Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/01/2016

La concurrence (rapport de force!!!!), la démocratie et ....... l'absence de courage en nous!

Comment créer les conditions pour qu'un dialogue sur l'intérêt général redevient possible? Le hasard fait dans ce billet, ça parle des éoliens industrielles, suite à une réunion politique à Saint Rome-du-Tarn 17 décembre 2015. Mais il y a des centaines et centaines autre sujets qui sont dans une même no-mans land politique.

alain marc, faire l'inventaire,communauté des communes tarn et muse,les sujet qui fâchent,

 Alain Marc sénateur pour Aveyron Sud photo prise d'un article de Midi-Libre *


Comment parler/discuter/dialoguer sur un sujet chargé de la complexité et des émotions sans avoir peur de l'industrie (chantage et collaboration économique) ni les citoyens (mécontentement)!?

Lisez tranquillement le compte rendue de cette réunion  qui nous permet de se faire quelque observations de l'extérieur et bien sur subjective parce-que moi je n'étais pas présent sur celui-là et tant d'autres ailleurs.

Si on lit le compte rendu on peut poser la question si politique se réduit à faire des inventaires?

Est-ce que par exemple le conseil se pose la question si par exemple une décision pour les éoliens industrielles sert l'intérêt le consommateur/citoyen le mieux possible?

Ou

C'est comme ça, c'est nous qui ont le mandat démocratique! La communauté des communes etc. va avoir un revenue et aussi l'économie des installateurs des éoliens font mieux........... ...ah oui et c'est "à la fin" que les consommateurs doivent payer le facture, c'est secondaire/absent dans nos analyses.
C'est ici le système politico-économique a s'éloigné ou est pris en otage par le système qui cherche le profit ............  ............
........... ............... ...... au frais de la société entier, vers "une future" éternelle et aujourd'hui. 

C'est ici ou se trouve le no-mans land politico-économique permanent que nous avons créé!

C'est ici ou l'absence de l'homme reigne, plus que deux siècles après les lumières!!! ;-)

Est-ce que nous (et la politique) avons encore un boussole intérieur pour avoir un appui pour au moins imaginer ce qui est "le commun"?

Faire l'inventaire ne suffit pas!!! Ou comme un autre élu locale m'a confié: "on parle pas des choses qui fâchent!"

Alors si nous en Sud-Aveyron n'osent plus d'essayer de réflichir, essayer de trouver une entente de base sur ce qui est l'intérêt générale? Vous croyez à Rodez, Paris ou Bruxelles on réfléchit?  Non on réfléchit sur les choses qui améliore l'inventaire. ;-) Sans se demander à quoi sert finalement ce inventaire? Est-ce que sa rends l'individu plus responsable, plus autonome vis à vis de lui-même et la société?

Mais dans un société qui fonctionne par des rapports de forces (aujourd'hui: la concurrence politique et économique aveugle) on veut/créé des dépandandistes qui se devisent, éloignant de leur propre boussole intérieur pour que "le pouvoir" n'a pas de chaos ou de complexité à se rendre compte! ;-)

Apparemment nous n'avons plus ce luxe pour pouvoir réfléchir sur quelle base commun et sur quelle cadre commun nous essayons de construire la société!!??? Si vous croyez en nouveau loi va régler tout cela, me semble un peu beaucoup naïf. Comprendre un peu ceci qui me semble le moindre des choses si nous acceptons de représenter le peuple et la république! Mais la politique a besoin de nous, les citoyens pour créer un dynamique saine entre politique et société.

Si nous (inclus la politique) se rendons pas compte de la contexte dans laquelle nous sommes aujourd'hui contraint de prendre des décisions (et on décide rien pour être claire), c'est le système qui prends les décisions pour nous. Quelle prétention peut on encore avoir, que nous sommes là pour la société et la République ........?????

C'est un drame shakespearienne, dans laquelle on sait plus la rôle qu'on joue .......

Nous sommes devenues dans cette drame "des idiots utiles aux système", le contraire aux esprits des lumières qui nous a montré une horizon de la liberté conscient. Pas un liberté dans laquelle on se sent un peu libre parce-que nous avons un niche de rapport de force ou on se sent un peu plus fort que quelques autres ..........

Mais c'est cette liberté aveugle et inconscient qui a gagné aujourd'hui .....

 

La bonne nouvelle est, que nous avons tous ce boussole de liberté des lumières en nous. Bien sur bien caché par des couches culturelles que nous avons mis en place pendant des siècles ........

Nous avons oublié un petit chose dans tous cela: nous-même.

Pour le retrouver, sa demande un peu de courage et de persévérance.

Pour être clair je ne suis pas pour une révolution, je suis pour une transformation, pour moi, pour nous les aveugles politico-culturelles. :-)

Si on voit pas ça, on ne voit pas grand chose! :P ;-)

Lire la suite

29/01/2015

On s’en fout de « votre » République ce n’est pas le notre non plus ...

Lire la suite

16/12/2010

L'Auberge de la confusion

Une reponse à Jean-Yves Bou (prof. histoire/geo dans un lycée en Millau) et Alain Marc (Député pour l'Aveyron-sud) après deux articles paru dans le Journal de Millau. Un peu de blabla locale de ma part, qui resemble beaucoup au blabla nationale et mondiale. ;-)

 

 

L’auberge de la confusion !

Une réponse à Jean-Yves Bou et Alain Marc.

 

Avec un titre qui oblige à réagir, Alain Marc, le pompier pyromane  Jean-Yves Bou  a créé une petite polémique locale. Sans porter de jugement, je comprends le sens de l’article. De son point de vue Jean-Yves Bou a pour une grande part raison. Mais cela nous aide-t-il  à rejoindre l’intérêt général ? C’est tout à fait une autre question.  Nous, les lecteurs de Journal de Millau, nous ne sommes pas déçu : Alain Marc a réagi la semaine dernière. Maître de la situation il réagit de façon plus neutre : Alain Marc répond à Jean-Yves Bou. Il explique son bilan politique  comme député et élu du Sud  d’Aveyron. Il essaie de faire le mieux possible et bien sûr il rassure les habitants de notre belle région et/ou ces électeurs potentiels. Cette façon de s’exprimer illustre l’état très malade de notre démocratie. Pour être claire ce n’est pas entièrement la faute d’Alain Marc, parce qu’on fait parti d’un système intégralement injuste. Alain Marc s’indigne à juste titre « que la confusion et l’amalgame n’ont jamais valu argumentation », sans savoir si Jean-Yves Bou a commis cette erreur capitale ? Pour cela du moins, nous avons besoin de comprendre l’esprit de l’article. Parfois, l’insinuation seule  suffit à convaincre quelques lecteurs du bon sens d’un article. Mais qu’importe si vous préférez l’article d’Alain Marc ou celui de Jean-Yves Bou.  Au total, ce qui est certain, c’est la confusion et probablement le faux amalgame qui règne. Mais qui a plus raison dans cette polémique? On a quand même besoin d’un vainqueur, de quelqu’un qui a plus raison que l’autre. Une citation de Martin Luther King (1929 –1968) comporte un début de réponse :

 

     Haïssez donc le système, au lieu de l’individu qui est piégé dedans.

 

Hypothèse : si nous sommes tous piégés  dans un système hiérarchique avec pour maxime: diviser pour régner, la communication ne va pas être facile et la confusion en sera la conséquence logique. Ainsi, comment vivre dans une République où s’applique le principe diviser pour régner, sans devenir complice/collabo ? Si nous sommes tous complices comment sortir de cette auberge où règne la division et le contrôle ? Ou, si nous sommes un peu philosophe, comment sortir de la caverne de Platon ? Est-ce que nous ne sommes pas tous obligés de créer une offre et une demande quelque part? Etre par exemple pompier/pyromane, est une question d’offre et de demande qui fait réfléchir. Si nous sommes pompier, sans être pyromane il y a moins de boulot, c’est compréhensible non ?

De même on peut se demander:

Est-ce que  l’industrie pharmaceutique a plus d’intérêt dans une société malade ou en bonne santé ?

Est-ce que les médias ont plus intérêt  dans des polémiques stériles  ou dans une analyse des faits ?

Est-ce que la politique aujourd’hui a vraiment intérêt à ce que les citoyens s’occupent  d’eux même et de la société en se respectant l’un  l’autre?

Est-ce que le monde juridique……… etc.

Bien sûr, même en faisant l’analyse nous -même, le système actuel nous oblige  d’être un pompier/pyromane ! De plus nous vivons des situations locales tant qu’internationales dans une confusion quasi complète.

Comment sortir de cette auberge de la confusion ? Ce peut être une bonne question à Jean-Yves Bou et à Alain Marc. Et bien sûr à nous tous !

 

Peter Hoopman

Vallée de la Muse

 

PS Toutes les liens avec les crises passées, actuelles et futures sont fruit d’un pur hasard. ;-)