric et tout va bien ou y-a-t 'il une histoire un peu plus large? Est-ce-que l'histoire de la République s'arrête quand la machine d'argent tourne? Même si Macron réussit son pari on va à nouveau tomber sur les anciens pièges du système dites capitaliste.

Il fonctionne macro-économiquement parlent assez simple. Ce que Macron fait il créer de nouveau espace, comme une bouffe d'oxygène, àààààhhh ça fait du bien. Mais ça marche jusqu'au moment que la nouvelle équilibre est atteint. C'est là ou la système financo-économique dit. Ah ça ne marche plus, mais il me faut de nouveau rendement financier autrement  c'est la crise. Il y à nouveau trois possibilité, la refoulement comme Macron aujourd'hui propose, l'austérité ou la stimulation financier (keynésienne même si je trouve un peu injuste de lui coller ça sur son dos). La refoulement peut être devient difficile parce-que nous avons fait et probablement il reste trop peu à refouler pour avoir un effet. Alors on recommence avec l'ancien éternelle débat austérité ou stimulation qu'on joue déjà depuis des décennies. Un mascarade parce que on a une dette gigantesque qu'on va jamais rembourser ou on va faire mal au gens qui ont déjà difficulté de vivre humainement aujourd'hui. Si on ne ressouda pas cette injustice chronique durablement nous n'avons pris aucun leçon de l'époque des lumières, né dans l'esprit il y a trois cents ans mais très peu concrétiser intégralement au quotidien. 

Tôt ou tard on doit essayer de voir la relation directe entre le capitalisme et la bureaucratisation déraillé sur sa tutelle que l'homme se refuge à tort.

Macron veut moins de bureaucratie et plus de politique. Sans voir l'origine de la bureaucratisation comment tu veux le faire?
Macron si il réussi de donner nous bouffe d'oxygène (c'est pas mal!!!!) il sera pas durable quand il ne voit pas l'origine de la bureaucratisation dans notre système politico-économique.

...

 

 




Macron, produit de Média? ;) Bien sur oui et non!

 

ajouté 8-5-2017

Macron élu avec un taux de record de votes blancs et nuls

Lire la suite

07/11/2015

Montjaux: Ploutocratie ou démocratie? ....... ou l'effet Gulliver en Aveyron!

 

Ce billet était mis en ligne avant en novembre 2014 suite à la décision du conseil Municipal de laisser faire un étude de faisabilité d'un projet de 5 éoliens industrielles au Puech Guilhem en haut de Montjaux.

Je remets aujourd'hui parce-que le Maire de Montjaux a écrit un édito en avril 2015 dans laquelle il parle de « Gulliver ». Il décrit ce qu'il arrive aux petites communes c'est comme un naufrage. Bien écrit, mais peut être aussi une approche/observation fragmenté  et isolé qui montre, c'est difficile de voir de liens entre les différents événements sociaux et politico-économique.
Le
public
 est devenue, inconsciemment pour le plus part, collabo du Privé  et en conséquence a perdu sa crédibilité de parler pour le bien commun , son vrai bouleau initiale.

A lire avec un clin d’œil!!!! On peut parler d'un effet Gulliver quand on regarde façon parler pas plus loin que la longueur notre propre nez et tout nos petites décisions et observations (court-termiste chronique) ensemble créent une matrice qui nous emprisonne et après on se demande mais comment c'est possible (ou même pas!!!)?? Et en suite on devient des Don Quichotte's pour battre les moulins à vent sans regarder l'origine de ces moulins à vent que nous avons créé nous même. Ici se trouve la cercle vicieux dans laquelle le système politico-économique (le matrice bureaucratique dans laquelle Gulliver se trouve) que nous avons mis en place. A lire avec un clin d’œil, autrement l'essentiel ne peut pas se voir. Les éoliens industrielles à Montjaux sont juste une exemple, d'un logique court-termisme (comptable) institutionnalisé en occident qui nous fait courir chroniquement derrière les faits. Je ne suis pas contre les éoliens, mais je suis pour les éoliens citoyen et pas industrielles ou on laisse le facture chroniquement au futur. Autrement dites: nous ne sommes pas capable de voir un lien entre ce qui nous apporte et ce qui nous coûte et on croît c'est une naufrage quand le système étatique nous étrangle avec ces règles, lois et mesures sans fin et souvent sans l'esprit commun à causse d'une approche politico-économique fragmenté. 

Comme j'écrit sur le pamphlet le LEURRE politico-économique :  

.. ou comment un simple levier comptable a emprisonné l’économie, la démocratie, l’état de droit et peut-être le pire de tout: notre conscience.
La chasse au profit a une revers: la production des lois, règles et mesures sans fin, parce qu'on joue cache cache derrière ces « vérités » bureaucratique, sans prendre de responsabilité, ni individuellement ni collectivement. C'est ici se trouve le drame politico-économique sans fin pour le moment.

 

Les billets concernant les éoliens industrielles à Montjaux

 

Le conseil municipal de MONTJAUX, de gauche à droite :

Christophe CARTAYRADE, Arnaud MARIGNAC, Christian GAUBERT (3ème adjoint), Arlette BOUDES, Philippe CAVALIER, Jean FROMENT (Maire), David ROQUES, Delphine COMAYRAS, Jean-Claude FOURNIER (1er Adjoint), Lydie VALETTE, Christian BOUDES (2ème Adjoint).

 

IMGP5602.JPG

Ici ma réaction du premier coup

La démocratie en général est limité à jouer un rôle dans la marge aujourd'hui, c'est le fonctionnement ploutocrate* en nous qui décide pour le plus grand part et oui aussi malheureusement à Montjaux. Nous avons les mêmes reflex politico-pavloviène comme à Paris ou Bruxelles en conséquence la démocratie vient pour le moment pas d'en bas. La seule endroit ou le démocratie peu commencer c'est en nous-même. Il peut jamais venir de Paris ou Bruxelles. Et oui ça demande de courage d'observer et réfléchir soi même, échanger nos points de vues! Pas pour gagner le débat mais pour approfondir le débat et nos actions dans un esprit de l'intérêt général. Ça ne marche pas avec un baguette magique, mais par les hommes et femmes qui ont ni peur d'eux mêmes et ni peur de l'autre. Aujourd'hui on voit ici à Montjaux on n'ose pas de parler des sujets qui sont difficile et complexe et alors ça s'arrête quand s'apporte, fin d'analyse. Un signe de tristesse et pauvreté intérieur ......... comment dépasser nos peurs pour enrichir notre vie en commun???? Tout le monde le souhaite, mais on fait le contraire.... ????!!!!!

Il y a du boulot pour nous tous!!! C'est ça aussi la démocratie! Mais pour le moment ça existe que dans un dictionnaire!!



Il n’y a pas pour le moment le courage de réfléchir vraiment sur les conditions dans laquelle nous sommes contraint de prendre les décisions politico-économique! 

(on peut parler d'un effet Gulliver, libre après le bulletin municipal de Montjaux avril 2015)

montjaux,aveyron,ploutocratie,démocratie,christophe cartayrade,arnaud marignac,christian gaubert (3ème adjoint),arlette boudes,philippe cavalier,jean froment (maire),david roques,delphine comayras,jean-claude fournier (1er adjoint),lydie valette,christian boudes (2ème adjoint).effet gulliver,bulletin municipal montjaux avril 2015

Lire la suite

13/07/2015

La pièce de théâtre Européen (pour le moment) sans issue semble de continuer ......

 

prit dus site: https://02varvara.wordpress.com/tag/coalition-of-the-radical-left/

 

L'image ne correspond pas tout à fait au problématique au quelle nous sommes confronté, même si c'est vrai que n'importe quelle accord on trouve, ça va tomber sur nous même. 

Faire de la dette pour faire du profit, pour rembourser la dette semble une logique aujourd'hui encore indispensable pour notre survie sur terre. 

Bien sur  c'est en réalité auto-destructrice et il nous manque l'humour de voire nous même en face dans la réalité que nous avons créé. Nous avons donné priorité à une intelligence Macroniènne (à lire: une intelligence conditionné par la soi disant "réalité", qui ne veut pas dire qu'il ne soit pas intelligent mais il y a peu ou très , très peu de sagesse et courage) sans aucun intelligence autonome ou intérieur en nous.

Quand nous sommes capable de rire et de voir notre propre intelligence quasi entièrement conditionné, l'espoir peut revenir!!!!

Nous ne voulons pas pour le moment sortir la grotte de Platon bureaucratique

ps en disant que François Hollande se hissent à l'histoire, Manuel Valls fait comprendre il n'a pas compris grand chose "de l'histoire". Comme beaucoup de Gaullistes n'ont pas grand chose compris de "de Gaulle"

 

Ce matin sur France Inter Ça ne va pas la tête? Emission très intéressant!! "Dites un grand OUI à la vie avec le bon vieux Nietsche!

Très actuel par rapport à la crise dites "Grècque".

ajouté 16-7-2015

 

 

25/01/2015

La théorie d'Adam Smith était incomplète !?

Lire la suite

17/01/2015

Quand l'argent décide pour l'homme chroniquement......

…. on se parle plus, on ne réfléchit plus, on devient bêtes, des morts vivants................ simple sujets (idiots utiles) dans une ploutocratie!

La titre du reportage « La bataille du Lévézou » n'est peut-être pas la titre le plus adéquat. « Deviser pour régner » sera peut-être mieux et ce n'est pas l'homme qui règne, même si le soi-disant vainqueur croit qu'il règne, mais il est tout simplement plus haut dans la hiérarchie du royaume des esclaves ou la prison platonier (à lire avec un clin d'œil, mais à comprendre en plus profond de nous.) Nous sommes dans une fuite à l'avant chronique dans laquelle nous n'avons plus le courage de se parler  et intéroger vraiment. A Lire aussi: La machine contre l'homme. Ou le progrès des aveugles, nous les mort vivants ..........  à la récherche d'un grain de vie, l'esprit vivant au plus profond de nous-même! ;-) :-)

Les politiciens jouant sur une façade « leur importance mascara-dieux  » en choisissant pour les vainqueurs et en perdant tout leur impartialité en décidant et en réfléchi-chants sur rien, comme parfaits miroirs de nous-mêmes!

 

 

27/12/2014

La rémunération de l'esprit d'entreprise par Paul Jorion

Un des articles (pour moi) le plus importants sur le blog de Paul Jorion!!!

 Un texte que j'espère est une bonne base de départ pour nettoyer la science (politico-)économique de son côté réligieux aujourd'hui. J'ai pris une autre chemin que Paul Jorion, mais cette texte est intéressant comme base pour mieux comprendre l'économie (politique).

===============================================================

La rémunération de l’esprit d’entreprise

(sur le bog de Paul Jorion vous trouverai en plus un débat, analyse, discussion et/ou dialogue sur ce billet!)

1 novembre 2014 par Paul Jorion |

Je publie cet extrait du manuscrit du livre que je consacrerai à la pensée de Keynes comme un élément au débat ouvert par la publication du « billet invité » d’Édouard intitulé Réflexion sur la taxation des dividendes et plus-values.

On dit que le surplus est la différence entre le prix de vente et les coûts de production. C’est une bonne approximation, si ce n’est que l’on est alors immédiatement confronté à la difficulté de définir ce que l’on inclut dans les coûts de production. Il est classique aujourd’hui d’y inclure les salaires, et c’est ce que les règles comptables enjoignent de faire, mais est-ce légitime : les salaires ne sont-ils pas la récompense des avances faites en travail dans le processus de production, au même titre que les avances faites en terre par le propriétaire foncier, en fonds par le capitaliste et les avances en supervision/coordination de l’entrepreneur ? Et le paiement des intérêts ? Les intérêts ne sont-ils pas une part du surplus au même titre que le profit de l’entrepreneur ?
 

Si l’on repart de la structure prototypique du capitalisme qu’est le contrat de métayage tel que pratiqué aujourd’hui encore dans l’agriculture et dans la petite pêche, plutôt que de s’intéresser aux coûts de production, il vaut mieux concentrer son attention sur les coûts de la perpétuation de l’unité de production : du renouvellement du dispositif de production, et considérer que le surplus est la différence entre le prix de vente et les coûts de renouvellement. Sur le prix de vente il y aurait aussi beaucoup à dire mais je le traiterai séparément.

Je reprends mon exemple très simple du métayer qui cultive du blé, qui est lié au propriétaire de la terre par un contrat stipulant la part de sa moisson qu’il lui doit, et qui emploie des journaliers. Je simplifie à outrance mais c’est pour augmenter la clarté de l’exposé. Le surplus, c’est la différence entre les 20 grains sur l’épi et le grain unique qui a germé, a crû et s’est transformé en l’épi. Mais trois parties sont en présence : propriétaire, métayer et journaliers, qui se considèrent (légitimement ou non) comme les catalyseurs du processus qui a transformé un grain en vingt grains, en raison des avances qu’ils ont consenties pour rendre le processus possible. 

Qui reçoit exactement quoi est alors le produit d’un rapport de force entre ces trois parties en présence : propriétaire, métayer et journaliers. Et ce rapport de force est lui-même déterminé par la concurrence de chacun à l’intérieur de sa catégorie, c’est-à-dire de sa rareté ou de son abondance relatives au sein de la catégorie à laquelle il appartient, face à une autre catégorie économique avec laquelle la première combinera ses efforts : beaucoup ou peu de métayers en puissance par rapport au nombre de propriétaires présents, beaucoup ou peu de journaliers en puissance par rapport au nombre existant de métayers, etc. Quant au prix de vente, il est le produit du rapport de force entre vendeurs et acheteurs potentiels pour la marchandise ou le service, mais comme je l’ai dit, j’y reviendrai.

Lire la suite

12/11/2014

Gaël Giraud : "La dérégulation financière est notre veau d'or"


Gaël Giraud : "La dérégulation financière est... par Marianne2fr

Nos banques ont-elles tiré toutes les leçons de la crise de 2008 ? D'ailleurs une banque juste, ça existe vraiment ? Pourquoi nos hauts fonctionnaires vont-ils "pantoufler" dans la finance ? Et réformer l'euro, est-ce seulement possible ? Gaël Giraud, jésuite et économiste, répond à toutes ces questions et livre ses pistes pour en finir avec la finance folle. Un entretien vidéo d'utilité publique.

14/09/2014

« Il vaut de la croissance pour payer les intérêts » Paul Jorion

Une phrase clé qui montre tôt ou tard la fin de la politico-économique comme on connait aujourd'hui!

Emmanuel Macron pour qui tu bosse?

 

Emmanuel Macron bosse comme presque nous tous pour "la finance" et pas pour la démocratie, la société, l'état de droit, l'économie, nous même, l'autre, la vie.

Lire la suite

06/09/2014

La bombe politico-financo-juridique à retardement et à désamorcer (II)

 

timebomb in the heart of europ, the economist

 

Sujets à traiter dans

« un mirage contre l’autre mirage (I) »

 

Est-ce qu’on vit tous dans la même économie (et société) ?

Et avec cette question aussi la question : est ce que nous vivons tous dans le même état de droit ?

Autrement dit : est-ce que aujourd’hui le bien commun politique égale le bien commun des individus et la société ?

 

 

Concurrence/compétitivité, hiérarchisation et le fonctionnement de la politique et l’individu dans tout cela.

La compétitivité, un royaume (prison) de comparaison sans base et cadre commun.

La compétitivité et le marché libre une contradiction chronique ou deux piliers de l’économie inconsolable.

La communication direct et indirect dans un environnement ce compétitivité.

La concurrence efficace pour tout le monde ? Et quelle rôle (in)dépendant joue la politique (gouvernement) ?

 

« Gagner de temps » ou « « rien faire » est le moteur de la bombe à retardement au cœur du système politico-financo-juridique d’aujourd’hui alimenté par nos peurs/insécurité intérieur de faire face à la réalité.

Ou autrement dit : comment maintenir nous-même prisonnier dans notre religion politico-économique dans laquelle (surtout inconscient) nous pouvons vivre de ce qui n’est pas encore produit. *(C’est celui-là : la bombe de retardement à désamorcer en se mettant en face de cette difficile réalité)

Entre marteau et enclume même pour l’homme le plus puissant au monde. (psychologie)

L’absence quasi-totale de la liberté de l’expression aujourd’hui : De celui qui me donne à manger, ses paroles je vais exprimer.

Prisonnier entre dette bureaucratique & profit bureaucratique.

 

Autrement cyniquement dit mais pas à tort: Faire des profits et laissez (en parti les coûts) aux autres/le bien commun chronquement. ** L'état est dans une position intenable/impossible sans  changer sa propre (notre) contexte/paradigme politico-économique comme nous faissons aujourd'hui.

Je suis pour l'entrepreneuriat (c'est pri-mordial!!!!), mais si nous (l'état) sommes naïves et stupide ils font nous bouffer entièrement en devastant/détruissant la terre entier dans mons de cents ans!

Après la fragmentation et division de la vie politique, économique et juridique vers l’intégration.

Les priorités et les choses secondaires ou comment sortir de son amalgame politique, économique, médiatique et juridique ?

Quelle équilibre «pour le système général » et comment créer la dynamique « dedans » et « le cadre autour » ?

Quel rôle pour l’argent ou comment relativiser la valeur de l’argent sans perdre sa grande utilité ?

 

 

- à suivrre ailleurs ............................................. .......................... et partout -

 * autrement dit: vivre au dessus de nos moyens propre chaque instant. je fait parti!!!!!

** Si les rédactions des programmes d'actualité auront compris cela, quelle boulversement de conscience et quelle potentielle ouverture  pour voir  à nouveau le monde dans laquelle nous vivons tous! Maintenant nous sommes dans une éternelle repetitition des argument sans racines et sans changement d'esprit ni conscience. ;-)