Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/02/2016

Eoliens: vent de colère ou vent porteur info débat sur France Inter 16-2-2015

Le projet à l'origine des tensions entre les deux camps prévoit la construction de six éoliennes à Bertholène./DDM

Hier sur France Inter un débat sur l'éolien, avec Mr Jean-Louis Bal Syndicat Energie Renouvelable, un "pro l'éolien", et Jean-Louis Butré, un "contre éolien" le président de la FED.

La France compte plus de 5 500 éoliennes. Selon un sondage BVA-SER paru en Juin 2015, "Vivre à proximité d'un site éolien", la plupart des riverains interrogés évoque les avantages environnementaux et économiques et une minorité se déclare gênée par les nuisances paysagères et sonores.

La filière éoliennne crée-t-elle des emplois ? Quelles sont les régions productrices d'electricité renouvelable ? La France produit-elle beaucoup par rapport aux autres pays européens ? Est-ce un puissant levier de développement industriel ? Quelles sont les conditions d’installation d’une éolienne ? Quelles sont les nuisances dont se plaignent les riverains ? Peut-on installer une éolienne dans son champ ? Quel est le cadre juridique ? Qu'est-ce que le "syndrôme éolien" ?

 

avec Jean-Louis Bal, président du SER, Syndicat des Énergies Renouvelables

et Jean-Louis Butré, président de la FED, Fédération Environnement Durable

et en insert téléphonique Jean Marty, retraité agricole porte parole de "Agir pour le Lévezou"

 (prise du site de l'émission)

 

Nouvelle bataille autour l'éolien (article dans le Dépêche 15-2-2015 Bertholène, Aveyron)

16/11/2014

Vent de « progrès » à MONTJAUX, Aveyron

Article paru dans la dépêche 15-11-2014

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Six éoliennes sur Le Puech-Guilhem

Article exclusif
réservé aux abonnés
Voir l’offre Digital

Publié le 15/11/2014 à 03:52

L'association Énergies citoyennes Vallées, Causses, Lévezou communique : «La municipalité vient de voter. Elle donne son accord au projet de la société Valeco pour implanter six éoliennes sur Le Puech-Guilhem et lui en réserve l'exclusivité.

IMGP5557.JPG 

 

Voilà une décision d'importance car dès l'étude de faisabilité, la responsabilité de la commune est engagée à long terme. Nous pouvons espérer qu'elle soit prise en toute connaissance de cause et que nos élus aient rassemblé les éléments leur permettant de maîtriser les procédures, de négocier avec «l'acheteur de droit à implantation». Il s'agit d'une transaction commerciale autorisant une société privée à utiliser de manière industrielle un espace collectif (notre environnement).

La commune et certains particuliers vont percevoir une petite partie du profit en taxes ou loyers, non négligeables à court terme, mais il n'est pas sûr que le bilan reste positif sur la durée d'exploitation. Cela mérite étude et négociation, tout n'est pas à vendre. Mesurons clairement les impacts dans la durée !

On comprend aisément qu'il s'agit pour nos petites communes rurales d'une manne financière fort tentante, surtout lorsqu'elles n'ont pas de projet de développement clairement défini. Mais a-t-on bien évalué toutes les implications ? Les montants promis par la société installatrice pour la modification des terrains et chemins de cette ampleur sont-ils suffisants ? Le démantèlement futur est-il réellement pris en charge par l'exploitant ? Les taxes perçues couvrent-elles les responsabilités prises par la commune ?

Comment prend-on en compte l'impact négatif sur les paysages qui viendra compromettre de futurs développements touristiques, la dépréciation des biens immobiliers voisins des éoliennes, la santé, la faune ?

Et cette liste de questions reste incomplète…

 

IMGP5505.JPG

 

Les industriels et technocrates de Bruxelles (et d'ailleurs) ne répondent à aucune de nos questions. Ils déconseillent le débat public. Nos voisins de Bouloc ont aujourd'hui une expérience dont il serait utile de tenir compte. La préfecture s'est prononcée contre la couverture de toute la ligne de crête du Lévezou. Le silence et la rapidité dans lesquelles ces décisions sont prises ne permettent pas de savoir si tous ces éléments ont été étudiés et si l'industriel ne conduit pas à brader irréversiblement nos causses pour quelques dizaines de milliers d'euros et pour une illusion d'écologie qui coûte aujourd'hui très cher à la collectivité».

Énergies citoyennes Vallées, Causses, Lévezou.