Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/11/2012

L'intégration oubliée (l'esprit de la loi)

 

« Compléments d’informations »  


Requête no. 17971/11   Cour Européenne des Droits de l'Homme    17 mars 2012 
 

 

Hoopman (ii) pour les Pays-Bas

 

 The English version is to be found here

 

 

 

  

L’intégration constitue l’un des thèmes sociaux les plus épineux. Elle est exploitée dans la stratégie politique et dans les médias en vue de pousser les personnes les unes contre les autres ou de les utiliser les unes contre les autres. Les « immigrés » doivent s’adapter, par exemple. Le soussigné ne peut que constater que l’intégration est dans ce cas réduite à une simple question de pouvoir : qui détermine que « l’autre » doit s’adapter ? J’espère que vous sentez vous-aussi que dans ce cadre, l’intention même d’intégration est étouffée dans l’œuf. La concurrence réciproque ne pourra jamais conduire à l’intégration, mais tout au plus au chantage !

 

L’intégration est la rencontre, par exemple, de deux personnes aux antécédents différents et la curiosité d’apprendre à mieux connaître « l’autre ». En apprenant à observer l’autre, nous apprenons également à mieux nous connaître nous-mêmes, car nous apprenons à observer les différences. Rencontrer les autres peut renforcer notre identité intérieure, non pas en l’imposant aux autres, mais en apprenant à reconnaître et à accepter le fait d’ « être différent ». Lorsqu’un autre veut vous imposer ses propres valeurs, cela signifie que cet autre nie tout simplement l’essence de votre existence. Psychologiquement, cela signifie qu’il ignore sa propre existence et qu’il a besoin de dominer l’autre pour se tailler sur mesure une identité extérieure à titre de compensation.

 

Encourager et récompenser ce genre de comportement est sans doute la dernière chose que nous devrions faire, en tant qu’État de droit. Et c’est pourtant bien ce que nous avons adopté inconsciemment comme priorité principale au sein de notre système politico-économique. Ceci rend l’intégration sociale et de droit constitutionnel quasiment impossible, comme on peut le remarquer aujourd’hui dans notre société, avec pour principal symptôme l’effritement de la crédibilité des pouvoirs publics auprès des citoyens. C’est logique, car la politique a laissé réduire son rôle à celui de gardien et de défenseur d’une machine bureaucratisante, en favorisant grossièrement ou en diminuant la quantité de l’argent. Les pouvoirs publics ne font plus partie directement et intégralement de la société. Jamais encore il n’y a eu autant d’argent qu’aujourd’hui en circulation dans le monde, alors que simultanément, nous allons d’une crise à l’autre. La politique trouverait-elle un intérêt inconscient à cette multitude de crises et cela signifierait-il alors que nous nous sommes nous aussi inconsciemment trouvés à leur origine ? La crise favorise la pénurie, par exemple en termes de justice et de sécurité, et générera un accroissement de la demande parmi la population. Nous avons ainsi créé de manière inconsciente un cercle vicieux d’impuissance sociale, politique et juridique.

 

L'article entier

 

 

Aussi à comprendre l'origine de la bureaucratie déraillé: La machine contre l'homme et le pamphlet écrit il y a presque neuf ans Le LEURRE politico-économique

.

ps Quand vous avez lu l'article entier, peut être vous comprenez l'illusion du débat sur la compétivité.

 

image copié du site: http://www.retail-intelligence.fr/2011/11/lanalyse-cle-de...

 

 

 

09/04/2012

La machine contre l'être humain

.... ou notre* religion populaire que nous pouvons vivre de ce qu'il n'y a pas encore produit.

 

 

 

* Une religion partagée par entrepreneurs, chômeurs, politiciens, journalistes, scientifiques-économiques moi-même et tous les autres bureaucrates.

 

 informations complémentaires,requête no. 1797111,cour européenne des droits de l'homme,revenues de l'économie réelle,revenu non encore produit,transposition de l'économié réelle en un univers de chiffres et,comptabilité,rouages insignifiants,gigantesque machine,chaine de ponzi,lettre en chaine,die gazette,presseurop,80% du fonds d'aide à la grèce,banques,contribution réelle,système illusoire,terreur de classement,religion économique

 

English version (tempory) Machine against mankind can be found here.

 

Par machine, on entend la transposition de l’économie réelle en un univers de chiffres et de nombres. Parce que nous avons attribué une valeur en soi à cette transformation, cette dernière est devenue, au fil du temps, plus importante que l’économie réelle elle-même.

 

L’économie est divisée en une économie réelle et une variante arithmétique, une comptabilité fonctionnelle en reflet de l’économie réelle. Cette comptabilité permet de comprendre et d’avoir prise sur ce qui survient dans l’économie réelle. Vue sous cet angle, la comptabilité me semble être un instrument très utile et indispensable. Mais que se passe-t-il si nous accordons à cette comptabilité une valeur en soi ? C’est alors exactement le moment où se produit une séparation d’avec l’économie réelle. Il est possible d’y pallier très simplement, en associant et faisant participer le comptable à l’économie réelle, grâce à quoi la comptabilité demeure une partie de l’économie réelle et ne s’en détache pas.

 

 

Lire la suite

 

A lire aussi: L'intégration oubliée.